Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Hénin-Beaumont accueillait jeudi et vendredi la marche nationale des sans-papiers contre les expulsions et pour les régularisations.

Partie le 19 avril de Lille, la marche nationale des sans-papiers organisée par le CSP 59 (Comité des Sans-Papiers du Nord) doit arriver le 10 mai à Paris. Après des étapes à Valenciennes, Somain, Aniche et Douai, c'était le tour d'Hénin-Beaumont d'accueillir les 35 marcheurs sans-papiers.

Marocains, Guinéens, Congolais ou Thaïlandais, les marcheurs et marcheuses sans-papiers font preuve d'un courage et d'une détermination qui suscitent l'admiration. Ils ne veulent plus vivre cachés et réclament des papiers pour vivre en France. Les marcheurs sans-papiers travaillent en France parfois depuis des années, ils paient des impôts, ils ont leurs amis, leur famille, leur vie en France.

La politique de Nicolas Sarkozy et de Brice Hortefeux, appliquée avec zèle par des préfets comme Daniel Canépa, est choquante et révoltante. Elle rompt avec la tradition humaniste d'une France terre d'accueil et pays des droits de l'homme.

Partout où ils passent, les sans-papiers sont chaleureusement accueillis par la population de notre région. Partis de l'usine Renault Douai où ils ont été reçus par la CGT jeudi matin, les marcheurs sans-papiers sont arrivés à Hénin-Beaumont jeudi midi et ont pu se restaurer autour d'un pique-nique organisé par le MJS, la LDH et le PCF dans le parc public.

A 14h, nous sommes partis en manifestant jusqu'au local de la Ligue des Droits de l'Homme où Alain Pruvot, président de la section d'Hénin-Carvin et délégué régional a accuelli les sans-papiers. Fidèle à sa mission de lutte contre toutes les discriminations, la LDH a toujours été aux côtés des sans-papiers.

A 15h, c'est dans le hall de la Mairie d'Hénin-Beaumont que les sans-papiers furent accueillis. Les quatre porte-paroles des marcheurs sans-papiers ont pu s'exprimer et expliquer tour à tour le sens de leur combat. Un combat soutenu par les élus et militants présents : Alain Pruvot pour la LDH, Dominique Lecomte pour le SNES-FSU, Guy Creuze, adjoint au Maire, pour la CGT, Pierre Ferrari, adjoint au Maire, pour le MJS et David Noël, adjoint au Maire, pour le PCF.

Jean-Pierre Corbisez, Maire de Oignies, vice-président du Conseil Général et président de la CAHC s'est engagé à proposer une motion de soutien au Conseil Général.

A l'issue de cette rencontre en mairie d'Hénin-Beaumont, les sans-papiers se sont rendus en chantant à l'Espace Mitterrand où ils furent accueillis par Jean-Bernard Deshayes, adjoint au Maire délégué aux sports.

Les marcheurs sans-papiers ont enfin pu se reposer, poser leurs sacs et se préparer pour la nuit. Au cours du repas, Claudine Policante est venue les saluer en compagnie de Guy Creuze. Plus tard dans la soirée, Pierre Ferrari et David Noël, venus avec leurs sacs de couchage, se sont installés pour passer la nuit aux côtés des sans-papiers.

Vendredi matin, les marcheurs sans-papiers ont quitté l'Espace Mitterrand à 8h, en direction de Billy-Montigny où le Maire, Bruno Troni est venu les saluer. Ils étaient attendus à Lens en fin d'après-midi.

Cette étape héninoise de la marche des sans-papiers aura été un beau moment de rencontre et de partage. Comment oublier les visages de Youssef, de Hakim ou encore de Mamoudou ?

La section d'Hénin-Beaumont du PCF réaffirme son soutien total à la lutte des sans-papiers. Elle appelle le gouvernement à arrêter les expulsions et à régulariser tous les sans-papiers.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Sarkozy : " 22 % des immigrés réguliers sont au chômage " ! Les VRAIS chiffres.

