Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Depuis plusieurs années, le beau principe républicain de laïcité est dénaturé par des imposteurs : Manuel Valls et ses amis du Printemps Républicain, Zineb El Rhazaoui, le journal Marianne, Charlie Hebdo, sans oublier Jean-Michel Blanquer et Marlène Schiappa ont totalement dévoyé le principe de laïcité.

Loi de liberté, la loi de séparation des Eglises et de l'Etat de 1905 garantit la liberté de conscience et de culte de tous les citoyens et citoyennes de ce pays. La neutralité de l'Etat, des collectivités publiques et des fonctionnaires dans l'exercice de leurs missions est l'un des piliers de la laïcité. Croyants de toutes obédiences, agnostiques et athées peuvent cohabiter dans le respect sans que les pouvoirs publics n'avantagent aucun culte par rapport aux autres.

La laïcité n'est pas le bannissement de l'expression religieuse des citoyens, ou sa relégation dans l'espace privé du domicile, au prétexte de ne pas heurter d'autres citoyens. Les convictions religieuses peuvent tout à fait s'exprimer librement, par le port de signes ou de vêtements. Ainsi, en 1905, le législateur a refusé les amendements visant à interdire le port de la soutane dans la rue.

Aujourd'hui, pour complaire à l'extrême droite xénophobe qui théorise le "grand remplacement" et dénonce l'invasion arabo-musulmane dont le voile et les mosquées seraient la manifestation, des républicains prônent l'application stricte des règles de neutralité applicables aux fonctionnaires à de nouvelles catégories de personnes : accompagnatrices scolaires, personnel des entreprises de transport, salariés du privé (à l'encontre du Code du travail et de la jurisprudence de la chambre sociale de cassation qui protège les salariés dans l'entreprise et interdit les discriminations religieuses), jusqu'aux vacanciers sur les plages et aux passants dans les rues...

Le climat actuel est nauséabond. Quand la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal se lance dans une chasse aux sorcières contre de supposés islamogauchistes qui séviraient dans les universités, on ne peut qu'être inquiet d'une banalisation des idées d'extrême droite.

Le mouvement laïque est divisé : d'un côté, les franc-maçons du Grand Orient de France, la LICRA ou l'UFAL se retrouvent sur des positions d'extension du principe de neutralité, rendu nécessaire, selon eux, par l'existence d'un islamisme réactionnaire et parfois terroriste. 

De l'autre, la Ligue des Droits de l'Homme, la Ligue de l'Enseignement, la FCPE ou encore la Libre Pensée restent attachées à la vision originelle et libérale de la loi de 1905, aux droits de l'homme, au refus des discriminations et à la liberté de consience et ne voient pas en quoi des mesures attentatoires aux libertés individuelles feraient reculer les lectures religieuses et cléricales réactionnaires.

Les partis de gauche se montrent divisés. La fracture entre organisations laïques les traverse également. Dans ce contexte, les tenants d'une laïcité dénaturée obsédés par l'islam ont marqué un point en obtenant la suppression de l'Observatoire de la laïcité, présidé par Jean-Louis Bianco et qui menait un travail remarquable d'explication et de formation des agents publics.

Jean-Louis Bianco, Nicolas Cadène, rejoints par d'éminents spécialistes de la laïcité comme Jean Baubérot, Valentine Zuber ou encore Michel Wieviorka viennent de créer une nouvelle association, Vigie de la laïcité afin d'exercer une veille active sur les questions de laïcité. "La vigilance doit éviter que la laïcité perde sa source et se coupe de la philosophie politique libérale contenue dans la loi de 1905 qui l’a toujours guidée" expliquent-ils.

Adhérent de la LDH, de la Ligue de l'enseignement et de la Libre Pensée, je me reconnais absolument dans leur démarche. C'est cette vision de la laïcité qui m'avait conduit à engager - et gagner - un recours contre la municipalité d'Hénin-Beaumont qui avait violé la loi de 1905 en installant une crèche de Noël dans le hall de la mairie, démarche qui m'a valu à l'époque un flot d'injures, qui a entraîné une plainte en justice contre Steeve Briois et un nouveau recours devant le Tribunal administratif, Steeve Briois considérant que le cyberharcèlement et la publication d'injures sur sa page facebook contre un défenseur de la laïcité constituent une mission normale du maire.

Je rejoindrai donc Vigie de la laïcité dès qu'il sera possible d'y adhérer.

Vive la République sociale et vive la laïcité  !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article