Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

A propos de Pierre Darchicourt, Jean-Claude Delhaye et du "conseil des sages"

Lors de la cérémonie des voeux du maire, dimanche dernier, Steeve Briois a rendu un surprenant hommage à l'ancien maire, Pierre Darchicourt, ce qui n'a pas manqué de faire réagir la Voix du Nord.
Il est vrai qu'entre 1995 et 2001, Steeve Briois, alors conseiller municipal d'opposition, était loin de saluer les qualités de visionnaire de Pierre Darchicourt...

Dans le même passage de son discours, Steeve Briois a salué le travail de Jean-Claude Delhaye, l'ancien premier adjoint de Pierre Darchicourt, estimé de tous, qui préside le conseil des sages qui rassemble d'anciens élus des précédentes mandatures.

Je ne sais pas à quoi sert le conseil des sages. Conseillers d'opposition, nous avons été écartés des conseils de quartier et nous n'avons eu aucun rapport avec le conseil des sages.
Nous n'avons jamais été invités à une seule de ses réunions, nous ne savons pas sur quels thèmes il a travaillé, quels rapports il a produit, nous n'avons été destinataires de rien, informés de rien.
Pire, au conseil municipal, nous découvrions que les membres du conseil des sages avaient été informés et consultés sur des projets que les élus d'opposition découvraient dans le book du conseil municipal. 
Bruno Bilde m'avait rétorqué que les élus d'opposition... s'opposaient alors que les membres du conseil des sages leur faisaient des propositions constructives...

Ancien premier adjoint socialiste, Jean-Claude Delhaye avait l'autorité politique, en tant que président du conseil des sages, pour inviter les élus d'opposition, s'il l'avait voulu, pour nous communiquer un minimum d'informations, ou simplement échanger de temps en temps avec les élus minoritaires et nous aurions pu lui livrer nos analyses.
Personne ne lui demandait de transformer une instance de démocratie participative en instance de subversion, mais il aurait pu prendre l'initiative de faire du conseil des sages un lieu indépendant et un contre-pouvoir.
Le conseil des sages n'aurait-il pas pu s'auto-saisir des graves atteintes à la liberté d'expression qu'ont subies la presse et l'opposition durant tout le mandat du fait de la majorité RN ? 

Il aurait PU le faire. Il aurait DÛ le faire.

A la place de M. Delhaye, à la tête du conseil des sages, il est certain que j'aurais fait de cette instance un foyer de résistance et d'opposition.
Parce qu'on ne discute pas avec l'extrême droite.
On ne leur fait pas des propositions constructives. On ne leur serre pas la main.
L'extrême droite, on les combat !
Une barricade n'a que deux côtés et un fleuve de sang nous sépare des fascistes.

Des journalistes me demandent parfois pourquoi il n'y a pas plus de résistance contre la majorité RN.
La réponse est là : parce que certains ont déserté l'indispensable combat antifasciste pour un semblant de poste honorifique, une subvention à leur association ou un peu de reconnaissance...

Je ne sais pas si c'est ce qui a motivé l'engagement de quelques anciens élus au conseil des sages. Peut-être tout simplement certains ont-ils voulu être utiles à leur ville...
Etre utile à sa ville en contribuant à faire réussir le frontisme municipal, c'est au bout du compte nuire à sa ville et être utile à l'extrême droite...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article