Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Cher Olivier,

En 2007, tu es arrivé en tête des candidats de la gauche de la gauche, devant Marie-George Buffet, Arlette Laguiller et José Bové. Tu incarnes désormais un des visages de la gauche anticapitaliste. Cette victoire te donne et donne à la LCR de grandes responsabilités. Saurez-vous les assumer ?  

Je ne peux m’empêcher d’en douter quand je lis dans la presse que la LCR, qui refuse l’alliance avec le PCF à Lens et est absente des grandes villes ouvrières du bassin minier,  présentera une liste autonome aux élections municipales d’Hénin-Beaumont.

Victime de la casse industrielle avec les fermetures de Metaleurop, Sublistatic et Energy Plast, notre secteur est devenu la vitrine du Front National qui a mis tous les moyens en œuvre pour faire élire Steeve Briois et Marine Le Pen en mars 2008. Aux élections législatives, le duo Marine Le Pen / Steeve Briois a ainsi obtenu près de 45 % sur Hénin-Beaumont avec des pointes à 52 % dans certains quartiers.

En refusant de s’inscrire dans le rassemblement de toute la gauche contre l’extrême droite que le PS et le PCF ont commencé à construire, la LCR engage, dans un secteur symbolique, un virage identitaire difficilement compréhensible et rompt avec son histoire. La LCR aurait-elle renoncé à mener le combat antifasciste ?

Depuis 2001 et la victoire de Gérard Dalongeville, les divisions du Parti socialiste ont affaibli la gauche héninoise, c’est un fait. Le débat politique oppose, depuis sept ans, le maire actuel, dissident du PS, à la section locale du PS. Incapable de trancher, la fédération socialiste du Pas-de-Calais a légitimé successivement les uns et les autres et le débat politique local s’est mué en un référendum pour ou contre Gérard Dalongeville et sa gestion.
Après l’hypothèse Razzye Hammadi, la désignation de Marie-Noëlle Lienemann est arrivée bien tardivement et les blessures restent vives, de part et d’autre.  
 
Comment empêcher une victoire de Marine Le Pen à la faveur d’une triangulaire entre une liste de rassemblement conduite par le Maire actuel et une liste des opposants au maire regroupant ex-socialistes, ex-chevènementistes et adhérents du Modem et de l’UMP ?

Le Parti Communiste d’Hénin-Beaumont, depuis des mois, a refusé de se situer sur ce terrain, a refusé le petit jeu de la personnalisation du débat et a affirmé son identité propre, ses valeurs, ses idées à travers ses bulletins de section comme à travers son blog.
Les militants communistes sont présents sur le terrain, aux portes des entreprises, sur les marchés, aux portes des lycées de la ville et ont été à l’initiative de mobilisations unitaires contre les suppressions de postes, contre les licenciements, contre la casse des retraites ou pour exiger un référendum sur le traité modifié. Nous avons systématiquement associé nos amis de la LCR à toutes ces campagnes unitaires qui ont rassemblé l’ensemble de la gauche locale.

C’est la preuve qu’il est possible de mener la bataille idéologique et d’affirmer nos valeurs dans un cadre unitaire.

Tes camarades de la LCR d’Hénin-Beaumont ont rencontré une délégation du PCF et nous ont proposé de construire une liste commune anticapitaliste. Cette proposition n’avait pas de sens dans le contexte politique local. Le seul moyen de battre le Front National dans la durée, est de construire un large front de toute la gauche héninoise.

Seule une dynamique de rassemblement dès le premier tour peut nous permettre de rendre de l’espoir aux habitants de notre ville qui en ont assez des divisions. Cette dynamique, Marie-Noëlle Lienemann peut l’incarner. L’ancienne secrétaire d’Etat au logement appartient à l’aile antilibérale du Parti Socialiste. Portée par une gauche rassemblée, elle est la seule capable de battre Marine Le Pen.

Partout, au porte-à-porte ou sur les marchés, les citoyens nous demandent de nous unir, de dépasser les querelles du passé et de nous rassembler pour battre l’extrême droite.

