Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Ma réaction aux résultats du premier tour des élections régionales

Aujourd'hui, je suis triste pour ma région comme je suis triste pour ma ville. Les électeurs ont placé l'extrême droite en tête dans notre commune, dans notre département et dans notre région. A tous les échelons, le parti nationaliste de Marine Le Pen progresse.

Divisées, les forces de la gauche antilibérale sont en recul, mais même l'addition des listes du PCF-FDG et d'EELV et de ses alliés n'aurait pas permis d'endiguer la marée frontiste. Nous ne progresserons jamais sans une sérieuse remise en cause de nos pratiques. Au-delà de l'unité du camp antilibéral qui reste à construire, nous devons travailler à unir la gauche. Par la politique antisociale qu'il mène au gouvernement, le PS rend tout travail en commun illusoire et toutes les alliances défensives des forces de gauche inconsistantes, mais les forces de la gauche antilibérale portent aussi leur part de responsabilité. On ne bâtira pas un Front populaire du XXIe siècle à coups d'anathèmes, d'exclusions et de procès en opportunisme qui démobilisent l'électorat antilibéral.

Le PS et ses alliés sont devancés par la droite de Xavier Bertrand qui a refusé toute fusion technique entre les deux tours des élections. Dimanche prochain, il n'y aura donc plus un seul élu de gauche parmi les 170 conseillers régionaux de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, alors que le bloc de gauche, avec 28 % des voix, fait jeu égal avec le bloc de droite.
C'est la cruelle injustice d'un mode de scrutin pensé pour favoriser les grands partis. La démocratie, c'est la proportionnelle. Il est regrettable que le PS au gouvernement depuis 2012 l'ait oublié...

Les renoncements du Parti socialiste ont nourri l'abstention de l'électorat de gauche tandis que les thèmes identitaires brandis par la droite modérée ont renforcé le Front national, les électeurs préférant toujours l'original à la copie.

A la faveur de la crise économique qui frappe notre pays et en l'absence d'une analyse marxiste ou même keynésienne de la crise, le PS a permis aux thèmes identitaires de s'imposer dans les esprits. L'ethnocentrisme, la xénophobie et le racisme progressent dangereusement dans notre pays.

Dimanche prochain, le Front national pourrait remporter plusieurs régions dont notre région. Ce serait un cataclysme pour les habitants qui découvriraient les méthodes sectaires et antidémocratiques que le parti nationaliste applique à Hénin-Beaumont : attaques et pressions sur les associations, volonté d'humiliation des adversaires politiques, attaques contre la presse, harcèlement judiciaire, mépris de la laïcité...
Alors que le rôle d'un élu est de rassembler et de fédérer sa population, les élus Front national à Hénin-Beaumont sont des idéologues sectaires qui alimentent la division. C'est exactement la même politique que mènerait Marine Le Pen si par malheur elle parvenait à remporter le second tour des élections.

Avec 25 % des voix contre 27 % en moyenne régionale, les forces de la gauche républicaine héninoise résistent difficilement, mais continueront de résister.

Dimanche prochain, malgré son arrogance qui l'a conduit à refuser toute fusion technique avec les listes de gauche en capacité de se maintenir ce qui aurait pu faire la différence, je voterai sans illusion pour Xavier Bertrand pour empêcher Marine Le Pen de s'emparer de notre région.  

A bien des égards, la situation est pire que dans les années trente. Tous ensemble, nous devons nous hisser à la hauteur de la tâche historique qui nous incombe. Dès le lendemain des élections, il faudra retrouver le chemin des luttes et ouvrir grand les portes de nos organisations pour résister à la vague de xénophobie et de racisme qui menace notre République. A Hénin-Beaumont, avec mes camarades du PCF, je serai toujours aux côtés de ceux qui luttent pour défendre les valeurs de la République et de la démocratie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Dubois 08/12/2015 15:50

Certes la pilule est difficile à avaler mais il aurait fallu depuis longtemps traiter le mal avant qu'il ne nous envahisse. Le parti communiste était un beau et grand parti après guerre et ce jusqu'à ce qu'il accepte l'union sacrée avec le PS (dont l'intention était d'anéantir le PCF gênant face au pouvoir de l'argent. Jusqu'au dernières municipales vous vous êtes encore vautrés dans leurs bras. N'arrivez-vous pas à analyser ces manoeuvres politiciennes pour en redemander encore et encore ? Cette manière d'agir déçoit une population qui souffre, dans leurs quartiers, sans boulot, sans argent, sans espoir. Ce qu'il vous disent, ces gens c'est que vous n'avez pas non plus réussi à endiguer le chômage, la misère. Les Le Pen l'on bien compris et ils ont reformulé leur programme à l'identique du vôtre ou presque pour flatter l'électorat qui vous était acquis. Ne voulant pas sortir du capitalisme, évidemment, ils l'ont adapté. C'est l'autre qui prend votre travail, l'autre, l'étranger, et la haine s'installe. Et le summum c'est l'ouverture des marchés à l'international et ces fermetures d'entreprises. Ils remettaient ainsi au gout de jour le nationalisme. Et l'Europe, qui se voulait protectrice de paix n'est en vérité qu'une protection pour la finance. Mais vous n'êtes plus à la hauteur, les socialistes énarques vous empêcheront toujours de vous élever dorénavant. Ils vous utilisent uniquement. Quel dommage ! La remontée sera rude si elle est encore possible car vous bénéficiez également de l'anticommunisme qui règne depuis la dernière guerre mondiale et qui si nécessaire au capitalisme.Je suis triste des mauvais virages que vous avez pris, je suis triste de vos erreurs, de l'arrogance de beaucoup d'entre vous que je connais trop bien, je suis triste de devoir depuis trop longtemps voter CONTRE alors que j'aimerais tant voter POUR un beau programme humain attrayant. Jamais plus on ne m'y reprendra. Je veux rester honnête avec mes convictions. (C'est d'ailleurs la façon gagnante de faire du FN) Ce n'est pas un hasard.