Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

David Noël, Secrétaire de section et Adjoint au Maire délégué à la Culture et de nombreux militants communistes d'Hénin-Beaumont étaient hier à l'angle de la rue Paul Vaillant-Couturier où ils tenaient leur stand, pour la troisième année consécutive, sur la grande braderie du centre-ville et de la gare.

La municipalité avait choisi d'organiser le marché aux puces un dimanche, à la demande des commerçants de la rue Elie Gruyelle dont beaucoup se plaignaient de perdre une journée d'affaires le samedi. Des centaines de puciers ont donc profité d'un beau dimanche ensoleillé pour installer leurs étals.

Le temps d'un dimanche, des milliers de promeneurs, venus en famille, ont donc envahi les rues du centre ville et du quartier de la gare pour chiner ou tout simplement se balader avant d'aller faire un tour sur la ducasse.

De nombreuses animations avaient lieu, pour le plus grand plaisir des petits et des grands : château gonflable, stands de maquillage du service jeunesse et citoyenneté, fanfare... Le matin, rue Roger Salengro, les puciers ont même pu assister à un formidable spectacle de marionnettes, Jojo Golondrini, proposé par l'Escapade.

Mais le marché aux puces du centre ville d'Hénin-Beaumont, ce n'est pas que des puciers et des animations, c'est aussi, traditionnellement, la rentrée politique pour toutes les forces politiques de la ville.

De nombreuses organisations étaient présentes sur la braderie. Rue Paul Vaillant-Couturier, on pouvait rencontrer le Parti Communiste. Nos militants ont distribué des centaines de tracts pour annoncer la marche du 27 à Paris, pour les salaires.
Plus loin, les Verts emmenés par Régine Calzia et Marie-Claude Duchateau parlaient écologie autour de produits bios. Du côté de l'Alliance Républicaine, Georges Bouquillon, Patrick Piret, Christine Coget et leurs amis distribuaient leur dernier tract et organisaient un tirage au sort pour faire gagner un vase. Devant la mairie, un stand des militants de FO, en campagne pour les élections prud'homales.
Rue Elie Gruyelle, on trouvait le stand du Front National, à l'angle de la rue Jean-Jacques Rousseau, puis le stand de Debout La République. Inlassablement, Pascal Wallerand, délégué de circonscription du parti gaulliste, aura distribué toute la journée les tracts de Nicolas Dupont-Aignan. Plus loin, Jean-Pierre Chruszez et quelques militants socialistes faisaient signer la pétition contre la privatisation de La Poste devant le local du PS.
Quelques mètres plus loin, on pouvait retrouver le stand du MJS et ses nombreux militants venus soutenir Pierre Ferrari. David Noël et les militants communistes qui l'accompagnaient étaient de tout coeur avec Pierre Ferrari et ont bien volontiers signé la pétition du MJS 62 pour la liberté d'expression.

Du côté des élus, on a pu  apercevoir Gérard Dalongeville, mais aussi Alain Alpern, conseiller régional, Jean-Pierre Corbisez, maire de Oignies et président de la Communauté d'Agglomération d'Hénin Carvin ou encore  Marie-Noëlle Lienemann, première adjointe et députée européen, venue gentiment nous saluer à notre stand.

Pour les militants communistes, la grande braderie du centre ville et de la gare est toujours l'occasion de se retrouver et de se relayer autour d'un verre, d'un sandwich. Les Héninois et Beaumontois sont particulièrement sensibles à la question des salaires et les discussions ont été nombreuses et enrichissantes.

La section d'Hénin-Beaumont du PCF se félicite du succès de ce beau marché aux puces et remercie l'ensemble des services qui ont travaillé pour assurer le bon déroulement de cette manifestation. Rendez-vous l'année prochaine !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
difficile de vous suivre encore une fois....10% au cantonale et quelle tendance aux municipales( 50% comme à la sauce du maire...dans le journal du pays).Etes vous au courant que les MJS ont sifflé le maire sur le marché aux puces. Comment pouvez vous encore parler d'union de la gauche? Vous allez encore nous écrire que si si si.............. Si vous restez dans la majorité, vous devrez vous taire sinon vous serrez comme Mr FERRARI. 6 mois de mandat, cela commence à craquer et arrêter de mettre une couche de platre sur le fissures apparentes.Vous parlez de vous exprimer au sein de la majorité. Je ne suis pas prof de maths mais vous ne ferez pas le poids dans les décisions de la majorité alors encore une fois arrêtez de prendre les héninois pour des c-ns. ( 3 voix communistes + Lieneman = 4, très faible pour peser dans la balance) 
Répondre
D


