Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Un avis de la Chambre Régionale des Comptes édifiant sur l'amateurisme et la mesquinerie de la majorité RN héninoise

C'est un avis de la Chambre Régionale des Comptes des Hauts-de-France assez édifiant qui a été communiqué au conseil municipal cet après-midi.

La majorité municipale RN s'est bien gardée de le commenter, tant il démontre son amateurisme et sa mesquinerie. Nous le publions sur notre blog sous cet article.

On y apprend que la ville d'Hénin-Beaumont réclame près de 20 000 euros (très précisément 19 516,21 euros) à la ville de Liévin, que la ville de Liévin refuse de payer d'où la saisie de la CRC par le Préfet.

Pourquoi la commune d'Hénin-Beaumont réclame-t-elle cette somme à celle de Liévin ? Tout simplement pour se faire rembourser un total de 91,5 journées de formation de l'ancien chef de la police municipale héninoise qui a obtenu sa mutation pour la ville de Liévin le 1er avril 2018 ; or la loi prévoit que lorsqu'un fonctionnaire est muté moins de trois ans après sa titularisation, la collectivité d'accueil doit prendre en charge une partie des frais de formation payés par la collectivité d'origine.

C'est là que le bât blesse : l'ancien chef de la police municipale héninoise, nommé chef de service de la police municipale par sa précédente collectivité (Noisy-le-Sec) en juillet 2014 par promotion interne n'aurait pas rempli, nous dit la ville d'Hénin-Beamont, les conditions statutaires pour diriger un service de police municipale et a donc été recruté par la ville d'Hénin-Beaumont au poste de brigadier-chef en octobre 2014 avant d'être nommé chef de police municipale le 8 février 2016 via un arrêté rétroactif depuis octobre 2014. Comprenne qui pourra...

La Chambre Régionale des Comptes note à ce sujet : "la commune d'Hénin-Beaumont se prévaut d'un acte administratif rétroactif constatant l'illégalité d'un acte qu'elle a, elle-même, pris ;"

Bien évidemment, la ville de Liévin considère qu'elle a recruté en 2018 un chef de service de police municipale titulaire de son grade depuis 2014, donc depuis plus de trois ans et qu'elle n'a rien à payer à la ville d'Hénin-Beaumont.

Sans se substituer au Tribunal administratif de Lille qui aura à trancher, la CRC constate que "la dette est sérieusement contestée dans son principe" et conclut qu'il n'y a donc pas lieu de mettre en demeure la ville de Liévin de rembourser les 19 516,21 euros à la ville d'Hénin-Beaumont.

L'avis cinglant de la CRC est donc un avis de défaite pour la municipalité RN héninoise qui démontre là son amateurisme. Cette affaire illustre aussi le climat malsain qui règne en mairie d'Hénin avec des employés municipaux qui cherchent à partir ailleurs. Loin de se remettre en cause, la majorité RN héninoise réagit comme elle le fait toujours : par des mesures de rétorsion et de vengeance mesquines...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article