Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par PCF

undefinedLa valse des milliards ces jours-ci donne le vertige. 5 milliards d’euros gaspillés par un trader de la Société Générale, lequel « jouait » sur une masse de 50 milliards ! 100 milliards de profits records pour les entreprises du CAC 40, version 2008... Décidemment, de l’argent, il y en a, et à profusion. Mais il est gâché dans des spéculations, récupéré par des rentiers, gaspillé en somme.

Décidemment, la France est riche. Mais le pouvoir, le patronat ne parlent que de restrictions, de régressions, de déclin. Car dans le même temps où l’argent facile et la « culture » bling-bling s’étalent sans vergogne – avec la complicité de Nicolas Sarkozy-, les prix s’envolent, les salaires évoluent à minima ( selon l’INSEE, ils stagnent autour de 1% de progression annuelle depuis 1994 !), la précarité passe de nouveaux caps. Des millions de gens vivent dans une situation d’urgence !

En fait ce sont des choix de société qui s’affrontent là. L’argent pour la spéculation, les profits mirifiques, les stock-options, la rentabilité à tout crin ou au contraire l’argent utile pour répondre aux besoins sociaux, construire une société de solidarité et d’épanouissement humain ? L’argent pour les gâchis humains et financiers ou l’argent pour une efficacité nouvelle et un mode de développement porteur de progrès pour tous et respectueux de l’avenir de la planète ?

La crise financière suscite dans l’opinion une grande émotion. Et l’on voit déjà les défenseurs du capitalisme, le Président de la République en tête, qui cherchent des échappatoires, des excuses, qui tentent de séparer ces désordres de la façon dont l’économie, le social, les êtres humains sont traités. Voilà qu’ils proposent de « moraliser » le système, de mieux le « contrôler ». Bref, il y aurait un bon capitalisme, celui des « entrepreneurs », à promouvoir, et un mauvais capitalisme, celui des « flambeurs », à réprouver.

En réalité, « l’argent pour l’argent », c’est aujourd’hui le coeur du système, sa seule loi, son unique morale. L’indice suprême d’efficacité des entreprises, des banques, c’est le résultat financier. Et toute la machine économique, toute la fiscalité, les lois, le Droit, sont au seul service de cet enrichissement des plus riches.Tout est fait pour que les capitalistes, sans se soucier des conséquences pour la société, recherchent cette rentabilité financière. Les nouvelles technologies sont détournées pour servir ce seul et unique but, faire du fric, vite, de plus en plus.

D’où cette frénésie mondiale d’OPA, de rachats en bourse, de prises de contrôle, pour détruire le concurrent, constituer des réseaux mondiaux de domination. En 2007, en Europe, 1300 milliards d’euros ont été injectés dans ce Monopoly géant. Les Etats poussent à cette guerre économique, cherchent à attirer sur leur territoire les capitaux, canalisent l’argent de la société à partir de la fiscalité et des privatisations.

Cette explosion de la rentabilité financière engendre des cercles vicieux : pression sur les salaires, contre l’emploi, contre l’investissement, spéculation sur les titres, sur les devises…jusqu’au krach ! Les Banques centrales sauvent alors les spéculateurs en injectant massivement des liquidités, en baissant leurs taux d’intérêt, ce qui ne fait que relancer la recherche de l’argent pour l’argent, jusqu’au krach suivant. Les Etats semblent désormais bien impuissants face à de tels phénomènes. On se rappelle avec quelle désinvolture la direction de la Société générale a traité le gouvernement lors de la dernière crise.

Pour rompre cette logique, pour rendre l’argent utile, il va falloir à la fois de profonds changements politiques et une intervention forte des travailleurs et des citoyens. Les salariés devront conquérir un droit de regard sur la gestion de leur entreprise. Il faudra en finir avec les exonérations de cotisations sociales patronales, imposer une nouvelle politique du crédit, favorisant l’emploi, la formation et sanctionnant la spéculation, constituer un pôle public bancaire, avec l’appropriation sociale de grandes banques par la Nation.

