Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

La morgue et le mépris de Nicolas Sarkozy et de ses ministres vient de franchir un nouveau palier. La semaine dernière, à la radio et dans les colonnes du Figaro Magazine, Xavier Darcos s'en est pris aux enseignants, traitant les syndicats d'"irresponsables" au discours "mensonger" "qui poussent les lycéens devant eux".

Jeudi soir, Nicolas Sarkozy s’est exprimé pour annoncer « avant l’été » un projet de loi pour un droit à l’accueil des enfants scolarisés.

Alors que la mobilisation a été très forte dans toute la France, pour exiger les moyens d’une école de qualité et contester les 11 800 suppressions de postes dans l’Education nationale, cette annonce présidentielle résonne comme un affront et une déclaration de guerre.

Enseignants, élèves, étudiants et parents, tous aspirent à une école de qualité. Le Président de la République répond par une provocation hors sujet : il attaque le droit de grève.

La volonté de Nicolas Sarkozy de créer un service public de casseurs de grève est inadmissible et révoltante. La malaise actuel de l’école est une conséquence directe des politiques libérales qui assassine l’avenir de générations entières. Ce n’est pas en baillonant le mouvement social que Nicolas Sarkozy répondra aux aspirations des françaises et des français.

Nicolas Sarkozy perd ses nerfs et choisit le rapport de force. Il se comporte comme un chef de clan. C’est indigne de ses fonctions, et cela va à l’encontre de l’intérêt général. En guise de réponse, le Parti communiste français appelle à une mobilisation exceptionnelle pour la manifestation du 22 mai prochain.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article