Le mois dernier, un ancien délégué régional PACA de la Ligue des Droits de l’Homme nous faisait part de son expérience : à Toulon, Orange, Vitrolles et Marignane, ce sont les divisions des partis républicains qui ont empêché toute dynamique de rassemblement et permis la victoire de l’extrême droite. Ce scénario catastrophe pourrait se produire à Hénin-Beaumont où la droite est inexistante et la gauche historiquement divisée.
Ce scénario, nous pouvons encore l’empêcher à condition de créer une dynamique de rassemblement de la gauche, mais il reste peu de temps.  

Tes camarades de la LCR locale refusent d’entendre ces appels à l’unité. Dédaignant la menace du Front National, ils ont d’ores et déjà annoncé qu’ils ne feront pas une campagne contre l’extrême droite. Il n’en fallait pas plus pour que Steeve Briois s’en réjouisse bruyamment sur son blog, opposant l’antifascisme du PCF, des Verts et de la LDH au silence de la LCR…
Etre félicité par l’extrême droite… J’ai honte pour tes camarades de la LCR d’Hénin-Beaumont.  

Cher Olivier, comme candidat à la présidentielle, tu incarnes aujourd’hui un des visages de la gauche anticapitaliste.
Au moment où l’offensive de la droite et du patronat pour casser nos droits, pour démanteler le Code du Travail et notre système de retraites, ne connaît pas de limite, la LCR se trouve face à un virage et il est urgent que tu te prononces : Quel signal allez-vous envoyer ? La LCR veut-elle contribuer à faire gagner une gauche rassemblée, dynamique, réunie autour de partis respectés et qui continueront à défendre leurs propres valeurs, ou veut-elle, à la faveur d’une élection ultra-médiatisée, jouer sa propre carte identitaire, au risque de faire élire le Front National ?
Comme au soir du 21 avril 2002, un choix difficile s’offre à toi et à tes camarades de la LCR. Saurez-vous faire le bon choix et faire le pari du rassemblement ? Il n’est pas trop tard…

Fraternellement,


David NOËL
Secrétaire de section
Membre du Comité Fédéral du PCF 62

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

eldiablo 07/01/2008 17:54

Je ne voudrai pas prolonger le débat outre mesure mais puisqu’il s’agit de lutter contre le FN çà vaut tout de même le coup de le prolonger un petit peu par une précision. En effet, vous me permettrez de vous faire part de ma stupéfaction à la lecture de votre dernier commentaire par lequel vous dites militer pour l’intégration européenne pourvu quelque soit sociale! Oubliez-vous que cette « europe » a précisément été construite de A jusqu’à Z pour ne pas être sociale et pour être un outil efficace anti-social? Comme vous, j’aspire à des coopérations étroites entre les peuples et nations européennes mais suis convaincu que l’existence de nations souveraines est,  certainement pour bien longtemps encore, un gage de réussite  pour les travailleurs. Je me désole de voir des militants sincères (et vous en êtes en suis sûr) tombé dans le piège tendu par le grand capital industriel et financier et relayé par des réformistes et autres gauchistes. L’espace national reste, en effet, le cadre de lutte le plus favorable pour ceux qui n’ont que leur force de travail à vendre. Ce propos s’insère à mon avis tout à fait au débat autour de la lutte contre Le Pen, car l’erreur politique relevée ci-dessus permet au FN de faire de choux gras, mais sur des bases ultralibérales et chauvines, autour de la « défense de la nation » : la voie est en effet libre…Il ne faut pas oublier que le 29 mai 2005, le NON qui a gagné est un NON de classe et pas un NON de gauche : ce sont les « pauvres » qui ont voté NON (quel pourcentage dans les quartiers populaires de votre commune?) et les « bobos » de « gauche » qui ont votés OUI (cf. Paris). En se trompant d’analyse le PCF a plongé en 2007 : on est arrivé au bout du processus de rupture parti/couches populaires. Salut et fraternité EL DIABLO - N.B. : vous lirez avec intérêt le petit livre d’Annie Lacroix-Riz : « L’intégration européenne de la France «  publié aux Temps des Cerises.           

