Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

france-sans-ump.gif Malgré les efforts de Romain Plichon qui fait son possible pour reconstruire une droite héninoise évanescente depuis des années, l’UMP d’Hénin-Beaumont en est toujours au point zéro.

On aurait pu s’en féliciter si cette atonie de la droite républicaine ne nourrissait pas le Front National. 

De fait, la victoire de la droite aux présidentielles aurait pu donner un souffle nouveau à une droite héninoise qui en a bien besoin depuis que son ancien chef de file, Jean-Marc Legrand, a rejoint Gérard Dalongeville et mis en sommeil son association Hénin-Beaumont Demain. Il n’en a rien été…

Et certains observateurs de se demander si au final, le parachutage raté de Nesredine Ramdani aux législatives de juin n’avait pas été une stratégie imaginée par l’Elysée pour faciliter la montée en puissance de Marine Le Pen et, plus tard, une stratégie d’alliance à l’italienne entre l’UMP et un FN relooké, un peu comme Silvio Berlusconi a pu le faire avec l’Alliance Nationale de Gianfranco Fini.

Si on ignore ce qui s’est réellement dit entre Nicolas Sarkozy et Jean-Marie Le Pen lors de leur rencontre à l’Elysée en juin, il reste que la stratégie de l’UMP au plan local ne risque pas de faire de l’ombre au Front National.

En concluant un accord avec l’Alliance Républicaine, Romain Plichon et Francis Cottard ont commis une erreur politique. Si on comprend bien le discours de Daniel Duquenne, Georges Bouquillon et Romain Plichon sur le rassemblement des hommes de bonne volonté – un discours, qui soit dit en passant, a toujours été celui des droites centristes et modérées – on a du mal à comprendre l’intérêt stratégique d’une telle alliance pour l’UMP héninoise, qui, au contraire, a besoin de se structurer et d’être indépendante.

La droite héninoise pèse peut-être encore 10 à 15 % des suffrages aux municipales. En s’alliant avec Daniel Duquenne et Georges Bouquillon, Romain Plichon et ses amis de l’UMP savent qu’ils peuvent envoyer au moins la moitié de leur électorat dans les bras de Steeve Briois, qui n’attend que ça.

Les récriminations des militants UMP d’Hénin-Beaumont hostiles à cette alliance seraient donc parfaitement naturelles si elles n’émanaient pas d’individus suspectés de chercher à rejoindre Gérard Dalongeville.
Les propos lamentables des opposants à Romain Plichon sur le blog de l’Alliance Républicaine montrent d’ailleurs que les auteurs du mini-putsch à l’UMP ne sont pas mus par des convictions politiques.

Au-delà des divergences politiques énormes que nous avons avec la droite, les acteurs politiques ont une responsabilité particulière vis-à-vis de la population. Trop de nos concitoyens se sentent abandonnés et cèdent au poujadisme du « Tous les mêmes, tous pourris, ils veulent tous l’assiette au beurre… ».
L’image déplorable que donne actuellement la droite héninoise ne peut que renforcer ce sentiment et nourrir le vote FN.

Les Héninois et Beaumontois n’ont pas besoin de ça, ils ont besoin d’une offre politique nouvelle et d’un projet de gauche alternatif, écologique, démocratique et citoyen, le projet que le PCF et ses partenaires construisent et veulent porter dans les semaines à venir. 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article