Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par PCF

undefinedLes réunions de concertation sociale à la mode Sarkozy se suivent et se ressemblent. La conférence sur l’agenda social 2008 récemment convoquée par le chef de l’État n’a pas dérogé à la règle.

Pour l’Élysée, toute concertation est conçue comme un simple accompagnement de l’application du programme présiden­tiel. Pour Sarkozy, l’unique vertu du “ dialogue ” est de faire avancer les syn­dicats à son rythme. “ Ce n’est pas sim­ple, a-t-il reconnu, car le tempo du chan­gement (le sien, bien entendu) n’est pas toujours compatible avec celui du dialo­gue social ”. Qu’en termes galants ces choses-là sont dites...

Le dialogue social ne serait qu’un frein, et en discutant un peu mieux, il s’agirait de s’entendre pour le desserrer et per­mettre à la France d’avancer. Son dis­cours a ainsi proposé de mettre en har­monie sur tous les sujets son calendrier et celui des “ partenaires sociaux ”. Pour le patronat, pas de problèmes, les deux programmes se confondent. Pour les syndicats, c’est une autre paire de man­ches.

Pour lever les obstacles, Sarkozy pro­pose deux méthodes au choix : la négo­ciation sociale, si elle permet d’aboutir à ce qu’il a déjà décidé par avance ; sinon, la décision directe du gouvernement. Autrement dit, deux voies possibles, mais qui doivent mener au même résultat. Avec Sarkozy, tous les chemins du “ dia­logue social ” doivent mener au palais. Exemple de cette caricature de dialogue proposée par le président, la réforme du “ service public de l’emploi ”. Sur ce thème, alors que la grève des agents de l’ANPE et de l’UNEDIC contre les conditions de cette fusion a révélé une opposition syndicale et des personnels massive, le président estime que rien ne doit être modifié du calendrier de la fusion, qui devrait selon lui venir très rapidement au Parlement.

Autre exemple tout aussi scandaleux, la question du temps de travail. Là, sous prétexte de faire pleinement “ confiance aux salariés et aux partenaires sociaux pour qu’ils aient plus de choix en la matière ”, le président propose tout sim­plement de rendre caducs et la loi et les accords de branche pour que toutes les négociations aient lieu au seul niveau de l’entreprise. Sans protection législative ou collective, on sait ce que cela donne : le chantage à l’emploi de Continental, à Sarreguemines, où les salariés ont été invités à voter avec un pistolet sur la tempe “ ou les 40 heures, ou la délocali­sation ”.

En vérité, tout dans la méthode Sarkozy est à l’avenant. Les thèmes comme les rythmes ne sont qu’une déclinaison du programme déjà proposé dans son dis­cours social du 18 septembre dernier. Rien n’a bougé. Le président tente de relancer un processus qui s’est sérieuse­ment grippé au cours de l’automne, pro­voquant des mécontentements grandis­sants.

L’arnaque en matière de pouvoir d’achat est apparue de plus en plus clai­rement. Et, quoi qu’en dise l’Elysée, les syndicats sont très loin d’avoir embrayé, comme espéré par le nouveau pouvoir. La réforme des régimes spéciaux, qui devait être bouclée illico presto, est tou­jours sur le tapis et cinq fédérations syn­dicales de cheminots ont annoncé le principe d’une nouvelle manifestation nationale courant janvier. Les négocia­tions avec les fonctionnaires sont dans l’impasse et une nouvelle grève est annoncée pour le 24 janvier. Le patronat ne parvient toujours pas à imposer ses vues sur le contrat de travail et aucun accord n’est en vue sur des bases con­formes à ses objectifs d’ici à la mi-janvier.

En clair, la méthode Sarkozy apparaît de plus en plus pour ce qu’elle est : un pas­sage en force destiné à plumer les sala­riés et non à leur permettre de gagner plus. L’Élysée veut accélérer de nou­veau le pas, car le président ne l’oublie pas : le temps joue contre lui, car le dia­logue social n’est pas vraiment compati­ble avec le tempo qu’il entend imposer.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Pour info, une petite investigation sur les chiffres réels du chômage :http://actupolitique.blog.20minutes.fr/archive/2008/01/05/les-chiffres-reels-du-chomage.html
Répondre
M
Au fait, en parlant du "dialogue social" (à la mode Sarko), autrement dit, vous avez le choix, ou vous dites comme moi, ou vous dites comme moi, sinon, c'est moi qui décide.On en est où dans l'affaire Gauthier Sauvagnac et la "caisse noire de l'UIMM ? On n'en entend plus parler...Bizarre, ? Vous avez dit bizarre ? Je vous assure mon cher cousin...Et pendant ce temps là, la cocotte continue à bouillir, les dirigeants "modernes" des beaux syndicats continuent à entretenir l'illusion, pour combien de temps encore ?Je vais me répéter encore une fois (c'est l'âge sans doute), tant que nous n'aurons pas fait le "ménage" dans nos rangs, tant que dans ceux ci, on comptera les principaux dirigeants de la "cinquième colonne", on n'avancera pas.Cordialement
Répondre
E
Thibault va t-il continuer  à  rencontrer Sarkozy à l'Elysée  créant  ainsi l'illusion  que le "dialogue social constructif" est possible avec ce triste personnage, agent américain à la tête du pays.
Répondre