Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Marie-George Buffet était hier l'invitée de France Info. Elle a répondu aux questions d'Olivier de Lagarde sur les 35 heures, le pouvoir d'achat, les OGM, mais aussi l'annonce de la suppression de la publicité sur les chaînes publiques.
Interrogée sur le congrès de Versailles qui se réunira le 4 février pour modifier la constitution, permettant l'adoption du traité de Lisbonne, la secrétaire nationale du PCF a appelé les parlementaires socialistes à venir au congrès de Versailles et à voter contre la modification constitutionnelle. Notre peuple a rejeté le TCE le 29 mai 2005 ; adopter le traité de Lisbonne, ce serait un déni de démocratie !
Vous pouvez écouter l'émission en ligne sur notre blog.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Précision: le "commentateur" ci-dessus évoque, de manière fort désobligeante,"mon "refrain contre l'Europe". Libre à chacun d'avoir son opinion sur l'UE, espace politique (et non l'Europe, espace géographique) là n'est pas la question. Simplement j'affirme qu'un communiste conséquent , militant aujourd'hui pour le socialisme (propriété collective des grands moyens de production + pouvoir au peuple travailleur) ne peut faire l'impasse sur le caractère irréversiblement impérialiste de l'UE. C'est d'ailleurs pourquoi je suis , avec certains de mes camarades , contre TOUTE constitution européenne et pour la défense de la souveraineté populaire et nationale. Je crois ce point de vue respectable autant que celui des européistes béats fussent-ils étiquettés révolutionnaires. J'affirme donc qu'un "communiste" favorable à l'UE est un communiste "en peau de lapin" et plus probablement un social démocrate, ce qui n'est pas une insulte.  Mais le  dire  clairement  serait plus  loyal . Salut et  fraternité et solidarité active entre les peuples souverains d'Europe et d'ailleurs. ELDIABLO
Répondre
A
Bonsoir,Je ne voudrais pas répondre à la place de David ( bien occupé en ce moment avec les municipales et les cantonales...) mais, pour ma part, je suis assez d'accord avec notre ami El Diablo ( pour une fois, il n'a pas entonné son refrain contre l'Europe...)Pour faire court, il faut à la fois proposer à la population un programme ancré à gauche et proche de ses préoccupations, mais aussi faire le lien avec les politiques sarkoziennes pour les mettre en échec et ainsi marquer des points.Sarkozy ne mégote ni sur les alliances ( Van neste à Tourcoing, d'anciens frontistes ailleurs...) ni sur l'ouverture à la société civile et à des personnalités étiquetées à gauche, avec l'idée de porter un coup fatal à toute contestation sociale.Dans ces conditions, il faut déjouer le piège et contracter des alliances municipales ( qui sont différentes d'alliances politiques, LO le fait par exemple avec le PS ou le PCF (à Lens)) C'est ce que nous avons fait avec la gauche et le PS sur Hénin-Beaumont .Tout en sachant qu'une alliance municipale n'est pas une alliance politique ( dans une municipalité, on peut démissionner facilement ou passer dans l'opposition...) Pourtant le parti socialiste, et là nous serons d'accord, a commis un certain nombre de "fautes" politiques sur le plan local et sur le plan national qu'il serait trop long ici de rappeler ( la dernière sur le traité modificatif est assez énorme...)Il est vrai, la situation héninoise est particulière avec la présence du Fhaine et de Marine Le Pen....Mais nous aurions pu, comme la LCR locale ( lire la lettre ouverte à Besancenot..) nous replier dans une tour d'ivoire "révolutionnaire" et garder notre vertu pour...perdre sans nous salir les mains, tout en servant la soupe au Fhaine...Bien sûr tout n'est pas réglé, mais l'union locale avec les socialistes reste un combat.....et la politique l'art du contre temps et de la bonne stratégie.. Parfois, les vrais révolutionnaires ne sont pas ceux qui prétendent l'être plus que nous.....En résumé,l'objectif politique de ces municipales est de rassembler la gauche et nous n'aurons pas vendu notre âme à la contre révolution si nous pactisons localement avec les socialistes! Fraternellement....
