Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Pardon au groupe de slam "Grand Corps Malade" d'utiliser son nom, mais aujourd'hui, la France est un Grand Corps Malade, un Grand Corps Malade qui, au printemps dernier, a cru se choisir un nouveau médecin pour la soigner, mais qui en fait a trouvé un charlatan...

Un charlatan dangereux pour sa santé économique parce qu'il sacrifie 60 millions de Français (en cassant les retraites, la sécu, les 35 heures, les services publics), au bénéfice de quelques milliers de ses amis multimillionnaires ou milliardaires...

Un charlatan dangereux pour sa cohésion sociale en proposant chaque jour des boucs émissaires à nos difficultés : les Rmistes, les sans papiers, les sans travail, les retraités...

Un charlatan dangereux parce que les remèdes qu'il propose ne font qu'aggraver les maux qu'il prétend soigner : "travailler plus pour gagner plus" alors qu'il s'agit de travailler tous et travailler pour mieux vivre... pendant qu'à lui même notre charlatan s'applique un autre remède : s'augmenter de 140 à 210% (selon les critères retenus) sans travailler plus...
Un charlatan dangereux pour la santé morale de la France qu'il veut soigner plus avec des remèdes de triste mémoire, déjà utilisés au temps de Vichy ("test" ADN, malades mentaux en prison, jeunes à condamner comme des adultes, etc...).

La France se gangrène de plus en plus par les deux bouts : malade à une extrémité de ses milliardaires, malade à l'uatre extrémité de ses pauvres (Rmistes, sans papiers, travailleurs pauvres...) et le médecin officiel de la France aggrave chaque jour un peu plus l'état de ce "Grand Corps Malade".

Heureusement le groupe du même nom nous rappelle judicieusement, en cette période de fêtes de fin d'année que "L'avenir appartient à ceux qui rêvent trop"... à ces jeunes étudiants et lycéens en lutte contre la réforme des universités, à ces travailleurs de la SNCF et d'ailleurs en lutte pour leurs retraites et la sauvegarde des services publics, à ces rêveurs d'avenir qui se battent contre les expulsions (logement comme sans papiers), les coupures d'eau, de gaz ou d'électricité...
On a souvent reproché aux communistes de trop rêver.  Erreur ! Rêvons trop, l'avenir nous appartiendra !

Daniel DEWALLE
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article