Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Hénin-Beaumont la plage : la page facebook de la ville d'Hénin-Beaumont privatisée par le FN

Il paraît qu'il y a un règlement intérieur qui régit le fonctionnement du conseil municipal... Ce règlement intérieur a même été adopté à l'unanimité, le 30 septembre 2014. 

Sauf que ce règlement intérieur est violé tous les jours par les dictateurs du Front national, pour qui la liberté d'expression est décidément un gros mot.

Comme je l'ai déjà expliqué sur notre blog, la taille de la tribune d'expression libre de l'opposition a été arbitrairement modifiée par le Front national à la faveur d'une entourloupe de l'adjoint FN Bruno Bilde.

Dans le règlement intérieur voté le 30 septembre, il était stipulé que la taille des tribunes était fixée selon le résultat des élections municipales de 2014 : 51 % pour le FN qui a obtenu un peu plus de 50 % des voix, 10 % pour la liste de Gérard Dalongeville qui a obtenu un peu moins de 10 % des voix et 33 % pour le groupe Agissons Unis pour Hénin-Beaumont, le score que la liste d'union de la gauche conduite par Eugène Binaisse et soutenue par le PCF avait obtenu.

Le règlement intérieur précisait qu'"en cas de désaccord au sein des différentes tendances du conseil municipal et par respect du droit individuel par élu municipal, la répartition se fera proportionnellement au nombre de conseillers municipaux sur la base d'un trente-cinquième de page par élu (ex : quatre élus se regroupant pour bénéficier d'une tribune dans le magazine bénéficieront de quatre trente-cinquièmes de la page)".

Le sens de cet alinéa est clair : il s'agit de garantir aux élus qui feraient scission de leur groupe leur droit d'expression. Si demain, en tant qu'élu communiste, je décidais de quitter le groupe AUHB, j'aurais droit à 1/35e de page pour m'exprimer dans le magazine municipal. Si parmi les élus du FN, un groupe de 4 lepénistes "canal historique" décidaient de faire scission, ils auraient droit à 4/35e de page.

Bien qu'il n'y ait eu aucune scission, Bruno Bilde se fonde sur cet alinéa pour revendiquer 29/35e de page pour la tribune du groupe FN et ne laisser que 6/35e à la tribune du groupe AUHB au lieu des 51 % et 33 % initialement précus. C'est un véritable déni de démocratie. Les chiffres de 51 % et 33 % renvoient au vote des électeurs, alors que les chiffres de 29/35e et 6/35e renvoient au nombre d'élus, calculé en fonction du résultat des élections municipales et du mode de scrutin qui accorde une prime majoritaire automatique de 50 % des élus à la liste arrivée en tête. 6/35e de page, c'est 17 % de la page, moitié moins que ce que à quoi nous avions droit et qui a été voté à l'unanimité par le conseil municipal. 

Le changement de règle décidé unilatéralement par Bruno Bilde constitue un déni de démocratie, nous n'aurons de cesse de le rappeler. On ne peut pas s'exprimer de la même manière dans un tweet de 140 signes, dans une tribune de 1197 caractères ou dans une tribune de 2486 caractères. Le Front national veut nous empêcher de développer une argumentation construite avec ce type de manoeuvre anti-démocratique.

Le fonctionnement du site internet et des réseaux sociaux est tout aussi antidémocratique à Hénin-Beaumont. Là encore, le règlement intérieur est clair : "le site internet de la commune permet d'informer sur les réalisations et la gestion du conseil municipal. Dès lors, un expace est réservé à chaque groupe d'opposition sur le site".

Dans les faits, lorsque j'ai posté un commentaire sur la page facebook de la ville d'Hénin-Beaumont critiquant le caractère propagandiste du magazine municipal, mon commentaire a été supprimé et j'ai été bloqué. Conseiller municipal de la ville d'Hénin-Beaumont, je n'ai plus le droit d'écrire de commentaire sur la page officielle - qui n'est a priori pas la page du Front national - de ma commune. A l'inverse, et on le voit sur les articles à propos d'Hénin-Beaumont la plage, le "modérateur" de la page facebook accepte tous les commentaires qui font l'éloge du FN et qui tapent sur la gauche. Nous avons fait une capture d'écran qui le prouve : au fil des commentaires, on peut lire des attaques contre Eugène Binaisse, contre les "pseudo bobos de gauche" ou encore des "vive le FN".

Au Conseil municipal, avec mes collègues de l'opposition municipale, nous avons voté pour le projet "Hénin-Beaumont la plage", initié en 2013 par l'équipe d'Eugène Binaisse. Dans notre ville, nombreux sont les habitants à ne pas pouvoir partie en vacances. La création d'une plage artificielle et d'un ensemble d'animations sportives et de loisirs sur le site du Bord des Eaux permet aux Héninois et Beaumontois qui n'ont pas la chance de partir au bord de la mer de pouvoir accéder à des loisirs. Il est risible de lire les commentaires des supporters de Steeve Briois qui commentent les photos de leur maire d'extrême droite en maillot de bain comme s'il était le Messie qui avait tout inventé... Steeve Briois n'a rien inventé ; comme le coucou, il s'approprie les idées des autres.

Mais au-delà de la bêtise des fans du FN, la liberté d'expression ne peut pas être à géométrie variable. Si les commentaires critiques sont supprimés pour cause de neutralité, les commentaires élogieux pro-FN et les attaques contre l'opposition des militants d'extrême droite doivent également être supprimés.

En réalité, le Front national viole le règlement intérieur en privatisant à son profit la page facebook de la ville d'Hénin-Beaumont et en interdisant toute liberté d'expression à l'opposition. On assiste à une véritable privatisation de l'expression municipale par un clan, qui rappelle les pratiques de Gérard Dalongeville, dont Steeve Briois est désormais l'héritier spirituel.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie 08/08/2015 14:12

Portez plainte pour tous ces délits.

David NOËL 09/08/2015 08:42

Nous étudions la possibilité de le faire...

Gautier WEINMANN 28/07/2015 17:25

Bon, un dossier de plus. Mais, les gens d'Hénin s'en foutront.