Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Conseillère régionale, membre du Secrétariat fédéral du PCF du Pas-de-Calais et membre du Conseil national, Cathy Apourceau a assisté, avec Jean-Claude Danglot au dernier Conseil national. Dans les colonnes de Liberté 62, elle revient sur les débats qui traversent le Parti communiste. 

cathy-apourceau.jpgLiberté 62 :
"Suite aux élections présidentielles et législatives, la direction nationale du PCF vient de proposer un débat et une réflexion "sans a priori" et "sans tabou". Que pensez vous de cette proposition?"


Cathy Apourceau - "Je suis de celles et ceux qui pensent qu'il faut, effectivement, avant toute chose, engager un vrai débat dans le parti, un débat ouvert, franc et sans complaisance sur les erreurs stratégiques qui nous ont mené droit dans le mur. L'affaiblissement du Parti doit nous faire réflechir sur notre avenir et non pas nous replier une nouvelle fois dans une analyse simpliste, surfaite, rejetant la responsabilité sur les autres. Bien évidemment, les grands médias, le bipartisme consécutif au quinquénnat et au renversement du calendrier électoral sont en partie responsables de la situation actuelle mais cette réalité n'explique pas tout."

Liberté 62 : "Que pensez vous de l'idée de programmer dans cette perspective la tenue d'un congrès extraordinaire en décembre prochain?"

Cathy Apourceau - "Je crains que l'annonce d'un congrès extraordinaire qui plus est, à la va vite, ne favorise pas le débat en profondeur. Une très large majorité des adhérents de notre fédération s'opposent à ce congrès extraordinaire et ceci pour trois raisons essentielles : d'un point de vue tactique, d'un point de vue stratégique et d'un point de vue financier. Deux choses doivent primer : d'une part l'unité des communistes et d'autre part la volonté de redonner aux militants communistes des armes pour mener la bataille idéologique face à Nicolas Sarkozy et au Medef. Dans le cadre des élections législatives, c'est notre ancrage local qui nous a permis de sauver les meubles et certainement pas notre stratégie. Là où nous avons peu d'ancrage et là où nous sommes en état de faiblesse d'organisation, c'est l'effondrement ! Et que propose-t-on de faire ? Deux congrès, l'un à l'automne et l'autre un an plus tard. Une nouvelle fois ce que propose la direction nationale est en dehors de toute réalité. Dès Septembre, chaque fédération, chaque section va préparer municipales et cantonales. ouvrir un congrès à la veille de ces élections importantes pour notre ancrage local est une abérration, une erreur tactique et une source de division. Enfin, deux congrès alors que les finances du Parti sont au plus mal, c'est un luxe ! Un seul congrès après les municipales aurait amplement suffit pour définir une stratégie qui nous conduise à la reconquête de l'électorat populaire et nous permette dans la sérénité et avec la détermination de mener la lutte et de préparer les échéances des européennes en 2009 et des régionales en 2010."

Liberté 62 : "Certains membres du PCF avancent l'idée d'une recomposition politique "à gauche de la gauche" dans le sens d'une continuation de l'inspiration fondamentale de la stratégie dite "unitaire". Est-ce souhaitable?"