C'est vous qui êtes difficile à suivre. Je ne nie pas qu'il y ait un bras de fer au sein de la majorité sur la question de la liberté d'expression des alliés minoritaires. Gérard Dalongeville
nous explique qu'il ne reconnaît pas le MJS comme allié minoritaire et qu'il ne reconnaît pas au MJS le droit à se démarquer, mais que par contre, il reconnaît au PCF le droit de s'exprimer et
éventuellement d'exprimer son désaccord.
Je ne peux que le rassurer sur ce plan, le PCF, composante de la majorité, s'exprime de manière souveraine. Par contre, je ne partage pas la logique de Gérard Dalongeville sur Pierre Ferrari et
le MJS. Le MJS, comme le PCF, est un allié minoritaire et les accords politiques que nous avons signés avec Gérard Dalongeville ont été négociés et garantis par Marie-Noëlle Lienemann. Peu
importe combien nous sommes, l'important, ce sont les prises de positions politiques.
Dans le cadre de la majorité, nous nous exprimerons de manière souveraine. Maintenant, s'il prenait envie à Gérard Dalongeville de revenir sur sa parole et le respect qu'il dit professer pour le
Parti Communiste, c'est lui qui prendrait l'initiative de la rupture de l'union de la gauche comme il l'a fait en s'attaquant à Pierre Ferrari, que je soutiens complètement.



U
Monsieur Noël,Vous avez critiqué ouvertement les dérives de la ville avec votre compagnon de marche M.Ferrari et jje vous en félicite.Par contre, comment se fait-il que seul M.Ferrari a vu sa délégation retiré?Serez vous solidaire de votre ami en ne prenant pas part au vote mais egalement en démissionnant  de votre fonction d'adjoint pour marquer le coup ...Siou
Répondre
D


A l'heure actuelle, j'attends la réaction de Pierre Ferrari, qui n'a pas encore personnellement réagi.

Il est clair que si la question de son retrait de délégation se pose au conseil municipal, je voterai contre sans aucune hésitation.

Il est absolument exclu que je démissionne. Les près de 10 % d'électeurs qui ont voté communiste aux élections cantonales ont voté pour une liste d'union de la gauche équilibrée dans laquelle
PCF, aux côtés de Marie-Noëlle Lienemann, aux côtés du MJS, avait pris l'engagement de peser et de s'exprimer de manière souveraine.
Nous continuerons donc de nous exprimer librement à l'intérieur de la majorité et s'il le faut, de nous opposer aux choix du reste de la majorité s'ils nous apparaissent aller à l'encontre des
intérêts des Héninois.

Nous n'en avons rien à faire des grincements de dents des uns et des autres. Nous, nous restons dans la majorité. Si certaines personnes veulent nous mettre dehors et rompre l'union de la gauche,
elles prendront leurs responsabilités, mais nous ne leur donnerons pas le plaisir de démissionner.



M
Effectivement, ce fut un beau marché aux puces.Comme chaque année, j'ai pu y saluer le camarade Noël "fidèle au poste". Premier sujet étonnement : visiblement l'énormité des sommes considérables que celui ci perçoit en tant qu'adjoint, n'a nullement entamé  l'enthousiasme qu'il met à défendre la cause du parti qui est le sien. Pour un "aparatchik"... (je plaisante évidemment).Mais c'est pas tout. David Noël n'était pas seul à "tenir le stand". Qui l'eut cru ? Des militants, au Parti Communiste, y'en a encore plein ! Etonnant non ?En tout cas, réconfortant.Dernière source d'étonnement, le nombre de stands politiques que l'on peut rencontrer quand on va se promener sur la brocante d'Hénin.Pourtant, des "brocantes", on peut dire que j'en ai "fait" pas mal (à travers tout le nord Pas de Calais), cette année, mais sur aucune  (à ce jour), je n'avais eu l'occasion de croiser une telle "diversité militante".Je ne vous dirai pas que cette "diversité" m'enchante toujours,  en particulier quand elle m'amène (bien obligé), à croiser certains représentants (par ailleurs tout à fait BCBG d'allure) du principal parti xénophobe. Mais bon, comme disait l'autre "c'est la démocratie" (paraît-il) qui le veut, alors...Quand on n'est pas natif (ni résident) d'Hénin Beaumont, on a parfois bien du mal à comprendre dans le détail toutes les nombreuses péripéties qui parsèment sa "vie politique" à première vue fort compliquée.Mon petit tour sur la braderie de dimanche (à lui seul), ne me permettra sans doute pas de me faire une idée très précise et définitive sur les "choses politiques" de la vie Héninoise, du moins elle m'aura permis d'approcher la grande complexité de la situation.Au vu de celle ci, je ne peux que souhaiter bon courage à David Noël ainsi qu'à ses camarades.Cordialement
Répondre