Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Le Secours Populaire d'Hénin-Beaumont bientôt privé de local ?
Le Secours Populaire d'Hénin-Beaumont bientôt privé de local ?
Le Secours Populaire d'Hénin-Beaumont bientôt privé de local ?

Rien n'est encore fait, mais le Secours Populaire d'Hénin-Beaumont pourrait bientôt être privé de local. C'est le sens d'un courrier adressé par la municipalité d'Hénin-Beaumont à la fédération du SPF 62 que nous mettons en ligne sur notre blog.

Le comité héninois du SPF, qui occupe l'ancien local de la Caisse des Ecoles, rue Montpencher, savait de longue date que ce local, ainsi que tout l'îlot Carnot, est destiné à être abattu dans le cadre du passage du Bus à Haut Niveau de Service, mais il était convenu, déjà sous la précédente mandature, que le SPF serait relogé le moment venu dans un autre local municipal.

Sauf que le courrier de la mairie demandant au SPF local de rendre les clés de leur local ne comporte aucune proposition de relogement comme on pourra le constater.

Dans un second courrier, la municipalité d'Hénin-Beaumont explique qu'il n'est pas question de reloger le Secours Populaire dans un local... au prétexte de l'abstention des élus municipaux de l'opposition sur les conventions passées entre la commune et les associations qui disposeront d'un local dans la Maison des Associations.

Quel est le rapport entre le Secours Populaire, qui est une association indépendante, et le vote des élus de l'opposition au Conseil Municipal ?

Le vote en question, sur les conventions ville/associations a eu lieu le 31 mars dernier, en fin de séance. Je n'étais plus présent, ayant quitté la séance pour rejoindre la manifestation des élus communistes contre la TEOM organisée devant la CAHC. Je partage toutefois entièrement la position de groupe qui a été celle du groupe Agissons Unis pour Hénin-Beaumont : les nouvelles conventions ville/associations placent les associations sous la tutelle de la ville en conditionnant leur local à leur participation aux opérations municipales.

En d'autres termes, pour bénéficier d'un local, il faut accepter de mettre le logo de la ville d'Hénin-Beaumont sur toutes ses affiches, avoir un char au carnaval et participer aux fêtes champêtres utilisées par le Front national pour valoriser l'action de Steeve Briois.

Notre groupe s'est abstenu sur l'ensemble de ces conventions et a eu raison de le faire. Utiliser cet argument pour priver le comité héninois du Secours Populaire de local est pour le moins curieux. Steeve Briois mélange allègrement politique et vie associative.

Le comité héninois du Secours Populaire qui vient en aide chaque mois à des dizaines de familles, n'a pas à subir de mesures de rétorsion parce que les élus de l'opposition auraient "mal voté".

Dorothée Fizazi n'est d'ailleurs pas élue municipale. La présidente du Secours Populaire local est certes une militante de la section communiste d'Hénin-Beaumont, mais n'a jamais pratiqué le mélange des genres. Comme tout un chacun, ma camarade Dorothée est libre de ses engagements de citoyenne.

On ne saisit pas bien la logique punitive du maire d'Hénin-Beaumont qui s'exprime dans son surprenant courrier.

Il y a deux ans, la Ligue des Droits de l'Homme était expulsée de son local. Si Steeve Briois reste sur ses positions, le même sort pourrait arriver au Secours Populaire dans quelques semaines.

Au nom du Parti communiste, je m'inquiète pour l'avenir du tissu associatif héninois victime de mesures de rétorsion politique qui n'ont pas lieu d'être.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article