Répondre
M
"Voter soc ou pas ça dépend évidemment des circonstances", je me permettrai d'ajouter Gilles, ça dépend des socialistes aussi.J'ai cru comprendre que l'Huma et le Parti menaient campagne pour lutter contre la "forfaiture du boycott", il me semble qu'au sein du PS lui même des voix (certes minoritaires,  mais quand même) se font entendre qui vont dans le même sens, pourquoi ne pas saisir justement l'occasion et unissant les actes à la parole et aux intentions mises en avant (que je soutiens), lier tout accord d'union ou de désistement réciproque au second tour à un engagement solennel sur cette ligne là. Cela pourrait également aider quelques "socialistes de gauche" dans leur lutte contre leur direction "sociale libérale". Non ?Nous y perdrons peut-être quelques sièges (c'est pas sûr), mais à mon  avis, nous y gagnerons sûrement en crédibilité et n'est ce pas ce manque de crédibilité qui a conduit à cette situation encore inimaginable il y a seulement vingt ans : voir la fille du "sinistre" tenir le haut du pavé à Hénin Beaumont, ce lieu qui a vu se dérouler tant de luttes des mineurs, situé à peine à quelques kilomètres de l'endroit où Maurice est né ?Il est bien vrai aussi que de nos jours, même au sein du Parti, on passe plus de temps à battre sa coulpe à propos de l'action de Thorez et de Duclos (sous les applaudissements de la droite), qu'à se souvenir que même si cette action ne fut pas toujours exempte d'erreurs (il s'en faut), en tout cas, Le Pen ou quelconque autre "maréchaliste" du même tonneau n'aurait jamais même osé pointer le bout de son nez à Hénin Liétard dans les années 50-60.Du coup, je vais maintenant passer pour un "vieux stal", ça fera pendant au "gauchiste" (sans ignorer que l'un n'empêche pas l'autre). En tout cas, moi, je j'ai jamais été favorable à un rassemblement "alter mondialiste" avec le célèbre José à sa tête (un vrai gauchiste pour le coup), pour aller ensuite se vautrer jusqu'au cou dans la collaboration de classe à la traîne d'un PS dont les dirigeants ne savent plus où ils habitent.Au fait, pour être bien certains de ne pas perdre de "places" et faire "hyper moderne", on pourrait aussi rejoindre quelques centristes du Modem (ou d'ailleurs), c'est même ce que 500 candidats du PS vont faire (paraît-il). Elle est pas belle la vie ?@diablo. J'ai eu l'occasion de rencontrer "dans la vraie vie",  l'animateur de ce blog, il ne m'a pas fait du tout l'effet d'être aligné sur les positions des "liquidateurs" et j'aimerais également qu'il nous donne son avis sur ce sujet précis.Cordialement
Répondre
G
Voter soc ou pas ça dépend évidemment des circonstances. Nous sommes une minorité (environ 17%) au PCF Paris à avoir défendu une liste autonome sans PS au premier tour. Beaucoup de copains qui sont sur la même ligne que nous contre la liquidation du PCF ne nous ont pas suvi, ils ont trouvé cette proposition trop gauchiste, aboutissant à perdre les élus, etc.  Mais le seul argument de l'allliance était purement utilitaire. Un raz de marée soc comporterait des risques; il accroîtrait le nombre d'élus PCF otages de l'alliance socialiste qui font ensuite pression à droite dans le débat interne. Un exemple: à la fédé du Rhône ce ne sont pas les copains de Vénissieux qui controlent, mais les lyonnais qui sont largement sattelisés par la mairie PS. C'est au fond ce qui s'est passé en 2004.Amicalement GQ
Répondre
E
Précisément, j'aimerai bien que  notre  camarade du PCF, animateur de ce blog,  intervienne  dans ce débat pour donner son avis à ce sujet...Salut et fraternité.
Répondre
D
J'ai suivi vos interventions à tous les deux. Pour les municipales, c'est difficile d'avoir une position nationale, on n'arrive même pas à avoir une position commune départementale. Selon les endroits, des camarades partent avec LO contre le PS ; ailleurs, il y a des listes avec le PS. C'est difficile d'avoir une position de principe. Je pense quand même que là où le PS est bien implanté, s'il n'y a pas de menace de droite ou d'extrême droite, nous devons y aller sous nos propres couleurs (c'est ce qu'on fait à Lens). Par contre, dans les villes qui peuvent basculer, dans un sens comme dans l'autre, il faut privilégier l'union de la gauche, soit pour empêcher la ville de tomber à droite (voire à l'extrême droite comme chez nous), soit pour ramener la ville à gauche. Je rejoins l'analyse d'El diablo. Des victoires symboliques de la gauche dans des grandes villes peuvent être un encouragement et un point d'appui pour les luttes futures. Dans tous les cas, l'union de la gauche ne doit pas se faire au détriment de l'expression autonome du Parti. Oui à l'union de la gauche, mais le Parti, autant que faire se peut doit maintenir une activité propre séparée de la gestion municipale et avoir une expression publique sous forme d'un journal de section. Au-delà des municipales, les électeurs ne nous reprochent pas forcément de nous allier localement avec le PS, ils ne nous entendent plus parce que notre programme est confus et que la direction peine à avancer des mots d'ordre clairs autour de campagnes thématiques nationales sur les profits, ou sur le pouvoir d'achat par exemple.