Cathy Apourceau - "Nos reculs idéologiques de congrès en congrès nous ont désarmés face à la bataille menée contre notre peuple par la droite et le patronat. Apparaissons-nous encore comme capitaliste ? Comme porteur d'un projet de société alternatif au capitalisme ?
Malheureusement, je ne le pense pas. Et c'est là, une des principales sources de nos maux : nous sommes devenus, pour la plupart des gens, un parti comme les autres. Nous ne créons plus l'espoir dans une société nouvelle débarrassée de l'exploitation capitaliste et nos abandons idéologiques successifs nous font apparaître comme étant tout juste bons à panser les plaies du capitalisme.
L'avenir de notre parti et l'efficacité de notre lutte en faveur des travailleurs, des chômeurs, des jeunes et des retraités n'est pas dans le réformisme. les gens préfèrent toujours l'original à la copie et une des raisons essentielles du vote utile en faveur du PS qui plombe en permanance nos résultats à chaque élection nationale. Où est passée notre originalité ? Notre identité ancrée dans la transformation radicale de la société ? Je pense que depuis des années elles se sont diluées dans un consensus sans aucun véritable bilan, sans aucune remise en cause réelle de nos stratégies passées. Il nous faut d'urgence les retrouver."
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
 Rencontre nationale de communistes: 30 Aout et 1er septembre: Des contacts entre communistes de différents départements permettent d’organiser une rencontre nationale de communistes début septembre. Dans des situations diverses, des militants sont partout attaché à l’existence du PCF, d’un parti communiste, sont partout demandeurs de propositions pour unir les communistes et reconstruire leur organisation. Une rencontre organisée à Marseille par Rouge Vilfs avait déja permis de discuter d’une "université d’été", notamment sur les questions internationalistes. Des communistes de Vénissieux y participaient... D’autres contacts ont été pris depuis et les résultats des dernières élections, la pression relancée pour faire disparaitre le mot communiste dans les représentations politiques, des unes de l’humanité au nom du groupe de députés à l’assemblée.. tout pousse à prendre ses responsabilités pour mettre le maximum de communistes en confiance dès la rentrée pour agir, unir et reconstruire.. prendre contact avec pcf.venissieux@wanadoo.fr ou pam@utopies.org ou poster un message sur le site altercommunistes.org
Répondre
E
Quand je parle de congrès de refondation, je ne le fais pas par référence à ceux qui s’auto désignent « refondateurs ». En effet ceux-ci et c’est leur droit sont des sociaux-démocrates et n’ont rien à faire dans le parti révolutionnaire qu’il nous faut refonder. Car la question est de savoir d’abord ce que l’on ne veut pas avant de savoir ce que l’on veut construire. Il faut inventer une méthode de travail.  Les « assises du communisme » pourquoi pas, à condition que chacun s’y inscrive individuellement et non en qualité de représentant de tel ou tel groupe. Ne méprisons les communistes « de terrain » qui militent au PRCF ou à « Communistes » même si leurs dirigeants sont un peu sectaires. Quand à « Rouges vifs » c’est une association de communistes militants syndicaux dans les entreprises et je ne perçois pas de sectarisme ces camarades confrontés au quotidien avec la réalité de l’exploitation capitaliste.
Répondre
D
À l'avenir les partis communistes quelle que soit leur dénomination ne feront rien de plus que ce qu'ils ont fait jusqu'à présent.  Les religions sont en train de prendre le pouvoir et vous êtes tous aveugles.L'avenir est à un humanisme matérialiste et athée.
Répondre
E
  La question n'est pas tant le nombre ou la date du congrès du PCF mais plutôt celle de son organisation. Au stade actuel, seul un congrès de  refondation communiste peut (mais ce n'est pas certain) permettre de retrouver un parti rayonnant et politiquement efficace. Le reste c'est bidon : l'appareil sortant tient tout et manoeuvrera selon l'usage habituel et comme les opposants officiels manquent de courage politique ce sera un nouveau coup d'épée dans l'eau. C'est le monde du travail qui paiera l'addition car sans parti révolutionnaire point de salut.
Répondre
D
Un congrès de refondation, c'est ce que tout le monde souhaite, mais personne ne met la même chose derrière. Ce qui est clair, c'est que la stratégie de la direction et des refondateurs (création d'un "Die Linke" à la française avec maintien à l'intérieur d'une "tendance", d'une "sensibilité" communiste) aboutirait à la disparition pure et simple du Parti communiste et de tout ce qui a fait sa spécificité : son ancrage dans le monde du travail, son inscription dans l'histoire du mouvement ouvrier, sa visée révolutionnaire... Tout ça disparaîtrait avec la dissolution du PCF dans un parti "social-démocrate de gauche". Certains souhaitent des "assises du communisme" lors desquelles le PCF inviterait différentes petites organisations qui l'ont quitté comme le PRCF, Communistes, les Rouges Vifs... Pourquoi pas ? Mais les organisations marxistes-léninistes qui sont apparues sont sclérosées et passent leur temps à pratiquer l'exégèse marxiste, comme les petites sectes trotskystes type CPS, LTF... Le PCF ne doit pas être un parti sclérosé qui resterait le compteur bloqué sur les années 60... A mon sens, le congrès doit adopter un programme révolutionnaire, porté par une direction rajeunie et qui ait un peu plus de punch. Nos propositions sur la sécurité emploi formation ou le Smic à 1500 € paraissaient à la fois technocratiques et peu réalistes. Le Smic à 1500 €, dans une société capitaliste ? L'interdiction des licenciements dans une société capitaliste ? Les gens nous répondaient que les entreprises allaient délocaliser et n'y croyaient pas. Nous voulons une autre société, une société socialiste ; il faut le dire, avec un langage plus clair, des slogans simples et efficaces qui marquent les esprits.
F
Tes articles depuis un certain temps se demarquent de la ligne ideologique principale du parti. Bravo a toi, pour essayer de remuer un peu tout ça, on dirait que les cadres ne se rendent pas comte que le PC chute dans un abime sans fond !! Continuez a vous battre avec vos moyens pour renouveler le PC.
Répondre