Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Les adhérents du Parti Communiste ont voté, mercredi et jeudi sur les trois textes proposés comme base commune de discussion au 34ème Congrès, qui se déroulera du 11 au 14 décembre à La Défense. Les résultats sont nets en faveur de la direction sortante dont le projet de base commune obtient un peu plus de 60 % des voix.

C'est donc le texte "Vouloir un monde nouveau, le construire au quotidien" qui est choisi comme base commune de discussion. Les adhérents ont désormais un mois pour le compléter avec des amendements, qui ne pourront remettre en cause l'orientation du texte. En clair, tous les amendements de fond seront automatiquement rejetés.

Notre prochaine conférence de section, en novembre, sera l'occasion de déposer d'éventuels amendements et d'élire une nouvelle direction de section. Les adhérents de la section se prononceront également sur la motion qui nous est proposée par la Fédération PCF 62.
Dans la foulée, les 29 et 30 novembre prochain, les délégués des sections mandatés par leur comité de section participeront à la conférence fédérale, qui se tiendra à Divion. Une nouvelle direction fédérale sera alors élue pour trois ans jusqu'au prochain Congrès.

34ème Congrès

Résultats du vote des communistes

Adhérents : 132 077
Cotisants : 78 779
Votants : 39 692 (50,38 %)
Blancs et nuls : 3 659 (9,22 %)
Suffrages exprimés : 36 033 (90,78 %)

Texte 1
Vouloir un monde nouveau, le construire au quotidien
21 946 voix (60,91 %)

Texte 2
Renforcer le PCF, renouer avec le marxisme
(La Riposte)
5 419 voix (15,04 %)

Texte 3
Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps
(Section PCF Paris XV, Gauche Communiste, André Gérin)
8 659 voix (24,03 %)

Les résultats du 34ème Congrès présentent peu de différences avec ceux du 33ème Congrès, qui s'est déroulé du 23 au 26 mars 2006 au Bourget. 

33ème Congrès
Résultats du vote des communistes

Cotisants : 99 281
Votants : 46 214 (46,55 %)
Blancs et nuls : 1 392 (3,01 %)
Suffrages exprimés : 44 822 (96,98 %)

Texte 1
Base commune
28 411 voix (63,39 %)

Texte 2
Base commune amendée
(Nicolas Marchand, Yves Dimicoli)
5 126 (11,44 %)

Texte 3
Colère et Espoir
(Maxime Gremetz)
1 662 voix (3,71 %)

Texte 4
Fiers d’être communistes
(Jean-Claude Danglot, André Gérin, Gauche Communiste)
5 938 voix (13,25 %)

Texte 5
Remettons le PCF sur les rails de la lutte des classes
(Section PCF Paris XV, Georges Hage)
3 685 (8,22 %)

Depuis 2006, nous avons perdu de nombreux cotisants. Faut-il y voir l'effet de la mise en place de nouvelles cartes pluriannuelles ? Désormais, les cartes d'adhérents sont valables trois ans. Les adhérents sont invités à coller leurs timbres annuels sur les timbres de l'année précédente. L'assemblée de remise des cartes, moment privilégié de la vie d'une section, perd de son importance, au détriment de la cohésion de nos sections.
Avec la généralisation du prélèvement automatique, l'édition de cartes pluriannuelles a pu distendre les liens entre les adhérents et leur section. Ceci n'explique pas tout. 

Avec moins de 40 000 votants contre 46 000 en 2006, on observe à nouveau une participation beaucoup trop faible pour un congrès. D'après nos informations, un certain nombre de sections proches des refondateurs qui avaient fait la campagne de José Bové aux élections présidentielles 2007 auraient boycotté le vote, ce qui explique peut-être en partie la faiblesse de la participation dans certaines régions comme la Seine-Saint-Denis.

