Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Retour sur le conseil municipal de ce lundi 22 juin

Le conseil municipal de ce lundi soir s'est tenu dans une ambiance beaucoup plus sereine qu'à l'accoutumée. Il faut dire que le conseil du mois d'avril avait été particulièrement tendu. La Voix du Nord et le Lab Europe 1 avaient tous deux consacré des articles qui ne cadraient pas vraiment avec la volonté de dédiabolisation et de respectabilité affichée par le parti d'extrême droite.

Lundi soir, donc, dès le début de la séance, Steeve Briois a appelé le public au calme. Pour la première fois depuis son élection, le maire Front national a joué son rôle de président de séance : chaque adjoint a présenté sa délibération, les conseillers municipaux d'opposition ont pu intervenir dans le calme sans être coupés et Steeve Briois ou un de ses adjoints ont répondu à nos observations ou à nos critiques avant de passer au vote de la délibération. C'est le fonctionnement normal d'un conseil municipal. Dans aucune autre ville, on ne voit les conseillers municipaux d'opposition être coupés par des interventions intempestives du maire et de ses adjoints. A plusieurs reprises, on a même vu Steeve Briois faire des gestes d'apaisement en direction d'adjoints qui voulaient prendre la parole. Une première... L'approche des élections régionales explique sans doute cette volonté d'apaisement du FN.

Par précaution, ma collègue écologiste Marine Tondelier avait emmené une caméra afin de filmer la séance qui s'est donc déroulée dans le calme ce qui aura permis au public, venu moins nombreux que d'habitude, de suivre les débats sans être gêné par un brouhaha.

De nombreuses délibérations présentées lundi soir étaient tout à fait consensuelles. Eugène Binaisse s'est ainsi félicité que l'on nomme le futur espace culturel de la cité Darcy au nom d'Henri Claverie. Nous avons voté toutes les demandes de subventions aux associations, quoi que la municipalité leur écrive pour dénigrer l'opposition, comme l'a souligné mon collègue Geoffrey Gorillot.

En matière d'urbanisme, nous avons posé des questions et formulé des propositions, comme nous le faisons systématiquement en commission. Eugène Binaisse a par exemple proposé que l'on relie par une passerelle et que l'on installe un ascenseur accessible aux handicapés entre l'immeuble de la dérobade actuellement en travaux et le bâtiment voisin. Bruno Bilde a expliqué pourquoi il n'y était pas favorable taclant au passage Eugène Binaisse accusé de faire des propositions qu'il n'a pas mises en oeuvre sous son mandat. Le président du groupe de l'opposition a fait remarquer à l'adjoint Front national que si la majorité FN peut aujourd'hui lancer des travaux, c'est grâce au rétablissement des finances réalisé entre 2009 et 2014.

Marine Tondelier a interrogé l'adjoint aux travaux sur la question des logements sociaux, Pas-de-Calais Habitat souhaitant revendre avec option d'achat prioritaire les logements de la résidence du Panthéon à ses locataires actuels. Nicolas Moreaux a répondu que de nouveaux logements sociaux verraient le jour dans notre commune pour répondre à la demande.

Plus loin, sur la carte scolaire, le conseil municipal a approuvé à l'unanimité la création d'une classe à l'école Jean-Jacques Rousseau et voté contre la suppression d'une classe à l'école Fallières. En commission des finances, j'avais d'abord demandé que l'on fasse une motion contre la suppression de poste avant qu'Eugène Binaisse ne propose à Bruno Bilde que l'on dissocie la délibération pour faire un vote séparé. En commission comme en séance de conseil municipal, les élus de l'opposition sont des élus utiles.

D'autres délibérations ont donné lieu à des échanges plus nourris. Ainsi, je suis intervenu et Marine Tondelier est intervenue après moi pour démontrer que la subvention versée cette année à l'Escapade allait fragiliser la structure culturelle, également fragilisée par le travail de sape de la municipalité pour diviser l'équipe et opposer le président au directeur. Faut-il y voir une stratégie en vue d'une remunicipalisation du lieu ? Christopher Szczurek, l'adjoint à la culture, le dément et conteste nos chiffres. Notre groupe a choisi de s'abstenir sur la convention entre la ville et l'Escapade.

Un autre débat a porté sur la création d'une régie publicitaire afin de financer le magazine municipal. Je suis intervenu pour contester le besoin de faire un tel cadeau aux hypermarchés du secteur et dénoncer le trop-plein de publicités, soutenu par Marine Tondlier. Jean-Richard Sulzer, l'adjoint aux finances, estime pour sa part que les grandes surfaces ont d'autres moyens de communication et que le risque pour le commerce de centre-ville est réduit.

Le débat sur le Compte Administratif 2014 a constitué le temps fort du conseil municipal de lundi soir. Jean-Richard Sulzer a longuement présenté le compte administratif y voyant la preuve du désendettement de la ville, d'économies en fonctionnement et de multiples investissements, une analyse contestée par Stéphane Filipovitch, qui, chiffres à l'appui, a démontré avec pédagogie que le Compte Administratif 2014 était l'expression d'un manque d'ambition et de vision et d'une politique cosmétique misant tout sur la communication. Panem et circenses... Du pain et des jeux. Bien évidemment, ce n'est pas l'avis de Steeve Briois qui s'est lancé dans un inventaire à la Prévert pour détailler les moindres petites réceptions.

Après avoir voté contre le Compte Administratif 2014, nous nous sommes abstenus sur le Compte Administratif 2014 du cinéma afin de manifester notre souhait de voir rouvrir notre cinéma de centre-ville.

Tout le monde a voté à l'unanimité les créations de CUI et d'emplois d'avenir et je suis intervenu sur une délibération sur le CHSCT pour rappeler le soutien de l'opposition au personnel municipal, contrairement à ce que le maire leur écrit dans une lettre adressée à l'ensemble des agents qui constitue un tract politique déguisé.

En fin de conseil, une motion contre la ligne à Très Haute Tension a été adoptée à l'unanimité, après fusion et amendement aux deux motions sur ce thème qui avaient été présentées par chacun des groupes. Mais comme on ne se refait pas, le FN a rejeté nos trois questions orales, la mienne, au prétexte d'irrecevabilité et celles de Marine Tondelier et de Sandrine Rogé au prétexte qu'elles n'avaient pas été envoyées aux services.

Le conseil municipal s'est terminé un peu avant 22h, après la lecture d'un texte grotesque de léchage de bottes de Clément Golka, ce conseiller municipal dalongevillien qui s'est aussitôt rallié au FN en échange d'un poste de conseiller municipal délégué aux sports.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

oscar 24/06/2015 10:30

c'est effectivement la première fois, depuis l'élection du F N, que j'assiste à un conseil municipal où je peux entendre, où la parole de l'opposition n'a pas été coupée.Espérons que ce ne sera pas la dernière ! Félicitations à l'opposition qui se défend fort bien.