Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

On l'a appris vendredi dans les colonnes de La Voix du Nord : il faudra compter sur un retard d'au moins six mois pour l'ouverture du Louvre-Lens, initialement prévue à l'automne 2010. L'échec des appels d'offres relatifs aux ascenseurs, aux aménagements extérieurs et à la construction du gros oeuvre est un coup dur pour les promoteurs du projet et devrait reporter l'ouverture du musée courant 2011 au plus tôt.

Une situation qui a le don de mettre Guy Delcourt, député-maire de Lens et Michel Vancaille, président de la communaupôle en colère. Selon les deux élus, l'échec des appels d'offre est à mettre sur le compte des grands groupes du BTP.

Et Guy Delcourt de surenchérir samedi dans les colonnes de La Voix du Nord : "les entreprises du BTP ne nous ferons pas céder" [...] "nous ne sommes pas à vendre. Ce n'est pas parce qu'ils font de la surenchère qu'il faut tomber dans cette logique. Nous avons le moral. Si on doit perdre six mois on perdra six mois". Une nouvelle déclaration intempestive du maire de Lens qui enfonce des portes ouvertes car les six mois sont bel et bien déjà perdus à l'évidence...

Et la presse locale de s'interroger : "on fait quoi si le deuxième appel d'offres reste improductif ?" Une réflexion qui inquiète, car pour les spécialistes, en cas de nouvel appel d'offres infructueux, ce serait le retour à la case départ. Et là ce seraient plusieurs années de perdues... Un scénario catastrophe que les élus lensois et les élus de la région espèrent éviter.

Une chose est sûre, si la volonté des élus était de rassurer, c'est l'effet contraire qu'ils ont provoqué par leurs déclarations à l'emporte-pièce tout aussi improductives que l'appel d'offres en question.

Les élus communistes au conseil régional du Nord-Pas-de-Calais et à la CALL se sont toujours montrés très vigilants sur le dossier du Louvre-Lens, estimant que les contribuables du Nord-Pas-de-Calais n'avaient pas à supporter seuls l'intégralité des coûts de construction et de fonctionnement du Louvre-Lens. Autant dire que la perspective d'éventuels surcoûts ne peut que nous alerter. 

En liaison avec les élus communistes de la CALL et de la région, la section PCF d'Hénin-Beaumont sera particulièrement attentive à ce que l'implantation du Louvre-Lens n'affaiblisse pas l'Escapade et ses partenaires des scènes associées et ne soit pas supportée à des hauteurs déraisonnables par les seuls habitants du Nord-Pas-de-Calais.  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article