Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

L’Etat français a injecté trois milliards d’euros pour sauver Dexia, une banque qui finance la moitié des collectivités territoriales françaises, et le plus souvent en accordant des prêts à taux variables.

Pour Hénin-Beaumont, dont Dexia est un des principaux créanciers, la facture pourrait être lourde. Il faut savoir que la municipalité héninoise a renégocié il y a quelques mois 11 millions d'euros d'encours de dette au profit de trois emprunts "à barrière" dont le taux d'intérêt, après une période de taux fixe, est susceptible d'augmenter très fortement.

Si l’Etat finance et sauve l’entreprise, cela ne peut se faire sans contrepartie. La France disposerait de 25% du capital de Dexia, soit une minorité de blocage. La contrepartie est simple : il faut limiter les taux variables qui étranglent les collectivités territoriales de notre pays.

Si Dexia augmente les taux d’intérêt des prêts, les collectivités seront contraintes d’augmenter les impôts locaux, et au final, de faire payer par les populations les conséquences de la crise financière.

Nicolas Sarkozy doit exiger que Dexia donne publiquement des garanties sur le maintien des taux d’intérêts pour l’ensemble des collectivités territoriales.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Tous ensemble et en même temps !2ème Conférence Nationale du Prcfles 25 et 26 octobre 2008 à Paris (adresse à définir)un socialisme original et inédit pour la Francel'affiche de l'événement :http://sd-1.archive-host.com/membres/images/740554293/2econference-nationalePrcf.jpg
Répondre