Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par Patrick HELLWICH

franchise-m--dicale.jpgLe Président  de la République Sarkozy a précisé les modalités d’application des franchises médicales pour financer la lutte contre la maladie d’Alzheimer et le cancer.

Oui un investissement important est nécessaire dans les domaines de la recherche, de la prévention, de l’accompagnement et de la prise en charge des patients, mais les franchises ne sont pas une réponse juste et même elles portent  atteinte, et à la solidarité entre les français, et à l’accès aux soins pour tous.

L’hypocrisie de Sarko est de faire accroire qu’en créant une 5ème branche de la sécurité sociale l’effort de financement serait supporté par tous. Pas du tout, puisque les seuls à mettre la main à la poche seraient les salariés, les patients. Ces franchises viendront s’ajouter au forfait hospitalier de 18 € par jour ; au 1€ par consultation, aux 18 € pour les actes supérieurs à 50 mais aussi aux déremboursements de toutes sortes (notamment des médicaments) depuis la réforme Douste Blazy de 2004 sur l’assurance maladie…

On s’éloigne de plus en plus du principe « on cotise selon ses moyens et l’on reçoit selon ses besoins ». Principe mis en place au lendemain d’une France ruinée par la seconde guerre mondiale mais qui a été capable de soigner ses enfants par la mise en place de la Sécurité Sociale avec un ministre communiste à sa tête.

Le principe du système de Sécurité Sociale par répartition, le principe de la solidarité risquent de voler en éclat et la « Sécurité Sociale » risque d’être l’enseigne franchisée des compagnies d’assurance.

Le PCF a toujours dit que le problème du financement de la Sécurité Sociale est moins un problème de dépenses en matière de santé et plus un problème de recettes.
Un déficit de 11 milliards pour la sécurité sociale et dans le même temps 15 milliards annuels de cadeaux fiscaux qui vont concerner essentiellement une minorité des français les plus riches. Déjà un PDG d’une grande chaine de magasin a reçu un chèque cadeau annuel de 7 millions d’euros.

Les héninoises et héninois comme dans le Nord Pas de Calais ont déjà les revenus les plus bas de France, un système de soins insuffisant et demain un accès aux soins de plus en plus difficile.

La droite, le FN et le MEDEF veulent faire payer les salariés et la population pour sauvegarder les intérêts des plus riches. Le PCF propose de renforcer les solidarités par la taxation des revenus financiers, mais aussi par un financement renouvelé de la sécurité sociale prenant en compte les entreprises qui favorisent les salaires et l’emploi. Salaires et emplois qui sont essentiellement les seuls à garantir la pérennité de notre système de soins et de remboursement de soins.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article