Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Méricourt

Archives

 

Publié par David NOËL

Le PCF comme LFI ont critiqué la visite de Nancy Pelosi à Taïwan en accusant les Américains de provocation et en rappelant qu'il n'y avait qu'une seule Chine. Je regrette ce type de déclarations. J'ai toujours combattu le "campisme" qui amène une partie des militants de gauche, par anti-impérialisme, à s'opposer en priorité au camp occidental dans une logique de guerre froide.

L'anti-impérialisme amène par exemple, à l'intérieur de la CGT, une partie des militants proches des réseaux du PRCF à plaider pour que la CGT sorte de la Confédération Syndicale Internationale (CSI) pour rejoindre la Fédération Syndicale Mondiale (FSM). J'ai consacré à cette question un article paru dans le numéro 405 de La Pensée.

Les droits de l'homme ne sont pas un concept de l'impérialisme occidental qui serait par nature inapplicable en Arabie saoudite, en Russie, en Iran ou en Chine.
Le droit à la liberté est un droit naturel et fondamental qui fait partie de l'essence de chaque être humain.

Une société politique doit respecter les droits de l'homme, qui figurent dans la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948.
La liberté d'opinion, la liberté de conscience, la liberté de la presse, la liberté d'association, la liberté syndicale, la liberté politique, le multipartisme et les élections libres, le refus de la peine de mort et de la torture ne sont pas en option. Elles doivent être le socle de toutes les sociétés politiques.

La séparation de la Chine et de Taïwan est une survivance de la guerre froide, comme l'existence de 2 Corées ou celle de 2 Allemagnes avant 1990.
Mais les habitants de Taïwan ont des libertés politiques qui n'existent pas en Chine et souhaitent les conserver.

L'exemple hong-kongais montre le mépris de la Chine pour les accords passés sur le principe "un pays, deux systèmes". Il ne peut pas y avoir 2 systèmes : le seul système qui vaille, c'est la démocratie.

La Chine n'a rien de communiste. Le communisme, c'est la liberté de chaque citoyen, l'égalité, le partage des richesses et la paix. Sans libertés fondamentales, il n'y a pas de communisme, il n'y a que d'hideuses impostures.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article