Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

undefined Les salariés de la grande distribution sont en lutte. C’est une première : trois organisations syndicales de la branche Commerce – la CGT, la CFDT et FO – appellent à une journée d’action dans la grande distribution ce vendredi 1er février.

Il faut savoir que la grande distribution emploie aujourd'hui  636 100 salariés. La situation de l’emploi est préoccupante dans ce secteur et les femmes sont particulièrement victimes du temps partiel imposé : la grande distribution, c'est 61% de femmes et 39% d’hommes, c'est aussi 37% de salariés à temps partiel (11% d’hommes, 55% de femmes).
Comment boucler ses fins de mois en travaillant 26 h par semaine pour un salaire de seulement 800 € ?

Alors aujourd'hui, de nombreuses enseignes devraient être touchées : Auchan, Carrefour, Casino, Lidl... la mobilisation s’annonce massive, avec de nombreux magasins bloqués, selon les organisations qui qualifient d’« historique » cette action commune.
Trois thèmes sont mis en avant : le pouvoir d’achat, le repos dominical et l’emploi.

Les salaires constituent le principal motif de mécontentement. La Fédération du commerce et de la distribution (FCD patronale) bloque les négociations depuis le mois d’octobre. Le litige porte notamment sur le forfait pause, qui devrait être calculé en dehors du salaire de base, mais qui est aujourd’hui intégré à ce salaire, faisant passer les premiers niveaux de la grille sous le Smic.
A l'heure actuelle, la grille des salaires minima en date du 25 octobre 2005 est de 1243 € pour le premier niveau (1184 € de travail effectif + 59 € de pause). La dernière proposition en date du 10 décembre est de 1306 € pour le premier niveau pause incluse. Ce qui fait, soit un salaire à 1244 € plus 5 % forfait pause, et donc un salaire inférieur au SMIC sur le travail effectif, soit un salaire de 1280 € et une pause de 2%.

undefinedConsommer le dimanche : d'accord. Travailler le dimanche : pas d'accord !

Autre sujet d’inquiétude : les dimanches travaillés. « Pour augmenter leurs salaires, beaucoup de salariés n’ont pas d’autre choix que se porter volontaires pour travailler le dimanche », explique Michèle Chay, de la CGT du Commerce.
Aujourd'hui, 7,4 millions de personnes, salariées et non salariées, déclarent travailler le dimanche, d'une façon occasionnelle ou habituelle, soit 30,1 % des personnes actives
D'après l'Ifop début décembre, 53% des Français ne seraient pas prêts à travailler le dimanche, et 26% le seraient.
Le rapport du CES précise que les enseignes de la grande distribution ne sont pas demandeuses de dérogations supplémentaires d'ouverture le dimanche (aujourd'hui au nombre de 5 par an).

La section d'Hénin-Beaumont du PCF soutient les revendications des salariés de la grande distribution et appelle les habitants d'Hénin-Beaumont à exprimer leur solidarité en signant la pétition contre le travail du dimanche.

Je signe la pétition contre le travail du dimanche
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article