Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Contrairement à ce qu'on veut nous faire croire, les salariés ne sont pas dupes de la politique de Sarkozy et sont prêts à se battre pour défendre leurs droits, pour défendre leurs salaires et leurs retraites.

Le PCF a toujours été à leurs côtés dans les luttes.

Aujourd'hui, la politique anti-sociale de Sarkozy s'accélère, avec l'objectif avoué de casser nos droits et de détruire notre système de retraite par répartition, un système fondé sur la solidarité intergénérationnelle et pas sur le cours de la bourse. En augmentant à 41, 42, puis 45 ans le nombre d'annuités de cotisations pour toucher une retraite à taux plein, Sarkozy et Fillon savent qu'ils remettent gravement en cause les retraites et que les plus riches s'en sortiront en épargnant à des fonds de pension que le gouvernement veut mettre en place. C'est tout bénéfice pour les rois de la finance et les riches amis de Sarkozy.

Les attaques contre les cheminots, les agents de la RATP et d'EDF ne sont que la première étape d'une vaste offensive de la droite contre nos retraites, une offensive qui s'accompagne d'un discours antisyndical haineux et revanchard.

Les syndicats de cheminots ont tous appelé à la grève le 18 octobre, une grève à laquelle appellent aussi tous les syndicats de la RATP et plusieurs syndicats du secteur de l'énergie. Dans la fonction publique, la CGT, la FSU et l'union syndicale Solidaires ont appelé à la grève, une grève qui va également toucher l'Education Nationale : dans notre académie, le SNES-FSU et SUD Education appellent à la grève.

Une manifestation régionale aura lieu à Lille, jeudi 18 octobre, dans l'après-midi. Face aux attaques gravissimes de la droite, notre détermination doit être sans faille et la mobilisation doit être la plus large possible.

La section d'Hénin-Beaumont du PCF propose aux organisations syndicales et aux forces de gauche une rencontre dans le courant de la semaine prochaine afin de rédiger un tract unitaire appelant à une manifestation héninoise le 18 octobre dans la matinée.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Dans grève il y a surtout GRRRRRRRRRRRR! Ce matin j'ai même pas eu de Vélib à ma borne.La faute à des connards dans le style de ce type: http://artmauvais.over-blog.comMoi ça me fait gerber.Après sur les raisons de la grève, je les comprends et les respecte. il ne faut pas se laisser faire par ce gouvernement.
Répondre
R
Cette grève est le prélude pour faire payer aux salariés du privé les retraites du public. Lorsque ce qui peuvent partir pour l'étranger seront partis, lorsque 25 % des français seront au SMIC, il ne restera que les "classes moyennes" à payer pour les autres.Bravo - Sur le plan économique, je pense que l'on va pouvoir d'ici quelques temps faire appel au FMI comme les pays d'Afrique pour pouvoir continuer à vivre.Cordialement
Répondre
D
Monsieur, vous vous trompez en opposant les salariés du privé et les salariés du public. Les chiffres du COR, le Conseil d'Orientation pour les Retraites font état d'un besoin de 5 points de PIB supplémentaires pour financer les retraites à l'horizon 2040. Compte-tenu des gains de productivité, il suffirait d'une augmentation annuelle de 0,37 % des cotisations patronales pour trouver ces cinq points de PIB. Je rappelle qu'en 20 ans, la part des revenus du capital dans la richesse nationale a progressé de 10 points au détriment des revenus du travail.Il est possible de sauver les retraites par répartition en augmentant les cotisations patronales et en taxant les revenus du capital. Toute politique visant à augmenter la durée légale de cotisation et à instaurer des mécanismes de décote ne vise en fait qu'à diminuer le montant des pensions et à inciter les Français à épargner à des fonds de pension privé. Cordialement,