Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Grèce. Mémorandum ou Grexit : soumission pour rester dans l’euro ou punition pour pouvoir y revenir !

La tragi-comédie politique gréco-européenne n’en finit pas de rebondir. Nous laissons aux parieurs le loisir de pronostiquer entre le scénario d’une acceptation par l’UE du nouveau plan de casse sociale proposé par Tsipras et celui d’une exclusion, éventuellement temporaire, de la Grèce de la zone euro.

Ce qui est sûr, dans les conditions actuelles, c’est que l’un ou l’autre scénario s’abattra sur les travailleurs et les couches les plus pauvres de la population. Dans un cas, la poursuite sans fin de la super-austérité, dans l’autre la faillite de l’Etat, des services publics et sociaux, le défaut de paiement des traitements et prestations sociales etc.

Il n’y a pas non plus une solution qui serait plus à « gauche » et une autre plus à « droite » selon qu’elle soit portée par Hollande-Renzi-Tsipras ou Merkel-Schaüble. A destination des opinions publiques européennes, dans le premier cas, le peuple grec signe sa soumission aux règles de l’UE du capital ; dans le deuxième cas, il subit sa dure punition tout en restant sous son entière domination.

Il y a 4 ans encore, la sortie de la Grèce de l’euro aurait eu une signification politique toute différente, susceptible d’ébranler l’Union européenne du capital, d’ouvrir une voie d’émancipation de sa dictature. En quatre ans, les dirigeants, les gouvernements grecs, Syriza en particulier ont éliminé ce risque politique pour l’UE.

Dans un précédent article, nous avons comparé la situation avant le projet de référendum du premier ministre social-démocrate Papandréou en 2011, que l’UE avait fait avorter, et la situation avant le référendum de Tsipras, le 5 juillet 2015 :

«  Souvenons-nous : en 2011, le premier ministre socialiste Papandreou avait déjà voulu organiser un référendum sur un précédent mémorandum européen, dans le même but de faire signer au peuple lui-même le plan de super-austérité qu’il allait subir. Mais Sarkozy et Merkel l’en avaient formellement dissuadé. Le risque politique d’une victoire du « non » était trop grand et elle aurait ébranlé l’UE et l’euro.

En 2015, la situation a changé sur bien des aspects. Les dirigeants européens ont réglé – sur le dos des travailleurs – la phase aigüe de la crise à Chypre, en Irlande ou même au Portugal. Depuis 2011, la dette grecque a été presque totalement transférée à des institutions publiques et les banques privées occidentales n’y sont plus exposées. Les capitalistes grecs ont eu tout le temps d’expatrier leurs fonds. Depuis 2011, l’essentiel des régressions économiques et sociales imposées au peuple grec a été adopté. Surtout, en 2011, le vote « non » aurait tout à la fois exprimé le rejet des mesures d’austérité, la sanction d’un gouvernement qui était perçu – à juste titre – comme co-responsable de cette politique et de la crise et il aurait ouvert la possibilité d’une alternative en rupture avec l’UE et l’euro et avec un gouvernement pro-européen. Depuis 2011, la quasi-disparition du parti de Papandreou, le PASOK et l’avènement et la promotion de SYRIZA à sa place ont complètement changé la donne. Syriza s’est posé et a été présenté comme porteur d’une alternative radicale à gauche du Pasok mais tout en se proclamant foncièrement pro-européen. »

Syriza et Tsipras ont servi à écarter toute alternative politique immédiate en rupture avec l’UE. Même contre ce qui aurait servi un point de vue réformiste, ils se sont délibérément privés de tout moyen de faire peser une menace d’une sortie de l’euro dans les négociations avec l’UE et la BCE. Ils ont contribué aussi à identifier le rejet de l’UE à l’extrême-droite. En organisant le référendum du 5 juillet sur une fausse question, ils ont fait peser sur le peuple lui-même la dureté des scénarios en vue, dont l’expulsion-punition de l’euro.

Plus que jamais, nous exprimons notre désaccord avec le soutien inconditionnel apporté par la direction du PCF à la politique du gouvernement SYRIZA-ANEL et demandons, dans le contexte de sinistre clarification de la situation, l’ouverture d’un grand débat dans le Parti.

Aujourd’hui, un plus grand nombre de capitalistes grecs voient eux-mêmes d’un bon œil la perspective d’une sortie de l’euro. Le secteur touristique par exemple serait plus concurrentiel, toujours payé par des touristes en devises. Il ne tient pas aux hausses de TVA du projet de nouveau mémorandum. Ceux qui ont pu expatrier leurs fonds en euros pourraient les faire revenir pour racheter des actifs à vil prix, en drachmes dévaluées.

Du côté des puissances européennes, les divergences dans les négociations actuelles traduisent une concurrence inter-impérialiste au sein de l’UE, une lutte d’influence dans la « gouvernance » de la zone euro. Mais leur complicité prévaut : tous veulent maintenir l’euro, instrument de domination capitaliste contre les peuples, canaliser tout le débat politique au niveau européen sur lequel les peuples et leurs luttes n’ont pas de prise.

Notre parti, le PCF, a combattu avec force l’établissement de la monnaie unique en 1992, lors du référendum sur Maastricht, en 1998 avant la signature par la « gauche plurielle » du traité d’Amsterdam. Tous les effets antisociaux, antidémocratiques, la montée des peuples les uns contre les autres aussi, que nous avions dénoncés se sont vérifiés. Nous faisons partie des communistes qui n’ont pas renoncé à combattre l’euro. Le cas de la France n’est pas celui de la Grèce. L’abandon de l’euro en France signerait la fin de l’euro. Ce ne serait pas l’avènement du socialisme mais un coup important porté aux capitalistes européens et à leur cartel, l’UE.

En Grèce, une période de grave instabilité politique risque de s’ouvrir. Tous les partis de gouvernement vont être disqualifiés. L’extrême-droite néonazie, « l’Aube Dorée », pourrait servir de force d’appoint pour exploiter la détresse, détourner  la colère populaires, préserver les intérêts capitalistes.

Il est plus important que jamais pour les communistes français de manifester notre solidarité avec le peuple grec et notre soutien aux organisations de classe, le Parti communiste grec, le syndicat PAME qui défendent avec clairvoyance et courage les intérêts des travailleurs et du peuple et poursuivent l’amplification de leur riposte dans cette étape très dure de la lutte des classes en Grèce.


Source : Vive le PCF
Dimanche 12 juillet 2015

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article