Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Henin-18-10-07.JPGLa mobilisation contre la casse des retraites a été un succès, hier, dans toute la région : on comptait plus de 5000 manifestants à Lille, 1000 à Dunkerque, 700 à Calais, 600 à Valenciennes, 400 à Douai et Boulogne-sur-Mer.

Hénin-Beaumont, symbole de la casse sociale et des fermetures d'entreprise, ne pouvait pas rester à l'écart de la mobilisation et notre manifestation d'hier, même limitée, a aussi été, de ce point de vue, un succès.

Parmi la cinquantaine de manifestants qui ont défilé hier à Hénin-Beaumont, on remarquait les militants du PCF avec David Noël, Marie-Serge Opigez et les élus de Rouvroy Dominique Watrin et Jean Haja, les militants du MJS avec Pierre Ferrari, des Verts avec Jean-Marc Bureau et Marie-Claude Duchateau, du MRC avec Jean-Pierre Policante, de la LCR, du SNES, mais aussi une dizaine de lycéens de Pasteur et quelques lycéens de Darchicourt.

Au-delà de la casse des retraites et des attaques contre la fonction publique, c'est aussi l'avenir de la jeunesse héninoise qui est menacé et les lycéens avec qui nous avons discuté hier en sont pleinement conscients : "Je suis en première, mais je vais faire des études, comme mon frère, commencer à travailler à 24-25 ans et je vais devoir cotiser combien de temps ? 42 ans ? 45 ans ? Il faudra que j'attende l'âge de 70 ans pour prendre ma retraite ? C'est de la folie ! Il n'y a déjà pas d'emploi..." nous confiait une lycéenne rencontrée devant le lycée Darchicourt.

Le gouvernement doit maintenant prendre acte de notre mobilisation et de notre détermination à sauver nos retraites et notre modèle social.

Les militants communistes resteront mobilisés et ne laisseront pas Sarkozy et son gouvernement casser nos droits.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
"Nous sommes tous des cheminots en lutte..." le 18 octobre marque, je l'espère, le début d'un lutte prolongée, unitaire et en fin de compte victorieuse contre le "sarkozysme". Maintenant, défiler à cinquante dans la rue n'est-ce générer l'effet inverse à celui recherché ? 
Répondre