David NOËL 08/01/2008 07:33

Edit : la réponse que vient de m'adresser la LCR est en ligne.

eldiablo 06/01/2008 20:26

Vous dites : "l'intégration européenne.....je ne suis pas sûr que cette question soit si importante que cela aux yeux de l'électorat..." Sans trop vouloir en rajouter je dirai que les 70% de votants au référendum du 29 mai 2005 et les près de 55% de NON contredisent votre point de vue à ce sujet.

David NOËL 06/01/2008 20:54

Je ne me suis pas battu contre l'intégration européenne, je n'ai pas d'objection de principe à ce qu'on construise une Europe politique et a fortiori à ce qu'on construise une Europe sociale. Je ne suis dont pas contre l'intégration européenne et ce doit être le cas de la majorité des électeurs du non de gauche, nous nous sommes battus contre le caractère capitaliste et libéral de l'Europe qu'on nous propose.

Thomas 06/01/2008 18:50

Réponse à Gille:Vous me qualifiez de facho, attention aux fausses accusations et au sens des mots...Ensuite vous dîtes: nostalgique de Hitler.Vive les préjugés!  Et il faut choisir, facho ou Hitler? Se sont deux choses distinctes, méconnaissance quand tu nous tiens...Le FN n'a absolument rien à voir avec ces mots...Vous observerez que je suis toujours resté correct dans mes propos, Gilles faites de même... De plus selon vous la guerre d'Algérie serait aujourd'hui à mettre au compte de l'extrème droite, or cette guerre était innévitable, rappelez vous juste qui était au pouvoir à cette époque.Pour Mr Noel (vous voyez là mon respect, contrairement à Gilles), vous m'attribuez les expressions "vraies droites et fausses droites" or, où ai je inscrit cela?De plus, il ne sert à rien d'insister sur nos différents points de vue, vos yeux étant totalement fermés sur la réalité...L'avenir parlera! PS: encore merci à Gilles de la façon dont il m'a qualifié... Cela peut montrer le niveau des sympatisants communistes.

David NOËL 06/01/2008 19:28

Le clivage "vraie droite" / "fausse droite" est implicite quand des militants frontistes parlent de "droite nationale". Sur le fascisme, j'ai déjà expliqué dans plusieurs articles que le FN n'était pas fasciste. Je vous renvoie par exemple à mon compte-rendu de lecture sur le dernier numéro de Vingtième Siècle. Mais que le FN ait été fondé à la fois par des nostalgiques de Vichy et de la collaboration et par des partisans de l'Algérie française, c'est indéniable, Thomas. Effectivement, je crois qu'on peut arrêter là ce débat, pour ne pas lasser nos lecteurs.

eldiablo 06/01/2008 18:31

Croyez vous que le "débat" avec les fachos soit la solution? On ne débat pas avec les fascistes, on les combat ! Ce combat, pour être efficace,  nécessite de se poser les bonnes questions sur sa propre ligne politique (cf. mon commentaire précédent) le reste c'est de la littérature qui, de fait, assure une légitimité "républicaine" au FN. 

David NOËL 06/01/2008 19:11

Bien entendu qu'il faut se poser les bonnes questions sur sa ligne politique et je souhaite que le PCF se dote d'un programme plus audacieux et plus clair. Vous faîtes de la question de l'intégration européenne la question prégnante, je ne suis pas sûr que cette question soit si importante que cela aux yeux de l'électorat...

