Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par Alain LECLERCQ

Delize-service-minimum.jpg Je pense que les usagers confondent trop souvent retards réguliers de trains et grèves à la SNCF ! En 2006, à la SNCF, la moyenne de jour de grève par an n’atteint même pas une journée par Cheminot ! Par contre, combien pouvons nous compter de trains par jour qui arrivent en retard ? Et pourquoi ces retards (dans la région 315 trains supprimés en juin 2007 contre 165 en juin 2006) ?... Voilà les véritables questions à se poser !

Simplement afin d’augmenter la « productivité », la Direction SNCF augmente les cycles de maintenance pour l’entretien des trains  et des voies, les interventions sur les incidents sont beaucoup plus longues, cela dû à une perte d’effectifs à vitesse TGV, des contrôleurs souvent agressés, etc…

Malheureusement tous cela empire depuis plus d’une décennie, notamment depuis que la Droite est au pouvoir !
Il faut savoir qu’à la SNCF comme dans toute entreprise, après de longues négociations sans réponses significatives, la grève devient le dernier moyen pour se faire entendre. Si les cheminots se mettent en grève, ce n’est sûrement pas pour le plaisir de perdre de l’argent, mais pour de véritables raisons liées à leurs conditions de travail et au bien être des usagers.

Pourquoi le gouvernement refuse-t-il d’organiser un véritable débat télévisé à 20H00 entre le ministre des transports et des cheminots afin de débattre devant la population des conditions de travail (à savoir : un salaire entrant inférieur de 3% au SMIC,  8,7% de cotisations en plus que le régime général afin de bénéficier d’un départ en retraite à 55 ans, sachant que les agents SNCF travaillent 365 jours/an, 24H/24, et 7jours/7 pour assurer un véritable service public) ? Comment expliquer le manque considérable de moyens humains et surtout financiers pour le maintien et le développement du réseau ferré ? Qu’advient-il du FRET SNCF ? Pourquoi les TER transportant les salariés et étudiants payant des abonnements ne roulent que peu voire pas du tout les jours de grèves, alors que les TGV ne subissent aucune perturbation ? Quelle est la logique et la réponse à toutes ces questions ?

Il est totalement honteux de savoir que le contribuable usager ou  non, paye des impôts redistribués aux grandes entreprises privées sous formes de zones franches, d’avantages fiscaux, d’aides diverses… Or le réseau ferré se dégrade totalement, le gouvernement fait la sourde oreille et tente de faire taire par tous les moyens les cheminots qui luttent pour de meilleures conditions de développement du rail, pour leur avenir et le bien être à juste prix des usagers.

Après le service minimum, nous passerons à la privatisation de la SNCF comme en Angleterre avec le prix du billet qui triplera, des déraillements et des retards de trains multipliés…Est-ce que le service minimum va régler tous ces problèmes ? Evidemment non !
Et après ? À qui le tour de ne plus pouvoir se faire entendre ? Quelle belle démocratie !

Alors, ne vaut-il pas mieux que les usagers luttent avec les cheminots pour obtenir un véritable service public avec un service maximum ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
C'est pire depuis que la droite est au pouvoir dites-vous ... Le tout est de savoir pourquoi elle est aujourd'hui au pouvoir. Le passage de Gayssot (ex-cheminot) au ministère des transports ne laisse pas un excellent souvenir aux cheminots. Souvenons-nous le refus d'abroger la loi Pons sur la création de RFF séparé de la SNCF.
Répondre