Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Hier matin, à l'initiative de Pierre Ferrari et du MJS, les jeunes socialistes et les militants de la section d'Hénin-Beaumont du PCF ont rendu un hommage commun à Jean Jaurès, assassiné au coeur de l'été, il y a 94 ans, le 31 juillet 1914.

Intellectuel brillant, formidable orateur, Jean Jaurès était un grand républicain, admirateur de Michelet et de la Révolution française.
Nicolas Sarkozy, qui citait Jaurès pendant la campagne présidentielle et se félicite que "Désormais, quand il y a une grève en France, personne ne s'en aperçoit" doit ignorer que Jaurès est devenu socialiste en 1892, après la grève des mineurs de Carmaux.
Révolté par toutes les injustices, Jaurès a mis sa plume et son énergie au service de Dreyfus pour exiger la révision du procès. En 1905, son rôle est déterminant au moment du vote de la loi de Séparation de l'Eglise et de l'Etat. Fondateur de l'Humanité, Jaurès a tout fait pour unir les socialistes au sein d'un grand parti socialiste. En 1914, la SFIO, dont il est la principale figure, compte 102 députés.
Son assassinat à la veille de la Première Guerre Mondiale privera le mouvement ouvrier français et l'Internationale Socialiste d'un chef irremplaçable, qui s'était battu jusqu'au bout pour empêcher la guerre.

Pierre Ferrari pour le MJS et David Noël pour le PCF ont rappelé au cours de leurs interventions qui était Jaurès et ont montré toute l'actualité des combats du grand leader socialiste. Après les discours, Pierre Ferrari, David Noël et Yvette Soudet, secrétaire de la section socialiste de Noyelles-Godault, ont déposé ensemble une gerbe sur la place Jean Jaurès.

A l'heure où le PS et le PCF préparent leur congrès, beaucoup de militants, dans nos sections s'interrogent. Le PS  ira-t-il encore plus loin dans la mue sociale-libérale ? Le PCF doit-il changer de nom et se dissoudre dans une confédération de la gauche antilibérale ? Au PS comme au PCF, les sociaux-libéraux et les liquidateurs ont le soutien des principaux médias qui opposent archaïsme et modernité.
Ne tombons pas dans ce piège. Contre la logique destructrice du capitalisme et de l'impérialisme, et si la modernité, paradoxalement, c'était de revenir à Jean Jaurès ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
jaures etait un grand homme defenseur de la veuve ,de l'orphelin du pauvre et de l'ouvrier rien a voir avec l'actuelle pari communiste defenseur du casseur des cites d'octobre 2005 Vous n'avez aucun projet si ce n'est une regularisation massif des sans papier d'afrique qui n'apporte rien a la france il s'agit de regarder la realite Vous oubliez que si vous etes si bas aux elections c'est peut-etre a cause de ça 
Répondre
D


Jaurès était un grand homme, vous avez raison, mais pour le reste, quelle confusion !
Vous ne vous rendez même pas compte que quand vous stigmatisez l'ennemi de l'intérieur que seraient les sans-papiers ou les "casseurs des cités", vous vous situez dans la lignée des adversaires
de Dreyfus. Sauf que eux stigmatisaient les juifs...

Français ou sans-papiers, les prolétaires n'ont qu'un seul ennemi, le patronat qui les exploite. L'extrême droite raciste et xénophobe qui a toujours voulu diviser les classes populaires est le
meilleur soutien du patronat.
Jaurès était aux côtés de tous les damnés de la terre et contre toutes les injustices. Il ne séparait pas les Français, les Arabes et les Juifs... Aujourd'hui comme à l'époque de Jaurès, nous
n'avons qu'une seule devise : "Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !"

Puissiez-vous la méditer...