Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

tlogoantifn.jpg Avec près de 42 % sur l'ensemble de la XIVe circonscription et près de 45 % des voix à Hénin-Beaumont, le Front national a obtenu des scores que personne n'aurait pu imaginer, alors même que l'élection législative ne constituait, on le sait bien qu'un tour de chauffe pour l'élection municipale de mars 2008 lors de laquelle le FN espère bien s'emparer de la mairie d'Hénin-Beaumont à la faveur d'une triangulaire...

Les résultats du FN sont extrêmement inquiétants, pour tous les démocrates.

Ce matin même, lorsque j'ai consulté les commentaires postés hier sur notre blog, j'y ai trouvé deux commentaires injurieux que je n'ai évidemment pas validés. Un certain "yohan" du FN Flandre écrit ainsi en langage sms : "Vive Marine Le Pen [...]. On va tous vous niquer bande de pédés !". Quelques minutes plus tôt, un internaute anonyme s'est contenté de poster ce simple message : "Sieg Heil !". Je suis prêt à envoyer la capture d'écran à Steeve Briois s'il le souhaite... Marine Le Pen et Steeve Briois sont apparemment les derniers à savoir qu'il y a, à l'intérieur même de leur parti ou à ses marges, un certain nombre de personnes racistes, homophobes, ou qui éprouvent une fascination malsaine pour le nazisme ! 

Les 45 % d'Héninois qui ont voté pour Marine Le Pen doivent savoir qu'ils n'ont pas simplement voté pour "Marine", mais que par leur vote, ils apportent leur soutien à une idéologie faite de xénophobie, de nationalisme et de poujadisme.

Quels que soient les défauts de Gérard Dalongeville et d'Albert Facon, le vote d'extrême droite est une insulte envers les ouvriers, une insulte envers les résistants, un insulte envers les victimes du fascisme comme Joseph Fontaine, assassiné par un fanatique de l'Action Française.

Au parlement européen, Marine Le Pen siège dans le même groupe qu'Alessandra Mussolini, la petite fille du Duce !

La grande majorité des électeurs frontistes n'adhère évidemment pas à l'idéologie qui a toujours été celle de l'extrême droite. Toutes les forces politiques républicaines devront mener un véritable travail d'éducation civique pour récupérer ces électeurs qui ont la colère noire.

