Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Quel est le premier bilan de Steeve Briois, le maire FN d'Hénin-Beaumont ?

POLITIQUE – Tandis que Marine Le Pen vient d'annoncer sa candidature pour les régionales en Nord-Pas-de-Calais/Picardie, Steeve Briois, son bras droit et maire d'Hénin Beaumont applique sa politique. L'opposition dénonce ses nombreux coups de force.

C'est le fief électoral qui a permis à Marine Le Pen, nouvelle candidate aux régionales de décembre 2015 en Nord-Pas-de-Calais/Picardie, de s'ancrer durablement dans la région. Petite commune de 27 000 habitants située au cœur du bassin minier de Lens (Pas-de-Calais), Hénin-Beaumont a depuis, mars 2014, pour maire le frontiste Steeve Briois. Ce proche de Marine Le Pen a, depuis son élection, imprimé un style pugnace, mais avec la volonté de faire le moins de vagues possible.

Se sachant observé au niveau national comme un symbole d'une gestion municipale administrée par le FN, Steeve Briois mise avant tout sur la bonne santé financière de sa commune. Pour cela, il a fait appel à des spécialistes, tels que son adjoint aux actions économiques, Laurent Brice, et surtout l'agrégé en économie, Jean-Richard Sulzer, conseiller de Marine Le Pen, devenu adjoint aux finances. Et l'édile ne se cache pas pour communiquer sur : une baisse des impôts de 10 % et d'une prochaine de 5 %, une baisse de la dette de 800.000 euros ou encore une hausse des investissements de 2 millions.

Des "coups de force" contre l'opposition

Pour montrer que le FN n'est pas "diabolisé" par les entreprises, Laurent Brice tisse des passerelles, afin également de récupérer des rentrées d'argent grâce à un retour à des négociations serrées. Car pour Steeve Briois, "l'idéologie" n'est pas de mise. Il plaide plutôt pour une "gestion de bon sens". Pourtant du côté de l'opposition, on dénonce tout de même quelques "coups de force", comme des aides sociales et subventions stoppées, l'expulsion de la Ligue des droits de l'homme d'un local municipal, un mur construit au bout d'une route contre les cambriolages ou encore un arrêté anti-mendicité, visant surtout les Roms, suspendu par le tribunal administratif.

"Il y a une stratégie de dédiabolisation, mais il y a aussi beaucoup de tensions avec l'opposition, indique à metronews Marine Tondelier, élue EELV à Hénin-Beaumont. Nous sommes souvent censurés. Les membres du milieu associatif ont aussi peur d'être convoqués par le maire. Il voit des membres de l'opposition partout. Quant au bilan, il n'est pas à la hauteur, notamment en termes de sécurité". "La plupart des projets activés, ainsi que la baisse de la dette, avaient été lancés par son prédécesseur socialiste avant son arrivée, ajoute David Noël, conseiller municipal PCF. Il annonce qu'il n'y a pas d'idéologie, mais il adopte une stratégie de harcèlement de l'opposition. Pour ma part, j'ai déjà reçu cinq plaintes en diffamation."

Mathieu PAGURA

Legende photo : Steeve Briois affirme vouloir mettre "l'idéologie" de côté au profit d'une "gestion de bon sens". (photo AFP)

Source : Metronews.fr
Mardi 30 juin 2015

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article