Nicolas Sarkozy nous a expliqué que 22 % des immigrés réguliers étaient au chômage.
Allons sur le site de l’INSEE :
Ensemble de la population active immigrée au chômage : 15,5 %.
Hommes immigrés au chômage (uniquement les hommes) : 13,7 %.
http://www.insee.fr/fr/ffc/chifcle_fiche.asp?tab_id=439
Nous devons TOUJOURS vérifier les chiffres que nous donne Nicolas Sarkozy.

Source: site Bellaciao
 
Répondre
D
Salut David et bravo pour ton engagement qui force le respect. Cette rencontre avec les sans-papiers restera un moment émouvant et chaleureux....Honte à ceux qui , comme Briois, les présentent comme de dangereux criminels. Les migrations existent depuis longtemps ( souvenons-nous des immigrations polonaises, italiennes, algériennes et marocaines dans notre Bassion Minier...) et contribuent à la richesse de notre pays. La droite et l'extrême droite utilisent ce phénomène pour diviser les travailleurs et multiplier les coups bas contre leurs adversaires politiques de gauche, alors que la lutte des sans-papiers est un combat citoyen et humaniste...Je joins à ce message l'intervention que j'ai faite à la mairie au nom de la FSU et du SNES:Bonjour à tous et Bienvenue aux ch'ti sans-papiers!Je voudrais d'abord rebondir sur le mot ch'ti que vous avez utilisé pour caractériser votre marche . Il me faut rappeler, ici, à Hénin-Beaumont, que le bassin minier a été, depuis toujours, une terre d'accueil pour de nombreux travailleurs migrants ( polonais, italiens, algériens et marocains) et que ces travailleurs ont contribué largement au développement économique de notre Région. Il me faut dire aussi que les lois et les méthodes de messieurs Hortefeux et Sarkozy bafouent non seulement les lois de notre République mais aussi les valeurs de notre Région.Il faut également se souvenir de la lutte des mineurs marocains dans les années 70-80, pour comprendre que celle des sans-papiers actuels représente la continuité de ce combat syndical pour l'égalité des droits de tous les travailleurs.Comme tous les représentants des organisations présentes, je viens évidemment apporter ici le soutien de mon syndicat à la marche des sans-papiers du Nord et je souhaite que tout au long de votre parcours, des enseignants, comme moi ( qui enseigne au lycée Pasteur ) s'engagent pour vous soutenir. Cet engagement est pour nous à la FSU assez naturel puisque de nombreux collègues se sont mobilisés depuis longtemps à vos côtés par le biais de RESF ( Réseau Education sans Frontière). Ce réseau défend les jeunes majeurs scolarisés sans-papiers qui sont victimes, comme leurs aînés, des mesures de rafles et d'expulsions.Je dois ajouter que, dans notre pays, dit des Droits de l'Homme, de jeunes élèves, souvent sérieux et assidus sur le plan scolaire, sont expulsés arbitrairement et brutalement de l'Ecole, pour qu'un ministre "fasse du chiffre" et remplisse ses charters d'expulsés...D'autres analyseront et dénonceront mieux que moi cette politique arbitraire et injuste de quotas d'immigration, qui conduit à parquer des êtres humains, souvent accompagnés d'enfants, dans des centres de rétention, véritables camps de la Honte, pour mieux les expulser, en famille, dans les cris et les larmes.Pour ma part, je souhaite simplement vous laisser imaginer quelques secondes, la situation vécue par la communauté éducative quand un élève sans-papiers est expulsé.UNe chaise vide dans une classe... et qui le restera sans doute, et c'est déjà l'émotion chez les élèves et leurs enseignants.Puis viennent, pour nous professeurs, la consternation et la contradiction, puisque nous enseignons tous le principe de toute Ecole digne de ce nom: l'égalité des droits et des devoirs des élèves.D'ailleurs, nos programmes scolaires ne nous incitent-ils pas à aborder les thèmes de citoyenneté et d'égalité des droits, comme ceux de tolérance et de respect de l'Autre?Pour conclure, je crois qu'il est grand temps de mettre en pratique, au profit des sans-papiers et de leur famille, ces principes enseignés dans toutes les Ecoles.
Répondre