Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Inauguré en juillet 2018, le crématorium d'Hénin-Beaumont a terminé l'année avec un déficit de 150 000 euros, comme on l'a appris lors du dernier conseil municipal, le 8 novembre dernier, à la lecture du rapport d'activité de la Société des crématoriums de France, la société, filiale du groupe Funécap, qui gère l'établissement. 

La Voix du Nord résume : "L’établissement a réalisé 192 crémations sur une période de cinq mois, en 2018. Or, le budget a été construit sur une activité de 740 crémations sur douze mois (soit 308 en proratisant sur cinq mois)."

Marine Tondelier est intervenue au nom du groupe Agissons Unis pour Hénin-Beaumont pour exprimer ses inquiétudes. Si les chiffres ont remonté sur l'année 2019, le crématorium de Vendin-le-Vieil étant en travaux, on peut redouter que les chiffres repartent à la baisse, une fois la modernisation du crématorium de Vendin-le-Vieil terminée.

Dans son rapport sur la ville d'Hénin-Beaumont, accessible sous cet article, la Chambre Régionale des Comptes avait souligné :

"Une étude d’opportunité, réalisée dans le cadre du marché attribué en 2013, a établi un potentiel immédiat de 1 800 crémations par an, et de 4 000 à l’horizon 2038 pour une population de 692 000 habitants dans un rayon de 30 km autour de la commune. Elle  notait un  taux  d’équipement  déjà  élevé  ainsi  que  l’existence  de  trois  projets à proximité pour conclure que le manque d’équipement supposé n’était pas avéré. Cette étude concluait que « le contexte concurrentiel est important ainsi que les projets » et que « le tarif bas pratiqué par le crématorium de Lens–Vendin-le-Vieil et les interrogations sur son avenir (réhabilitation   ou   réhabilitation/extension)  rendent  difficile  l’affirmation  de l’opportunité de réalisation d’un équipement sur Hénin Beaumont ». [...] La chambre constate, sans apprécier l’opportunité de sa décision, la prise de risque de la commune, qui n’a pas tenu compte des conclusions de l’étude qu’elle avait elle-même diligentée et  a  mis  en  place  un  projet  de  grande  envergure,  sans  actualisation  des  données  relatives  aux besoins locaux et à la concurrence des sites à proximité. Si l’exploitant était amené à cesser son activité, au cas où le site viendrait à ne pas être compétitif, pour des raisons de dimensionnement et  de  positionnement  tarifaire  notamment,  la  commune  aurait alors à  prendre  en  charge  un équipement désaffecté."

Le rapport d'activité présenté lors du conseil municipal donne raison à la CRC et prouve à quel point nos inquiétudes étaient justifiées. La délégation de service public signée entre la ville et la société chargée de l'exploitation du crématorium fait peser un gros risque financier à notre commune qui s'est lancée dans un projet dont l'opportunité était plus qu'incertaine.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article