Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

La section d'Hénin-Beaumont du PCF relaie volontiers l'invitation à un meeting animé par Raoul-Marc Jennar le 7 janvier, sur le traité européen.

ATTAC

(Lille, Villeneuve d’Ascq, Roubaix-Tourcoing, Littoral Nord, Sambre-Avesnois, Valenciennes)

Vous invite à un

Débat régional sur le Traité européen

Avec

Raoul-Marc JENNAR

Lundi 7 janvier 2008 à 20 heures
A l’ESPACE MARX
6 bis rue Roger Salengro, Hellemmes (métro Marbrerie)

Exigeons un référendum
Signez en ligne : http://www.nousvoulonsunreferendum.eu/index.php

Nous le montrerons (voir au verso) : ce texte est semblable à la Constitution rejetée, il n’est pas moins libéral, et il ne « débloquera » pas l’Europe, sauf pour ceux qui confondent déblocage et libéralisation. Il constitue une menace grave sur le plan social et pour les services publics. C’est pourquoi « ils » veulent le soustraire à la démocratie.

Avec  le soutien de :
Collectifs antilibéraux, Fondation Copernic, Amis du Monde diplomatique, PCF (Fédération du Nord), LCR 59, Coordination communiste 59, Solidaires, CréA (Douai), AlterEkolo, Gauche alternative...
 
LE DOUBLE MENSONGE DE SARKOZY

Nicolas Sarkozy, durant la campagne présidentielle : « J’ai proposé à nos partenaires un traité simplifié, limité aux questions institutionnelles que nul n’a contestées pendant la campagne référendaire, afin que l’Europe se dote rapidement des moyens de fonctionner ».

- Un traité "simplifié" ? Le traité comporte plusieurs centaines de pages avec 359 modifications des traités existants, douze protocoles et quelques dizaines de projets de déclarations ayant la même valeur juridique que les traités.

- Limité aux institutions ? Il reprend, pour l’essentiel, le contenu du Traité constitutionnel européen (TCE) qui a été rejeté par les Français et les Néerlandais sans tenir le moindre compte des critiques émises lors de la campagne du référendum.

UNE REPRISE DU PROJET DE CONSTITUTION, MAIS ILLISIBLE

« Une nouvelle écriture du texte original qui contient l’essentiel de la Constitution européenne ». Valéry Giscard d’Estaing, père du projet de Constitution

« Une dernière trouvaille consiste à vouloir conserver une partie des innovations du Traité constitutionnel, et à les camoufler en les faisant éclater en plusieurs textes. Les dispositions les plus innovantes feraient l’objet de simples amendements aux traités de Maastricht et de Nice. Les améliorations techniques seraient regroupées dans un Traité devenu incolore et indolore. L’ensemble de ces textes serait adressé aux Parlements, qui se prononceraient par des votes séparés. Ainsi l’opinion publique serait-elle conduite à adopter, sans le savoir, les dispositions que l’on n’ose pas lui présenter en direct ! ». Valéry Giscard d’Estaing, Le Monde, 14 juin 2007.

"La substance de la Constitution est maintenue. C’est un fait." Angela Merkel, chancelière allemande.

"Nous n’avons pas abandonné un seul point essentiel de la Constitution. C’est sans aucun doute bien plus qu’un traité. C’est un projet de caractère fondateur, un traité pour une nouvelle Europe." José Luis Zapatero, Premier Ministre du Royaume d’Espagne, discours du 27 juin 2007.

« Il a été décidé que le document devrait être illisible. S’il est illisible, c’est qu’il n’est pas constitutionnel ; c’était là l’idée… Si vous parvenez à comprendre le texte au premier abord on risquerait des appels à référendum, parce que cela signifierait qu’il y a quelque chose de nouveau. » (Giuliano Amato, ancien Président du Conseil Italien, ancien vice-président de la Convention sur l’Avenir de l’Europe)

LES SERVICES PUBLICS TOUJOURS SOUMIS A LA CONCURRENCE

Ils ne peuvent y déroger que si cela n’entrave pas le développement des échanges « dans une mesure contraire à l’intérêt de la Communauté ». (art. 86 TFUE) C’est la Commission qui est juge des dérogations possibles. Elle a ainsi tout pouvoir pour ouvrir les services publics à la concurrence. C’est la porte ouverte à la poursuite de la libéralisation des services publics.

LE LIBRE-ECHANGE TOUJOURS SANS BORNES

La politique commerciale de l’Union se fixe pour objectif « d’encourager l’intégration de tous les pays dans l’économie mondiale, y compris par la suppression progressive des obstacles au commerce international » (nouvel article 10A TUE repris du TCE).
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article