Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

En annonçant une alliance entre leurs deux mouvements, l’UMP et l’Alliance Républicaine commettent une faute politique.

Une faute politique pour la droite républicaine, dont l’électorat est perméable aux idées du Front National, comme le mauvais report de voix au second tour des élections législatives l’a démontré. L’alliance précipitée de l’UMP héninoise avec une partie de la gauche risque de n’être pas comprise par son électorat et de nourrir le vote Front National.

Cette alliance est également une faute politique pour la section socialiste héninoise de Daniel Duquenne. A l’heure où l’UMP, au gouvernement, multiplie les attaques contre les salariés (service minimum, franchises médicales, privatisation de GDF, régimes spéciaux…), l’alliance du PS avec la droite au plan local ne fait qu’ajouter de la confusion à la confusion et brouiller le clivage gauche / droite.

Daniel Duquenne est le secrétaire de la section héninoise du Parti Socialiste. Comment comprendre qu’il noue une alliance avec les représentants de la droite héninoise alors qu’il n’a jamais imaginé d’alliance de gauche avec les autres partis de la gauche héninoise à la recherche d’une alternative à Gérard Dalongeville ? Il y a là, de la part de Daniel Duquenne et de ses amis une fuite en avant qui ne peut que choquer les électeurs de gauche.

Les socialistes réunis autour de Daniel Duquenne se trompent lourdement en laissant croire que face à Gérard Dalongeville et au danger frontiste, il n’y aurait pas de gestion de gauche et de gestion de droite. Quid de la remunicipalisation de l’eau ? des coupures d’électricité ? de la défense des services publics ? Sur toutes ces questions, il y a bien une politique de gauche et une politique de droite.

La section héninoise du Parti Communiste Français condamne l’alliance du PS (canal historique) et de l’UMP. Cette alliance a néanmoins le mérite d’éclaircir la situation : ni Gérard Dalongeville, ni l’Alliance Républicaine ne présenteront de listes de gauche aux élections municipales.

Le PCF, de son côté, continuera d’œuvrer au rassemblement de la gauche de combat et à la constitution d’une vraie liste de gauche, ouverte au mouvement social et porteuse d’un projet alternatif pour Hénin-Beaumont.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Manifestement, il n'y a pas que les revirements de la  fédé PS qui soient à n'y rien comprendre...Après la bourde de la fédé sur la candidature Razzye Hamadi, la section d'hénin va elle aussi de la sienne...1 partout, balle au centre ?
Répondre