A gauche, il y a débat. Certains, lorgnant du côté de l’idéologie libérale, lacheraient la bride aux marchés financiers et se contenteraient d’apporter des correctifs sociaux aux logiques capitalistes. D’autres recommandent plutôt de s’émanciper de la tyrannie de la finance, proposent une autre utilisation de l’argent. C’est tout le sens de la campagne nationale sur l’argent qu’a décidé de lancer le PCF. La gauche doit avoir le courage de s’en prendre aux puissants de la finance. Scrutin local mais aussi premier test grandeur nature pour le sarkozysme, les élections municipales et cantonales donneront l’occasion aux citoyens de peser en ce sens.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Il y a longtemps que je ne fais plus confiance à la justice de mon pays, qui est devenue complètement politisée, à la solde des gouvernements qui se succèdent. Pour moi une justice qui relaxe Georges Frèches et ne prend même pas la peine de sanctionner les multiples dérapages du candidat Sarkozy ne vaut rien...
Répondre
A
Tarik,Je n'arrive pas à suivre le fil de votre pensée et il est difficile de dialoguer avec vous, puisque vous caricaturez nos positions et que vous mélangez parfois tout ,en puisant dans l'histoire du communisme des faits qui étayent votre démonstration. Celle-ci consiste à dire que les communistes de tous lieux et de toutes époques sont, seront ou ont été de dangereux criminels.Permettez que je sois en désaccord avec vous. Je ne nie pas les erreurs passées ( à condition de les remettre dans leur contexte, ce que vous ne faites pas ) mais ce qui m'intéresse c'est d'en tirer profit pour relancer l'idéal communiste auquel je continue de croire avec conviction et sincérité.L'idéal communiste, c'est l'idée d'un monde meilleur débarassé du pouvoir du Capital qui ruine les peuples et détruit notre monde. il me semble assez clair que ce combat est plutôt d'actualité.J'y apporte une contribution modeste mais honnête, que je n'accepte pas qu'on criminalise.Je vous sens aigri et haineux envers nous et je constate simplement que vous n'hésitez pas à insulter un commentateur du nom de "Gauchiste" sur le site du MJS, alors que vous dialoguez courtoiserment avec le F-Haine.Je ne comprends pas non plus votre insistance à vouloir dialoguer avec nous qui serions de dangereux criminels enrichis par l'argent de Moscou.A mon avis, le climat politique de Haine qui sévit à Hénin-Beaumont et qui profite à l'extrême droite locale, a déboussolé de nombreux concitoyens, comme vous, qui, de propos haineux en propos haineux ( sur les hommes politiques, les "gauchistes " , les jeunes, les nomades, les migrants,les intellectuels ou les communistes) finissent par manquer de discernement, par perdre toute nuance politique et par détester la terre entière.En effet, un peu comme vous, Tarik......Sur ce , bonne soirée et bon courage à David....
Répondre
A
Le FN n'a pas grand chose à voir avec Hitler tout d'abord, et ensuite il ne faut pas oublier que tous ont pactiés avec Hitler: les communistes au début certes, mais aussi les dirigeants français et anglais, par le biais de Chamberlain et Daladier, et les americains qui ont mis pas mal de temps à entrer en guerre...
Répondre
D
Pour le FN, manifestement si à en croire le tribunal correctionnel de Paris.
D
Mon cher David,Je n'étais pas né le 2 février 1943 (je suis né en 1950) quand l'armée nazie a capitulé à Stalingrad face à l'armée Rouge de l'Union Soviétique. Ce fut incontestablement le tournant décisif de la seconde guerre mondiale...C'est dans ce sens que l'URSS "signifie quelque chose pour moi" à la différence de vous semble t-il. J'ai été militant (très) actif du PCF pendant  plus de 30 ans. J'y ai assumé quelques responsabilités et je ne nie pas que les dirigeants de mon parti nous ont fait avaler quelques grosses couleuvres sur les pays socialistes. Pour autant je ne jette pas le bébé avec l'eau du bain. Tout cela devient progressivement de l'Histoire. Je n'ai pas