Il nous reste peu de mois pour éviter la catastrophe. Les militants du Parti Communiste seront de toutes les actions contre le Front national et continueront de proposer aux habitants d'Hénin-Beaumont, un autre projet de société, généreux et solidaire.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
D'accord avec toi, "l'intégration à marche forcée dans l'Europe libérale" provoque des poussées de nationalisme (cf aussi la Pologne), mais d'abord. Comme disait le camarade Joseph "c'est de l'intérieur que les forteresses se prennent" et c'est pas parce qu'il s'appelait Joseph qu'i avait forcément tort sur tout, ensuite.L'Europe sociale c'est un projet qui me semble pouvoir tenir la route, à condition qu'on s'en donne les moyens, qu'on en parle un peu plus, qu'on essaye de rejoindre les autres mouvements sociaux de revendication qui existent déjà ailleurs, mais qui sont tous dispersés aux quatre coins de l'Europe sans vraiment de coordinations entre eux.On nous parle d'alter mondialisme, j'ai rien contre (encore que certans clowns, bon passons), mais qui peut le plus peut le moins non ?Avant de s'attaquer au monde, si on essayait en Europe, ça me paraît logique comme démarche. Si on en sort de l'Europe, on v se retrouver rapidement dans une situation comparable (toutes proportions gardées) à la Russie de 1918, au moins du point de vue économique. Est ce une ambition capable de soulever la "ferveur des masses" ? A mon avis, non, mais je peux me tromper.Comme tu dis, discutons en, ça c'est important, pas les états d'âme du père Hue, dont je me fiche éperdument.Cordialement
Répondre
E
Cette question est évidemment sensible et le pire serait de l'évacuer sous prétexte qu'elle fait débat. Sous une forme un peu directe (on fait court sur les blogs sinon personne ne lit) c'était l'objet de mon commentaire du 19/06. Je confirme que nous devons la poser dans le débat entre communistes qui doit s'ouvrir si l'on veut que nos idées reprennent du poil de la bête...Un dernière chose: c'est sur le plan national que l'on a eu la sécu, les conventions collectives, les retraites par répartition, les sociétés nationales (EDF...) c'est au nom de "l'europe" que l'on nous impose la "concurrence libre et non faussée" et que l'électricité va augmenter de...30 %!  Sans parler de "l'euro fort" qui tue des dizaines de milliers d'emplois. Par ailleurs, sortir de l'UE et de la monnaie unique n'empêche pas les rapports pacifiés entre états. A contrario, l'intégration à marche forcée peut entraîner des poussées de nationalisme et pourquoi pas des conflits ( cf. ex -Yougoslavie)
Répondre
M
Mon cher Diablo, je vais souvent vous rendre visite sur votre blog et j'avoue partager pas mal de vos avis, mais sur ce coup là, je ne vous suivrai pas :"L'espace national reste, de mon point de vue, le plus pertinent pour mener des luttes victorieuses contre le capital."Ouch !  Je ne voudrais pas être désagréable à votre encontre, mais ça me rappelle furieusement certaine théorie sur le "socialisme dans un seul pays" dont nous connaissons malheureusement la suite.Que l'idée européenne ait été récupérée, dénaturée, par les tenants du libéralisme sauvage, cela je ne le contesterai évidemment pas, mais est ce raison pour l'abandonner ?J'ajoute que pour les "gens" en général (comme on dit), l'Europe constitue un gage de paix (malgré tout) et la persperctive de la quitter aura bien du mal à faire son chemin ("un pas en avant, un pas seulement" camarade). Il ne semble pas si urgent d'introduire un élément superflu dans notre stratégie, susceptible de nous écarter encore plus de ce que pensent le "masses" (pour un profit bien éventuel bien aléatoire). A moins de 2%, les urgences (me semble-t-il) sont ailleurs. Se ranger aux côtés du FN et autres partisans nationalistes du même tonneau, voilà qui risque d'envoyer un message bien équivoque. Non ?Cordialement
Répondre
E
L'espace national reste, de mon point de vue, le plus pertinant pour mener des luttes victorieuses contre le capital. C'est parce qu'elle sait très bien cela que la grande bourgeoisie s'évertue de "tuer la nation" au profit de la supranationalité. C'est un piège tendu au mouvement ouvrier...Le nationalisme ou le chauvinisme n'ont rien à voir là dedans....
Répondre
D
Je réagis à la remarque d'El diablo pour exprimer mon désaccord. L'Europe est une construction politique et force est de constater que beaucoup de décisions se prennent au niveau européeen. L'Europe n'est pas par essence capitaliste. A nous de lutter pour une Europe socialiste et d'unir les peuples d'Europe ( et les autres...) dans ce sens. Cette idée peut redonner des couleurs à notre combat. Je soutiens en ce qui me concerne les camarades italiens dans leur projet de Gauche européeenne( voir article sur Bellaciao)A mon sens, la sortie de l'UE est non seulement une erreur politique de nationaliste passéiste et fétichiste mais curieusement elle peut amener à se retrouver avec des formations politiques droitières ( dont le FN) qui ont placé la Nation au centre de leur combat pour masquer leur vrai visage. Les communistes devraient, à mon sens, aller de l'avant sur cette question et utiliser le niveau européeen pour unir les peuples et combattre le capitalisme. En tout cas le débat continue au PCF et je vois, quant à moi, avec sympathie, renaître la belle idée d'eurocommunisme.....
Répondre
C
Il serait vivement souhaitable que les partis et surtout ceux qui en vivent s'interrogent sur les raisons qui amènent un tel score du Fron National dans la 14e circonscription. Cette performance est d'autant plus impressionnante qu'Hénin fait exception sur le territoire métropolitain et d'outre-mer. Y aurait il un climat particulier?Examinons bien ce qui amène une telle fraction de population à orienter ainsi son vote. Ne serait ce pas un appel du désespoir devant l'incapacité de ceux à qui ils ont fait confiance depuis tant d'années ? Ne serait ce pas aussi une façon de signifier que c'en est assez du système instauré qui n'a rien à voir avec les idées généreuses pronées ici et là par ceux-là même qui les foulent au pied ?Poser les questions, c'est déjà y répondre. Reste ensuite à prendre la position politique qui permettra la clarification. Il faut apprendre à être courageux et à résister à ceux qui usent de leur pouvoir , surtout quand ils revendiquent être à gauche et qu'ils ne livrent qu'un seul combat: le leur.
Répondre
E
S'il n'y a pas de danger fasciste à proprement parlé dans notre pays, le risque existe de voir élire, ici ou là, des extrêmistes de droite dans des communes particulièrement touchées par le chômage sur fond de délocalisations. L'intégration à l'UE est une des causes de cette situation qui plonge des millions de travailleurs dans la misère et le désespoir. Il serait grand temps de s'imprégner de cette idée et de passer de la "lutte pour une europe "sociale" à la lutte pour la sortie de l'UE.  
Répondre
P
Monsieur,Il y a des cons partout et pas seulement au FN comme vous avez l'air de le dire. Voyez le PC français qui a soutenu l'Union Soviétique et ses goulags, la Chine et ses exécutions sommaires, les pays de l'Est et leurs nombreuses exactions. De part le monde, plus de cent millions de personnes sont mortes sous le régime communiste. Et que dites-vous de "l'union sacrée" entre les Nazis et les Soviétiques au début de la 2ème guerre mondiale ?
Répondre
D
Toujours le même argument ressassé à satiété... Mais je vais vous répondre : Le stalinisme est un pur produit de l'histoire russe. Staline se voyait comme le nouvel Ivan le Terrible. De la même manière, le maoïsme est un pur produit de l'histoire chinoise. Humiliée par l'Occident au XIXe siècle, le sursaut nationaliste en Chine prend la forme du communisme à partir de la fin des années 30. Les 100 millions de morts dénombrés par S. Courtois meurent dans des sociétés russes et chinoises "brutalisées" par les deux guerres mondiales. Le marxisme n'a rien à voir là dedans, l'idéal révolutionnaire non plus. Le PCF s'inscrit pour sa part dans la tradition révolutionnaire française, qui remonte à 1789. Les communistes sont les héritiers des communards et des syndicalistes-révolutionnaires d'avant guerre. Les premiers militants communistes sont issus de la CGT et des CSR, les comités syndicalistes révolutionnaires. Par contre, de peur de discréditer l'idéal révolutionnaire, le PCF a tardé à prendre ses distances avec les régimes qui se réclamaient du communisme et c'était une erreur, parce que l'idéal révolutionnaire est indépendant d'Octobre 1917 et de l'URSS.