Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Chatel-flingue.jpgIl semblerait que « Lucky Luc Chatel », fidèle cow-boy du petit shérif, joue encore une fois de plus de la gâchette sur notre éducation. Après la réforme des lycées, il ne fallait pas espérer souffler, la casse de l’éducation est une motivation quotidienne pour l’UMP. Leur but est simple : faire de l’école et du savoir une marchandise, une source de rentabilité en plus pour engraisser les marchés !

Chatel, Pécresse et même Guéant : tous multiplient les effets d’annonce pour créer un écran de fumée ou faire croire qu’ils vont régler les catastrophes qu’ils ont eux-mêmes provoquées !

Chatel et Pécresse : « Un master en alternance pour les profs : ça nous fait des gens qui bossent pour pas cher ! »

Après une année de « test » de la réforme de la formation des enseignants, tous les signaux sont au rouge pour notre éducation !!

Il ne fallait pourtant pas être devin pour prédire ce qui est en train de se passer aujourd’hui !

Non seulement des classes voire des écoles ferment à cause des suppressions de postes mais en plus, dans celles qui restent ouvertes, les étudiants stagiaires, les vacataires (c’est-à-dire des jeunes embauchés avec des contrats précaires pallier la pénurie de profs organisée par le gouvernement) comme les nouveaux titulaires sont débordés faute de formation de qualité, faute d’un statut convenable et du fait du manque criant de personnels. Résultat des courses pour les jeunes : Des conditions d’études qui se dégradent à vitesse grand V et des inégalités qui ne cessent de se creuser.

Chatel et Pécresse veulent faire croire qu’ils tiennent compte du désastre qu’ils ont eux-mêmes provoqué et annonce en grande pompe la création d’un master en alternance qui est pourtant loin d’égaler la formation que permettait les IUFM. Ces étudiants pourraient accéder à deux types de contrats : soit un poste d’enseignement de 216 heures pouvant être rémunéré entre 3 000 et 6 000 euros par an (donc entre 250 et 500 euros par mois) soit un poste d’assistant pédagogique à mi-temps à 500 euros par mois. Quoi de mieux pour continuer à sacrifier l’éducation sur l’autel de la rentabilité qu’instituer de nouveaux contrats précaires pour remplacer les postes supprimés de profs formés et fonctionnaires ? ET quand le ministre de l’Intérieur s’en mêle Ça donne carrément la nausée !!

« Les deux tiers des échecs scolaires, c’est l’échec d’enfants d’immigrés ! » a déclaré Claude Guéant 1 dimanche sur Europe. Poursuivant le mouvement engagé par l’UMP sur le chemin nauséabond du rejet de l’autre et de la xénophobie.

Une tentative d’escroquerie et des propos honteux de la part d’un ministre de la République guidé par la volonté de trouver un bouc-émissaire aux maux provoqués par les politiques du gouvernement dont il fait partie. S’il avait pris la peine d’ôter ses oeillères (aussi libérales que xénophobes) il aurait pu voir que le vrai problème c’est les inégalités sociales. Car à même classe sociale, les enfants d’immigrés ne sont pas plus en échec que les autres ; ils réussissent même mieux ! Et en élargissant encore un peu plus son champ de vision, il aurait constaté qu’effectivement les réformes de la droite creusent ces inégalités sociales et scolaires, comme de nombreuses enquêtes internationales l’ont montré ces derniers mois (PISA, etc.).

Face à la casse de notre école, répliquons avec des propositions pour notre avenir pas pour les entreprises :

· Plan pluriannuel de création de postes de prof et plus de lycées sur tout le territoire · Gratuité totale de l’école y compris pour le matériel professionnel · Information, respect et promotion des droits lycéens notamment le droit d’organiser des débats ou de manifester · Donner aux lycéens les clefs d’analyse de la société notamment par des débats sur l’actualité en ECJS · Création de vraies passerelles entre toutes les filières et droit au redoublement · Augmentation du nombre de conseillers d’orientation et assurance de leur formation continue pour que chaque élève puisse être suivi par un professionnel formé. · Tronc commun d’ambition pour toutes les filières (général, techno ou pro) · Assurer une réelle complémentarité entre savoir et savoir-faire dans les filières pro et techno · Accès facilité aux cultures et à leurs pratiques dans et hors du lycée...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Y


Partout les mêmes protestations contre les fermetures de classes. Mais comment s'opposer efficacement à cette politique présentée comme un dogme?


Y.L.


 


 


 


Y.L.



Répondre
J


une école qui ferme,c'est une prison qui s'ouvre...pauvre "agité du bocal"



Répondre