honte d'avoir soutenu l'URSS car dans mon for intérieur je ne soutenai pas le "goulag" mais la libération de peuples, du peuple russe du tsarisme et des peuples du monde du nazisme et de l'exploitation capitaliste. Dans ce parti j'ai rencontré d'innombrables hommes et femmes désintéressés, avec un coeur "gros comme çà"  dévoués à la cause des petits, des sans grades. Ces miltants ne doivent pas être insultés, ce sont des braves, les qualificatifs "d'autoritaire" opposés à "humaniste" ou "libertaire" tiennent plus de propos de salonards que de gens en lien direct et  constant avec la vraie vie. Salut et fraternité au lecteur de cette toute petite note. DIABLO toujours communiste bien que sans carte PCF depuis la mutation réformiste de ce parti.   
Répondre
D
Mais nous sommes entièrement d'accord, El diablo. Où ai-je dit que j'adhérais au présupposé que le communisme des années 50 était "autoritaire" ? Il ne l'était évidemment pas pour les milliers de militants communistes qui défendaient avec courage des valeurs qui restent plus que jamais d'actualité, je suis totalement d'accord avec vous. Ceci dit, même en admettant le présupposé de Tarik, rien ne lui permet de taxer les altermondialistes d'être des staliniens en puissance.
T
les matraqueurs assermentés y fignolèrent leurs besogne comme disait l'ancien anar devenu depuis BoBo. Encore qui a perdu ses illusions gauchistes sur l'autel du temps qui passe.Message spécial pour avanti popolo qui se languissait apparemment de mon absence : Certe, je n'apprécie pas votre forme de communisme,  celui des goulags, celui de la pensée unique... L'idéal communiste que j'ai bercé dans ma jeunesse est aux antipodes du vôtre. Certe vous me répondrez que l'idéologie communiste d'hier n'est pas celle d'aujourd'hui, et je vous répondrai , surement puisque vous n'avez plus les moyens d'imposer quoi que soit à quiconque, votre faiblesse actuelle vous oblige à louvoyer, vous faites dans l'altermondialisme parce que c'est tendance, vous vous mettez à l'écologie c'est de mode, bref vous vous refaite un masque de vertu , un peu comme une vieille prostituée qui va se refaire tirer les fesses. Mais dans le fond, votre mouvement n'a pas changé, il est toujours aussi intolérant et pour le peu qu'il puisse retrouver une once de pouvoir, sa noirceur réapparaitrait aussitôt. Je n'apprécie pas plus le FN que vous quoiqu'avec lui, au moins, je sais à quoi m'attendre, il promet l'enfer alors que vous, ça fais plus d'1 siècle que vous nous promettez des lendemains qui chantent, et cela fait plus d'un siècle que vous exploitez cette humanité que vous deviez protéger. Voilà, je peu comprendre que vous me détestiez parce que je rejette le communisme, mais je n'accepte pas dêtre qualifié de frontiste par ce fait. Ce n'est pas moi qui est signé des accords avec HItler. Cela devait être dit.
Répondre
D
Je ne vous comprends pas bien, Tarik. Vous parlez de l'idéal communiste qui a bercé votre jeunesse, vous opposez apparemment un communisme "libertaire" et humaniste (pour dire vite) et un communisme "autoritaire", c'est bien cela ? Mais alors, pourquoi nous dénier le droit d'être communistes et libertaires, d'être communistes et altermondialistes ? J'avais 9 ans au moment de la chute du mur de Berlin, l'URSS, ça ne signifie absolument rien pour moi. Mais j'avais 18 ans au moment de l'émergence du mouvement altermondialiste, des manifestations de Seattle que je découvrais en lisant Charlie Hebdo et  Le Monde Diplo. Je vous assure que l'altermondialisme n'est pas un masque qui cacherait un communisme intolérant. Beaucoup de militants communistes, notamment les jeunes, se revendiquent de l'altermondialisme. Je laisse Avanti popolo vous répondre pour le reste puisque vous vous adressez à lui.
D
8 février 1962 - 8 février 2008 : souviens-toi de Charonne.
Répondre
A
chapitre 3 du projet de l'AR sur le blog de Daniel Duquenne"Aider et respecter les plus fragiles"http://ceckasince2.hautetfort.com/
Répondre