Thomas 06/01/2008 16:27

Bonjour,Tout d'abord je note quelques antithèses dans votre démonstration: 1- le FN et le PCF constituent deux pôles du champ politique républicain2-le FN n'appartient pas au champ politique républicainAlors? Appartient ou appartient pas!? De plus, le mot républicain (république) comment les communistes le définissent ils? Parce que par exemple, vous citiez l'Allemagne, la République Démocratique d'Allemagne n'avait rien d'une république. En général, l'Est de l'europe n'avait rien de républicain. Le Lénine que vous aimez temps n'avez rien de républicain...Faudrait il faire le bilan du communisme à travers le monde? Pour faire ce bilan, on pourrait prendre différents critères: économie, finance, progrès social, et même... le nombre de morts! Vous dîtes qu'il ne faut pas dire droite nationale car cela sous entend qu'il y a une droite non nationale et selon nous mondiale. Faut il vous rappelez l'idéologie de l'écolelibéral? que le libre échange engendre la mondialisation (en anglais: globalisation)?N'oubliez pas une chose, c'est que le capitalisme délocalise vers des pays de l'Est ou communiste (Chine), indirectement votre idéologie est la cause de pas mal de problème...Vous dîtes que le combat à mener dépasse nos frontières: à force de regarder trop loin on ne voit même plus le bout de ses pieds! Vous parliez d'alliance politique contre la droite nationale pour le pouvoir, c'est votre stratégie, et après? Combattez le FN, cela vous donnes au moins une raison 'si absurde soit elle) d'exister.Combattre la réalité à court terme, c'est possible, mais à moyen terme, l'évidence nous offrira la victoire.Réponse à un commentaire: "si MLP perd, le FN est foutu..."Ne vous inquiétez pas pour le FN, la relève est assurée...

David NOËL 06/01/2008 17:08

Vous m'avez mal lu, j'ai écrit que la gauche et la droite étaient les deux pôles du champ politique républicain, je n'ai pas parlé du FN et du PCF. Comment je définis les partis républicains ? C'est simple, en France, la gauche et la droite sont les enfants de la révolution de 1789. En 1789, la France devient une monarchie parlementaire et les révolutionnaires se divisent : faut-il arrêter la révolution (c'est la thèse de la droite) ou au contraire aller plus loin vers la république (c'est la thèse de la gauche). Le FN est l'héritier de la tradition contre-révolutionnaire (de Joseph de Maistre en passant par Charles Maurras), ce n'est pas un parti républicain. Sur le terme droite nationale, je vous réexplique puisque vous ne comprenez apparemment pas : je récuse le couple droite mondialiste / droite nationale que vous utilisez. Je sépare le centre droit (Modem, Parti radical valoisien), la droite libérale (Nouveau Centre, UMP), la droite conservatrice (MPF) et l'extrême droite (FN, MNR), mais dire que la droite nationale qui serait la "vraie droite" s'oppose à la droite libérale qui serait la "fausse droite", c'est manichéen et réducteur. Que vous le fassiez dans vos tracts, grand bien vous fasse, mais je ne suis pas obligé de reprendre votre prose, les mots ont un sens.

Gilles Questiaux 06/01/2008 15:21

Le facho à l'air d'ignorer que son parti est l'héritier direct de la collaboration, qu'il contient bon nombre de nostalgiques de Hitler, qu'à cause de la génération suivante poujado-OAS nous avons eu la guerre d'Algérie dont la France et L'Algérie auraient bien pu se passer, comme anti français on ne fait pas mieux; étriquée ou pas quelle que soit l'idée que l'on se fasse de la nation française, le FN n'est pas dedans. Leur truc c'est l'Occident blanc, la LVF (SS "français"). Le simple fait de vouloir chasser les immigrés, c'est choisir de ruiner le pays. Quant à leur antiaméricanisme il fait bien rigoler.

eldiablo 06/01/2008 13:26

A mon point de vue Fouad met le doigt là où çà fait mal.  Car, il est  une question  qui vient à l'esprit:  "Pourquoi il y a un risque FN dans une  ville aussi populaire qu'Hénin-Beaumont ?". Le PCF par son revirement d'il y a quelques années sur l'UE a sans doute été perçu comme abandonnant les milieux populaires, celles et ceux qui sont écrasés par l'euro et les politiques ultra-libérales. La tarte à la crème de "l'europe sociale" ne convainc personne, c'est une chimère et tout le monde le sait. A confondre coopération internationale avec intégration européenne ont en arrive à des incongruïtés telle ce risque facho chez les prolos. A méditer, il me semble. 