M
D'accord avec toi Diablo pour constater que la plupart des "gens" (comme on dit), ont pour l'instant "la tête sous l'eau", que cet état de fait soit appelé à durer, ça , personne ne peut le prévoir, par contre, pour tous les tenants (et j'en suis), du "sens de l'Histoire" il ne fait aucun doute que "le printemps reviendra".Chacun peut analyser ce "désanchantement généralisé" (ou presque), comme il l'entend et par conséquent en déduire les solutions qui lui semblent les plus appropriées.Pour moi, le "malaise" vient surtout du fait que  les repères traditionnels (droite/gauche) ont disparu ou plus exactement, qu'ils se sont tellement brouillés, que plus personne ne s'y retrouve (sauf dans le camp de l'adversaire).Il me semble qu'une clarification s'impose et je ne suis pas certain qu'appeler à voter pour Delanoë, Lang ou un autre issu du même  tonneau social libéral va participer à cet éclaircissement pourtant nécessaire.C'est pourtant bien le chemin que semble vouloir reprendre une fois de plus le Parti, on ne change pas une stratégie qui s'est toujours montrée (à court ou à moyen terme) perdante.Battre Sarkozy, bien sûr que je suis pour, mais si c'est pour le remplacer par un autre gugusse admirateur de Tony blair, je ne vois pas vraiment où seront les bénéfices de la victoire pour les travailleurs ?Je ne crois pas ce que cela va changer grand chose dans le destin des mêmes, que ce soit Delanoë ou la candidate de l'UMP qui dirige la mairie de Paris.Par contre il faut être bien naïf pour ne pas s'apercevoir que le virage de 83 et tout ce qui a suivi au nom d'un modernisme (pour le moins discutable), a laissé des traces dans les mémoires et considérablement réduit la crédibilité d'une gauche unie (avant de devenir diverse) et qui a largement préparé le terrain en faveur de "l'idéologie dominante" qui semble triompher aujourd'hui.Je ne prétends pas avoir raison. Comme toi, je crois qu'il faut en débattre, mais à part nous, qui en débat ?Cordialement
Répondre
E
Makhno, en fait, je me dis: aujourd'hui,  les gens ont la tête sous l'eau, les luttes, les luttes d'accord mais on voit bien que çà a du mal à démarrrer et, à plus forte  raison, à s'étendre. Le  matraquage  sarkozien pèse  sur les  esprits...  Donc, il faut un électrochoc psychologiquement parlant. PS, social libéral...c'est pas le problème (je me fais bien comprendre dans ce contexte). Imagine , l'UMP qui perd par exemple  Marseille, Bordeaux, Le Havre, Strasbourg  ... etc...une  cuisante  défaite en somme, çà peut regonfler le moral de celles et ceux qui sont aujourdhui tétanisés, aider à leur "mise en mouvement "et casser le mythe du sarkozysme imbattable. C'est peut-être une stratégie à deux balles mais comment débloque t-on la situation ? Il faut en débatrre.
Répondre
M
Je comprends bien ton argument eldiablo, une question reste cependant posée : servir de force d'appoint au "social libéralisme", n'est ce pas aussi renforcer le camp de Sarkozy ?En clair, ces gens là (Jack Lang et consort), finiront forcément par se servir des voix qui les ont élus pour ensuite les porter sur un plateau au "Petit Monier".Je ne voudrais pas apparaître non plus comme un "anti socialiste primaire", il est certain qu'on ne peut mettre dans le même sac (au moins sur le sujet qui nous préoccupe) Mélanchon, Dolez et l'incroyable Jack. Il faudra bien entendu faire le tri.Au sujet du parti, entièrement d'accord avec ton analyse sur la "ligne" de la direction, mais je connais aussi des élus et des militants du parti qui ne partagent pas du tout ces conceptions de collaboration de classe. Abonné moi aussi au journal "Initiative Communiste" il me semble juste de tenir compte de cette autre réalité (certes encore très minoritaire) du Parti.Ils pensent pouvoir agir de l'intérieur, j'ai des doutes sur les chances de succès d'une telle stratégie, mais nous tous, anciens militants (c'est mon cas) ou tout simplement hommes et femmes de gauche attachés à ces principes qui depuis toujours ont fait la gauche, je suis persuadé que nous pouvons les aider (de l'extérieur)  en éliminant grâce à nos bulletins de vote certains "collabos" accrochés à leurs mandats comme à une bouée de sauvetage.J'ai bien dit, aider, je ne me fais guère plus d'illusions.Cordialement
Répondre
E
Makhno,  100% d'accord  sauf que nous ne sommes plus dans la  configuration  antérieure. Nationalement parlant, le PCF n'existe plus comme parti révolutionnaire militant (dans ces derniers textes il ne parle plus des exploités mais des "dominés" (stupide!). Donc, de quoi s'agit-il avec ces municipales? D'avoir un objectif certes limité mais essentiel: affaiblir politiquement  le sarkozisme .Dans ces conditions, utilisons le bulletin le mieux approprié  en fonction des situations  locales sans illusion aucune. Mais franchement il faut  affaiblir le nain dangereux!
Répondre
M
Au bal des faux culs qui nous prennent décidément pour des cons oublieux, on sait maintenant de façon tout à fait certaine qui dirige l'orchestre.Et vous voudriez que j'applique en mars 2008, la "discipline républicaine" ?Encore une fois, sauf à Hénin Beaumont et dans tous les cas semblables où le FN risque de l'emporter, il n'est plus question que j'aille voter pour des gens capables d'une telle forfaiture.Ils en veulent du boycott, ils vont en avoir.Cordialement
Répondre