Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Briois et les pignoufs
Briois et les pignoufs
Briois et les pignoufs

Sur internet, une plongée dans les archives est parfois cruelle... A une semaine du procès en appel qui m'opposera jeudi prochain à l'ex-DGS de la municipalité d'extrême droite d'Hénin-Beaumont, je me suis replongé dans la lecture fort instructive de l'ancien blog de Steeve Briois.

Steeve Briois avait créé une rubrique spéciale sur son blog intitulée "mes procès contre les pignoufs". Il y dénonçait vivement le harcèlement judiciaire dont il était l'objet de la part de la municipalité Dalongeville.  Exemple avec quelques articles exhumés, qui datent de 2006, c'était il y a quinze ans...

Le 20 mars 2006, Steeve Briois notait ainsi : « C’est demain, mardi, que la cour d’appel de Douai rendra ses deux arrêts dans les procès en diffamation que la mairie d’Hénin-Beaumont intente à Steeve Briois. Ces procédures ont coûté des dizaines de milliers d’euros dans le seul but de faire taire le leader de l’opposition. […] Hystérique, le maire d’Hénin avait fait appel du jugement (toujours avec l’argent des contribuables). Lors de l’audience du 13 février dernier, ni le maire, ni son avocat ne s’étaient déplacés devant la Présidente de la chambre correctionnelle. »

Le 5 août 2006, le leader du FN écrivait : « Dalongeville ne cesse de perdre tous ses procès aux frais du contribuable… Mais il persiste et il signe dans l’illégalité. Ainsi, non content d’avoir perdu ses procès en diffamation en premier instance et en appel, voilà que le maire d’Hénin-Beaumont a fait appel de la décision du tribunal administratif […]  Et, pour faire appel, Dalongeville a de nouveau eu recours aux services d’un avocat parisien […]. Evidemment, Maitre Burg ne fait pas tout cela gratuitement…. Et qui paye ? Vous, nous, bref les contribuables. Le budget « contentieux » de la ville explose dans l’unique but de satisfaire les infractions de Dalongeville. »

Le 31 août 2006, il notait : « C’est désormais une question d’habitude. Mardi, un  huissier de justice (avec qui je vais finir par sympathiser à force de le voir sonner à ma porte) est venu me délivrer une citation à comparaître pour diffamation ! Et si ce n’est pas Dalongeville qui m’attaque, c’est donc un de ses proches. […] Rappelons que j’en suis à mon 7ème procès gagné contre la municipalité. »

Steeve Briois et ses amis, dont l'ancien DGS, m'ont intenté en dix ans huit procès en injures ou en diffamation, qui se sont soldés par une condamnation et un total de douze victoires, en première instance, en appel et en cassation. Dans le procès en appel qui m'opposera à l'ancien DGS, j'ai été relaxé en avril dernier, mais le proche du maire d'extrême droite avait fait appel, toujours avec l'argent du contribuable, défendu par le même avocat parisien qui défend Steeve Briois. 

Ironie de l'histoire, Steeve Briois m'a poursuivi, une fois, pour avoir écrit qu'il était "l'héritier spirituel de Gérard Dalongeville". J'avais évidemment été relaxé en première instance, puis en appel.

Tout aussi fort, lui qui reprochait le 5 août 2006 à l'ex-maire de faire appel de la décision du Tribunal administratif l'a fait à deux reprises, quand j'ai fait condamner la mairie d'Hénin-Beaumont pour la crèche de Noël dans le hall de l'hôtel de ville et pour la note de la rédaction sous les tribunes de l'opposition dans le magazine municipal. Mes deux recours étant solidement argumentés et soulevant des illégalités manifestes, Steeve Briois a bien évidemment perdu en appel et devinez quoi ? La mairie d'Hénin-Beaumont était défendue... par un cabinet d'avocats parisien...

En réalité, Steeve Briois et ses amis reproduisent très exactement avec leurs opposants tout ce qu'ils reprochaient à Gérard Dalongeville. Des procédés... de pignoufs.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article