Fouad 06/01/2008 12:06

Bravo pour l'ouverture de David NOËL pour sa réponse à THOMAS .Moi ce qui m'inquiète c'est que l'ennemi c'est le libéralisme et que l'europe de bruxelles est ultra libérale.En s'alliant avec le ps , le pcf s'allie avec des pro européens donc des libéraux et va à l'encontre des intérêts des salariés et des chômeurs.En ne s'alliant pas , il favorise une victoire locale du FN et en plus le FN et contre Bruxelles donc peut paraitre anti-libéral.la position a tenir n'est pas facile à choisir c'est vrai.cdlt

fouad 06/01/2008 10:25

Si MLP perd le FN est foutu car c'est la seule qui perd succeder a son père, si elle gagne elle sera peut être présidente en 2017 ......l'enjeux est grand.Mais je pense qu'elle a aucune ou très peu de chance de prendre hénin .elle fera au mieux 40 % .

Thomas 06/01/2008 02:51

Pour répondre à votre "lettre" pour Besancenot, je vais en reprendre certains points."gauche de la gauche" contre "extrème droite":  Le marxisme est vraiment formidable, il distingue la gauche de la gauche et l'extrème droite. Or, l'extrème droite n'est elle pas la droite de la droite ou alors le communisme n'est il pas l'extrème gauche? A force de vouloir rendre le Front National abominable, vous vous rendez absurde et donc totalement stérile.N'oubliez pas non plus l'expression "droite national" évidemment en tant que marxiste l'idée de nation vous offusque, votre idéologie étant anti-national..."victime de la casse industrielle avec les fermetures [...] notre secteur est devenu la vitrine du FN..."Etes vous les victimes ou les responsables? Je tiens juste à vous rappelez que Henin est (était) un fief historique du socialisme et donc les seuls responsables de cette déchéance.Cette situation est devenu une vitrine pour le FN ou une vitrine vous mettant face à votre incompétence?"La LCR aurait elle renoncé [...] le combat antifaschiste?"Oulala! Les grands mots totalement pitoyable est montrant votre "contre production"! Le faschisme est une preuve extrème du nationalisme, le communisme est une preuve extrème de l'anti-national...Bon je ne vais pas insister, faire un cours d'Histoire à un communiste (extrème gauche donc) c'est comme hurler à l'oreille d'un sourd!Voici quelques mots dans votre lettre forts intéressants:"contre extrème droite" "empécher une victoire de Marine Le Pen" "capable de battre" "battre l'extrème droite". A part être contre, anti, empécheur, battant, etc... Que proposer vous? Une fois encore nous voyons toutes vos limites, vous vous positionner contre quelque chose et nous pour, votre projet politique: anti FN. Avec ça, votre bilan (si mandat il y a) ne volera pas très haut!N'avez vous pas honte de vous en regardant votre passé, votre bilan, et vos propositions? En survolant votre site, une chose me choque: de nombreux drapeaus rouges et signes communistes. N'oubliez que vous êtes Français avant d'être communiste...PS: je vous serais reconnaissant de publier ce commentaire et de ne pas utiliser la censure comme seul moyen de réponse...Cordialement!

