Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Marie-Christine Duriez, la mère de Steeve Briois, a été élue il y a quelques semaines présidente du Temps de Vivre, cette association héninoise qui propose de nombreuses activités pour les seniors.

Lors du conseil municipal du 15 juillet dernier, Bruno Bilde, l'adjoint aux affaires générales et juridiques et conseiller régional FN s'est lancé dans une intervention préventive afin de désamorcer toute polémique : nul entrisme, d'après-lui, dans cette nomination de la mère du maire d'Hénin-Beaumont, par ailleurs conseillère régionale FN depuis le mois de décembre dernier à la tête du Temps de Vivre.

Si Mme Duriez a pris la présidence du Temps de Vivre, c'est qu'on le lui a proposé. Adhérente depuis plusieurs années, elle aurait d'abord refusé avant d'accepter à la demande insistante des autres membres du bureau. Au Temps de Vivre comme dans d'autres associations, ce sont toujours les mêmes bénévoles qui s'investissent et acceptent de prendre des responsabilités dans le bureau.

Le bénévolat associatif demande du temps, de l'engagement, du travail et tout le monde n'est pas prêt à s'investir. Nous partageons tout à fait ce constat. Dans la vie associative, dans le syndicalisme ou en politique, les vocations sont rares. Souvent, les mêmes personnes peuvent être engagées dans plusieurs structures.

Quand on est engagé à la fois en politique et dans le monde associatif ou syndical, la règle est de ne pas pratiquer le mélange des genres et le prosélytisme. Pas question, par exemple, de recruter pour son parti politique à l'intérieur de son syndicat ou de son association.

Membre de deux associations de défense des droits de l'homme, je ne l'ai pour ma part jamais fait. J'ai le sentiment de défendre les mêmes valeurs quand je milite au PCF et quand je milite dans mon syndicat ou dans l'association.

Que la mère de Steeve Briois préside le Temps de Vivre ne me choque donc pas a priori.

Je suis plus choqué quand je vois Serge Gomichon, président de la section locale de l'Union Fédérale, partager sur son mur facebook des publications islamophobes, parce que dans ce cas, M. Gomichon viole à mon sens les statuts de son association qui écrivent noir sur blanc que l'UF a pour objet "la poursuite par des moyens pacifiques, de la lutte pour un idéal de LIBERTÉ, de JUSTICE et de DÉMOCRATIE ; la participation à toutes actions destinées à assurer la PAIX et la SÉCURITÉ INTERNATIONALE dans un climat de FRATERNITÉ et de COMPRÉHENSION HUMAINE"

L'attachement à la fraternité et à la compréhension humaine ne ressortent pas franchement de la page facebook de M. Gomichon, mais c'est le problème des responsables de l'Union Fédérale qui doivent faire respecter leurs statuts.

Le problème ne semble pas se poser avec Mme Duriez au Temps de Vivre.

Sauf que, du côté du Front national, on voit de la "politisation" dans toutes les associations où oeuvrent des militants engagés à gauche. C'est un peu l'histoire de la paille et de la poutre. Bruno Bilde hurle au conflit d'intérêt quand je dénonce l'expulsion de la LDH de son local d'Hénin-Beaumont au prétexte fallacieux qu'en tant qu'adhérent d'une association (dont je n'ai jamais fait partie du bureau), je n'aurais pas le droit d'en parler. C'est évidemment faux. 

Il dénonce la "politisation" du Secours populaire au motif de l'engagement politique de Dorothée Fizazi au Parti communiste, mais c'est son droit le plus strict de citoyenne et Dorothée Fizazi n'a jamais fait de politique au sein du Secours Populaire.

Le FN est allé jusqu'à contester l'élection d'Henri Lemonnier à la tête du Souvenir Français, à écrire à Paris, à exiger une nouvelle élection (qui a confirmé Henri Lemonnier)... Par contre, quand une conseillère régionale FN est élue à la tête d'une association, tout est normal. Quand Steeve Briois et son équipe réservent chaque année une table au repas du Temps de Vivre et passent l'après-midi à danser et à discuter avec les aînés, ils ne font pas du tout de prosélytisme...

Pour ma part, je n'aime ni la danse, ni les banquets, mais il ne me viendrait pas à l'idée de réserver toute une tablée pour moi et mon équipe politique pour parader à un banquet d'une association de seniors. Parce que ce serait faire du prosélytisme politique et que ce n'est pas le lieu. Je n'aime pas ça. Je trouve ça choquant.

Finalement, l'élection de Marie-Christine Duriez à la tête du Temps de Vivre est révélatrice autant de la mauvaise foi et du "deux poids, deux mesures" du FN que de la mainmise de l'extrême droite sur une partie du tissu associatif local.

Vie associative et militantisme politique : au FN, c'est deux poids, deux mesures
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article