Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Le résultat des élections européennes à Hénin-Beaumont

Le résultat des élections européennes est dramatique. Dramatique pour notre pays, et encore plus dramatique pour notre ville.

S'il y eu un sursaut de participation, ce sursaut ne profite pas à la gauche. L'extrême droite raciste de Le Pen et Bardella arrive en tête au plan national et obtient plus de 55 % des voix dans notre ville. C'est un cauchemar. L'adjointe de Steeve Briois, Aurélia Beigneux va devenir député européenne. Sans commentaire...

Malgré la belle campagne de Ian Brossat, le Parti communiste obtient à peine 2,49 % des voix au plan national et 2,07 % des voix à Hénin-Beaumont, dépassé par les Insoumis qui obtiennent 6,10 % des voix dans notre ville et par Générations de Benoît Hamon, à 2,54 %. Le talent de Ian Brossat n'est pas en cause et notre candidat, incontestablement, a été la révélation de la campagne. Notre campagne européenne a posé les jalons du retour du Parti communiste. Nous ne nous étions plus présentés sous notre étiquette à une élection nationale depuis 12 ans et le score catastrophique de 1,93 % de Marie-George Buffet aux présidentielles de 2007 qui avait conduit la direction du Parti communiste à créer l'alliance du Front de Gauche. En 2012 et en 2017, nous soutenions Jean-Luc Mélenchon, le candidat du PG, dont la stratégie populiste a fini par totalement diverger de celle du Parti communiste. Absent des présidentielles depuis 12 ans et sans figure de proue nationale médiatique, le PCF est aujourd'hui en reconstruction, dans une gauche dévastée. Le petit "effet Besancenot" que nous avons pu constater autour de Ian Brossat n'aura pas été suffisant pour que nous franchissions la barre des 5 % et nous perdons les élus que nous avions au parlement européen. Si la déception est au rendez-vous, elle ne doit pas nous faire oublier le succès des meetings, la remobilisation militante et le regain de confiance que cette campagne européenne aura permis. A l'avenir, il faudra compter sur nous. Les communistes sont là, et bien là !

Au sein du camp antilibéral, Jean-Luc Mélenchon, même affaibli par ses coups de colère et les défections au sein de son mouvement, conserve cette image de tribun qui lui a permis de capter une partie de l'électorat communiste. Les Insoumis sont cependant loin d'atteindre leurs objectifs. Leur socle électoral de 19 % de la dernière présidentielle a aujourd'hui fondu à un maigre 6,7 %, loin derrière EELV.

Le Parti socialiste, qui a été à la tête de notre ville pendant près d'un siècle depuis 1919, sauf pendant la Seconde Guerre mondiale et à la Libération, est à 3,22 % au plan local (6,6 % au national). A gauche, seuls EELV surnage un peu, obtenant 9,32 % sur Hénin-Beaumont, trois points en-dessous de leur moyenne nationale, malgré le travail de ma collègue Marine Tondelier.  

La République En Marche est à 10,55 % des voix sur Hénin-Beaumont, deux fois moins que son score national alors que les Républicains n'obtiennent pas 3 %.

Si les résultats nationaux sont dramatiques pour la gauche, ils sont catastrophiques pour notre territoire. En additionnant, les voix EELV, PS, PCF et Générations, nous sommes à 17 % sur Hénin-Beaumont (contre environ 25 % des voix au plan national)... La France Insoumise et la République en Marche pourraient faire bande à part. 

Dans la Voix du Nord de ce matin, le journaliste conclut qu'une alternance aux prochaines municipales de 2020 n'a jamais été aussi improbable.

A moins d'un an des municipales, nous devons réussir à convaincre les près de 5 000 électeurs frontistes, que la municipalité RN pratique l'enfumage permanent, que le RN est un parti de nuls et de profiteurs qui se gavent d'argent public, que cette municipalité d'extrême droite prend des décisions idéologiques choquantes, que ce parti pourvoyeur de fake news reste xénophobe et raciste, qu'il méprise l'opposition, la presse et les règles de la démocratie locale, qu'il gouverne par la terreur, qu'au plan national, le programme du RN est totalement inepte et serait une catastrophe pour la France, qu'au plan local, il se contente de faire le minimum et n'a pas de projet pour faire d'Hénin-Beaumont une ville du XXIe siècle. 

Nous devons aussi les convaincre qu'il existe à Hénin-Beaumont des citoyens, des militants, des syndicalistes attachés à leur ville, capables de se rassembler et porteurs d'un projet pour faire d'Hénin-Beaumont une ville plus démocratique, plus solidaire et tournée vers l'avenir.

Au boulot !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article