David NOËL 06/01/2008 10:55

Bonjour Thomas, Je n'ai pas l'habitude de censurer les commentaires, à moins qu'ils soient insultants, ce qui n'est pas le cas de votre message. Tout d'abord, sur le vocabulaire, vous faîtes un parallèle entre le FN et le PC. Ce parallèle, je le récuse. La gauche et la droite constituent deux pôles du champ politique républicain. Le PCF n'est pas un parti d'extrême gauche. Le terme "extrême gauche" est évidemment péjoratif. Le PCF est un parti de gauche, tout simplement, un parti de la gauche radicale ou de la gauche de la gauche, mais en tout cas, un parti qui se situe dans le champ politique républicain. Le FN n'appartient pas au champ politique républicain. Héritier de l'Action Française, des ligues, de l'OAS, c'est un parti d'extrême droite et donc, je n'utilise pas l'expression "droite nationale" qui est une manière pour vous de constituer une droite "anti-nationale" (ou "mondialiste", comme vous dîtes) et de vous situer dans le champ politique républicain. Sur la casse industrielle, votre argumentation est ridicule. Il est évident que les usines qui ferment sont victimes du capitalisme. C'est la mondialisation capitaliste qui pousse les entreprises à réduire les coûts pour faire face à la concurrence de pays où les salaires sont moins élevés. Et réduire les coûts, cela veut dire supprimer des emplois, fermer des unités de production, augmenter la productivité en flexibilisant toujours plus. Ce n'est de toute évidence pas la gauche qui est responsable de cette situation, face à laquelle le FN n'a pas de solution. Les mesures protectionnistes et xénophobes que vous préconisez ne vous mèneront pas loin. Le combat à mener dépasse les frontières françaises. Il faut le mener à l'échelle européenne - au moins dans un premier temps - pour exiger d'autres politiques : taxation des profits, nationalisations du secteur bancaire, comités d'entreprise dotés de pouvoirs élargis, fiscalité plus lourde pour les entreprises qui ne jouent pas le jeu de l'emploi et de la formation des salariés...    Vous dîtes que notre idéologie est "anti-nationale" comme s'il s'agissait d'une insulte, mais n'est-ce pas vous qui avez une vision étriquée et fantasmée de la nation ? Je n'ai rien contre les nations, il y a des revendications nationales parfaitement légitimes, c'est le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Nous soutenons par exemple le combat des Palestiniens pour disposer de leur Etat-nation. Donc, non, nous n'avons pas une idéologie antinationale. Par contre, en effet, nous sommes internationalistes, c'est-à-dire que nous considérons que l'appartenance à la classe sociale transcende l'appartenance nationale. Pour un communiste, les ouvriers français et les ouvriers allemands ont les mêmes intérêts (des intérêts "de classe") face à leurs patrons, que leur siège social se trouve à Paris, à Berlin ou à New-York. Le capitalisme, la mondialisation capitaliste dissout les frontières, des entreprises multinationales sont plus riches que certains Etats. Face à ça, les "prolétaires" ont les mêmes intérêts de classe, où qu'ils vivent. Enfin, il ne vous aura pas échappé que la "lettre ouverte à Olivier Besancenot" parle d'alliances politiques, une alliance politique de la gauche pour battre l'extrême droite. Ce n'est pas un article sur notre programme, c'est une lettre ouverte ! Mais rassurez-vous, nous avons bel et bien un projet, basé sur l'emploi, le logement, la transparence et la démocratie locale, la solidarité entre les quartiers et entre les générations, le civisme etc... Ce programme, vous le retrouverez en détail en temps et en heure sur notre blog, comptez sur nous ! Cordialement également malgré nos divergences,

makhno 05/01/2008 11:58

Entièrement d'accord avec David Noël.Le cas d'Hénin Beaumont est  tout à fait particulier (il en existe peut-être d'autres).Il s'agit avant tout de battre la fille du "sinistre borgne" et pour ce faire il est indispensable d'unir toute la gauche et même si c'est nécessaire (on verra au deuxième tour), encore plus largement tous les républicains. C'est une obligation.Il est bien évident aussi que le cas particulier "Hénin Beaumont" constitue une exception, partout ailleurs et en l'absence d'un danger avéré du côté de l'extrême droite, il va falloir aussi, "faire le ménage" et renvoyer les "socialistes de droite" à leurs chères études de marché.Le tri n'est pas si difficile à opérer. Tout candidat socialiste qui ne se sera pas déclaré ouvertement déclaré opposant au système libéral ne pourra pas bénéficier du report des voix de la gauche radicale (essentiellement PCF et LCR) au second tour.

Ben 05/01/2008 11:52

"la LCR engage, dans un secteur symbolique, un virage identitaire difficilement compréhensible et rompt avec son histoire."Certes, mais la LCR est historiquement sectaire également.. La LCR va t elle bientôt nous dire que l'arbre du FN ne doit pas cacher la forêt social démocrate ? La responsabilité est historique ! C'est d'enterrer le Front National ou de le voir renaître dont il est question.. En tout cas David, si tu as une réponse, publie là ! Je serais enchanté de la lire, surtout si elle est positive.. Bravo pour la main tendue, l'union est la seule solution. (du moins à court terme..)