Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

A propos du parc public de la rue Elie Gruyelle : La réponse d'un habitant de la ville d'Hénin-Beaumont aux mensonges du magazine municipal

En octobre dernier, un habitant d'Hénin-Beaumont nous a livré son témoignage à propos des fêtes champêtres et de l'inauguration du parc public de la rue Elie Gruyelle. A la suite de son témoignage, la majorité frontiste d'Hénin-Beaumont a publié un communiqué délirant sur la page facebook officielle de la ville d'Hénin-Beaumont accusant notre groupe d'opposition de salir la ville et de dénigrer le parc public et l'école municipale de musique. Ce communiqué mensonger s'est retrouvé dans le dernier magazine municipal. L'internaute qui a témoigné le mois dernier a souhaité répondre aux mensonges de la majorité FN. Nous publions bien volontiers son texte sur notre blog.

"Ce maire, celui d’Hénin-Beaumont, est inquiétant ou alors il relève d’une langueur d’esprit rare, ce qui est aussi possible. Car enfin il se doit de comprendre que si je reste anonyme c’est que je n’ai pas la « puissance » d’argent telle qu’il la possède (et qui est celle des habitants de la ville – et le mien par la même occasion) pour attaquer tout et n’importe qui pour la moindre remarque de ce qui lui semble une irrévérence à ses projets, à ses réalisations, à ses décisions.
Ainsi, lors de l’abattage des arbres du parc du jeu de paume, son adjoint BILDE filmait  les gens, qui étaient bien d’Hénin, eux, personnes qui voulaient dire leur refus d’abattre  de vieux arbres moins florissants. Certaines de ces personnes  se sont entendues interpellées d’un « je me souviendrai de vous ! » de l’adjoint du maire. Ça ne s’invente pas dans une commune dite démocratique. Des preuves ? J’ai filmé la scène.
Cet anonymat ne veut pas dire que je n’existe pas ou que mes écrits sont le fait des gens courageux de l’opposition municipale, chacun les connaît. Donc j’existe, vraiment, en tant que vrai citoyen et aussi comme habitant de la ville d’Hénin-Beaumont. J’ai parlé du quartier où je vis et des problèmes que je vis dans ce quartier depuis que ce maire exerce en mairie, problèmes que je n’ai JAMAIS eu avant lui, même avec Dalongeville que je ne regrette pas, évidemment.
Il est donc désagréable que dans les quelques lignes du numéro de novembre de  son journal, notre maire ne semble pas daigner répondre à mes constats et mes interrogations. Mais, hélas, ce n’est, encore et toujours, qu’à travers attaques contre ce qu’il appelle « les revanchards », comme il nomme l’opposition, cependant démocratiquement élue. Je tiens donc à souligner que j’existe, que nous existons,  en tant qu’habitants de cette ville et peut-être même  encore citoyens… Mais depuis son élection, c’est moins sûr, et non pas en « revanchard » !
Pour ce qui est du parc que je connais depuis bien plus longtemps que le maire -  qui n’est pas un Héninois de souche avec des origines minières – voir wikipédia- qui le laisse penser-  je ne l’ai JAMAIS vu « sale, abandonné à la gadoue, sans jeux pour enfants... ». Par contre aujourd’hui mercredi 15 novembre à 11h30 la pelouse côté jeux enfants est impraticable car recouvert d’une flaque d’eau ! Et il n’y a absolument personne qui y déambule.
Quant à l’éclairage, était-il indispensable, vu les heures d’ouverture du parc ? Quant à penser que le « rayonnement »  de notre ville tiendrait au parc public, voilà qui laisse rêveur sur les capacités d’un maire à gérer une ville. J’espère qu’il a d’autres ambitions pour celles-ci. Lesquelles ? Car j’ai toujours sous la main le beau catalogue de promesses sur papier glacé de sa campagne électorale et, quoiqu’il en dise au long de SON journal mensuel, je ne coche pas beaucoup de promesses réalisées.  
Quant à l’école de musique qui était invitée à soutenir l’éclat festif de l’inauguration – (mais où étaient donc ces 250 Héninois que souligne le maire - (Héninois vous dites ? Et comment ont-ils pu prendre « note du rendez-vous » pour ce 15 octobre…fallait-il justement que les « Héninois » soient au courant ! Comme ils ne l’étaient pas, qui étaient donc  ces 250 invités ?) - fallait-il donc le savoir qu’il s’agissait de l’école de musique dont nous connaissons les qualités depuis fort longtemps et depuis de nombreux maires, sans qu’il fût nécessaire que celui-ci vienne passer de sa brosse à reluire larmoyante. Il reste que je trouve curieux qu’une cérémonie « officielle » d’inauguration soit ponctuée de marches… américaines et le talent de l’école de musique n’est nullement mis en cause ici, évidemment.  
Il reste qu’à part ces propos de bas étage, le maire élude les autres constatations ! En effet rien sur la « maladie » des peupliers qui furent tous abattus Avenue Tassigny et rue Leclerc… sinon celle du marronnier, du parc, celui dorénavant au martin-pêcheur, qui était atteint lui du chancre suintant ! Nous voilà instruit ! Et les peupliers abattus de quoi étaient-ils atteints ?
Rien non plus sur les trottoirs qui sont toujours dans le même état avec les trous béants des anciennes souches (donc difficilement praticables) et surgeons des peupliers qui percent le macadam.
Rien sur les « fêtes champêtres » d’été et des dérangements occasionnés pour tout le quartier. Et quant au coût de l’opération ? Pas de réponse non plus. Il y a d’autres espaces sans habitations à proximité pour rassembler une trentaine de personnes.

Ainsi donc, comme d’habitude, nous naviguons dans le sirupeux qui se voudrait vertueux face à l’ignoble opposition revancharde. Et la fête continue !
J’aimerai avancer à visage découvert, mais les instances dirigeantes tant procédurières de cette ville ne le permettent pas, nous le savons ! J’en connais qui ne se le permettent plus vue le coût de l’opération sur leurs deniers personnels, eux, pour avoir osé s’exprimer ! Sans compter les insultes de bas étage et les menaces qu’ils ont reçues de toutes parts sans que le maire en aucune manière n’intervienne contre ces lanceurs d’insanités. N’est-il pas garant de notre sécurité, de notre tranquillité ?
Alors encore une fois je reste dans l’anonymat, hélas ! Peut-être un peu comme des proches qui en d’autres temps, mais sans aucune commune mesure avec la situation présente, durent rester anonymes, se cacher pour résister ! J’admire le courage de notre opposition, dont je ne fais pas partie n’étant VRAIMENT qu’un  habitant de cette ville,  et je les en remercie ici pour l’immense travail qu’ils font pour la vérité !
Gens de ma condition, vivant mal ce qui nous arrive depuis trois ans, habitants d’Hénin, révoltez-vous, BOUGEZ, cessez de vous soumettre : INDIGNEZ VOUS comme le demandait le regretté Stéphane Hessel. N’ayez pas peur. Parlez autour de vous, rectifiez les mensonges, les silences, les détournements de propos, les « on-dit » propagés par ce journal mensuel qu’il dit le vôtre.
ENSEMBLE nous pourrons enfin parler à visage découvert et redécouvrir notre ville, ENFIN. Merci.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article