Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

logo-nord-eclair.gifLes syndicats affichent leur satisfaction alors qu'hier, dans les rues de Lille, entre 8 000 et 10 000 manifestants ont répondu à leur appel unitaire pour défendre les retraites.


MARIE GOUDESEUNE > region@nordeclair.fr


Ce genre de mobilisation commence avant le rendez-vous officiel (porte de Paris à Lille, à 14 h 30), dans le métro.

Impossible de passer outre les groupes de Cgtistes qui se serrent et font du bruit dans la rame. Alors forcément, le sujet fait boule de neige sur les autres voyageurs a priori moins concernés : « Repousser les retraites, ça ne va pas aller. Nos jeunes n'auront plus de boulot ! », réagit une dame. Sa voisine d'en face prédit un avenir sombre : « Je vous le dis, ça ne va pas s'arranger. » Les autres écoutent.
Finalement, la question des retraites, tout le monde y pense plus ou moins.


« Mieux que le 23 mars »


Porte de Paris, 14 h 30. Ils sont nombreux, les manifestants. Entre 8 000 et 10 000. À tel point que les syndicats affichent leur satisfaction : « On a fait mieux que le 23 mars : en comptant les manifs du matin dans le Pas-de-Calais (à Boulogne, Béthune, Arras, Calais...), on arrive à pas loin de 20 000 manifestants », avance même Philippe Perrault, secrétaire général de la CFDT Nord - Pas-de-Calais.

Six syndicats ont formulé un appel unitaire pour cette journée - CFDT, CFTC, CGT, Unsa, FSU et Solidaires). On a pu voir des cheminots, des infirmières, des salariés de Conforama, de Renault - Douai, et puis des profs comme David, 29 ans : « Quand j'étais étudiant à la fac, on nous disait qu'il faudrait cotiser 37,5 ans à taux plein. Avec le gouvernement actuel, on va monter désormais à 42-43 ans ! » Ce militant SNES enseignant l'histoire-géo, a du mal à digérer que « le CAC 40 ait augmenté 400 % depuis le milieu des années 80. Et nos salaires, pourquoi ils n'augmentent pas ? » CAC 40, patrons, grandes entreprises : des mots que beaucoup ont cité, hier, dans le cortège, en opposition aux « salariés qui trinquent » : « L'État pourrait commencer par arrêter ses dépenses superflues, notamment pour payer plus de 380 chauffeurs ! » s'emporte Sarah. Plusieurs profs de cette jeune lycéenne lilloise manifestaient aussi, hier. Le Rectorat de Lille a d'ailleurs annoncé des taux de grève allant de 8,6 % dans les lycées généraux et professionnels à plus de 20 % dans les collèges. « Un gouvernement ou un patronat ne peut pas ignorer ce niveau de mobilisation » , a fait remarquer Agnès le Bot, secrétaire régionale de la CGT. Elle annonce la suite du mouvement ce lundi 31 mai, durant lequel les organisations syndicales ont prévu de se réunir.


Source : Nord Eclair
Vendredi 28 mai 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article