A l'intérieur du PCF, le rapport de forces est resté stable. Le texte de la direction avait obtenu 63 % en 2006, il approche cette année les 61 %. Si on affine l'analyse, ce score de 60,91 % des voix paraît étonamment faible, dans la mesure où le groupe des économistes méne par Nicolas Marchand, Yves Dimicoli et Paul Boccara n'avait pas présenté d'amendements et soutenait le texte de la direction, qui écarte provisoirement toute idée de dissolution du PCF dans un Die Linke à la française.

En 2006, les trois textes alternatifs Colère et Espoir, Fiers d'être communistes et Remettons le PCF sur les rails de la lutte des classes obtenaient 25,18 % des voix. On les retrouve presque entièrement sur le texte 3, Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps, qui obtient 24,03 % des voix. Les initiateurs de ce texte alternatif commun vont maintenant devoir se structurer en réseau s'ils veulent faire progresser leur influence de manière durable.

Les économistes du parti l'avaient fait en créant le réseau ANR (Action-Novation-Révolution) qui s'est depuis rapproché de la majorité du parti dont il constitue l'aile gauche. Il n'est pas exclu que les initiateurs de Faire vivre et renforcer le PCF et les animateurs d'ANR se rapprochent.

Avec 15,03 % des voix, le score du texte Renforcer le PCF, renouer avec le marxisme, est très encourageant pour La Riposte, qui présentait pour la première fois un texte alternatif devant les adhérents du PCF. Section française de la TMI, la Tendance Marxiste Internationale, une organisation trotskyste dont les sections nationales militent en tendance au sein des partis communistes ou travaillistes, La Riposte a effectué un travail théorique patient et sérieux, visible sur son site internet qui est un des sites internets communistes les plus visités.

Durant la campagne interne, des polémiques avaient opposé les initiateurs du texte 3 et les militants de La Riposte. Les proches d'André Gérin déniaient toute légitimité à La Riposte, considérée comme une organisation étrangère à l'histoire du Parti Communiste. L'épouvantail trotskyste ne fonctionne heureusement plus. On ne voit d'ailleurs pas bien pourquoi la Gauche Communiste de Jean-Jacques Karman serait une tendance trotskyste acceptable et pas La Riposte.
En tout état de cause, avec plus de 5 400 voix et 15 % des voix des adhérents, La Riposte est désormais pleinement légitimée comme tendance à l'intérieur du Parti Communiste.

A eux deux, les textes 2 et 3 pèsent près de 40 % des voix. Pour l'emporter dans un congrès, il suffit de franchir la barre des 50 % des voix, un objectif qui n'aurait rien d'impossible au prochain congrès, surtout dans l'hypothèse d'une structuration des amis d'André Gerin et d'un rapprochement avec  ANR et l'aile gauche de la majorité. Si, dans le même temps, La Riposte poursuit sa progression, dans trois ans, la direction pourrait bien être minoritaire dans le parti face à ses oppositions "orthodoxes".
Les militants révolutionnaires qui ont quitté le PCF pour rejoindre des groupuscules comme le PRCF, rallier le NPA ou abandonner toute activité politique et se replier sur le syndicalisme doivent revenir au Parti Communiste et renforcer son aile gauche, qui sort grandie de ce 34ème Congrès.

Une fois de plus, le Parti Communiste a prouvé qu'il était un parti démocratique et transparent qui sait faire vivre le débat interne, un débat qui ne tourne pas chez nous au conflit d'egos et de chapelles comme on le voit trop souvent dans d'autres partis...

Cet élan du congrès ne doit pas s'arrêter ! Les salariés, les chômeurs, les précaires ont besoin d'un Parti Communiste ouvert, à leur écoute, près de leurs préoccupations, qui soit un appui à leurs luttes. en même temps qu'une force de proposition. C'est tout l'enjeu de ce 34ème Congrès.   
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Supposons ....Supposons...que la "direction" ait eu intérêt à laisser s'exprimer la Riposte : Pourquoi pas ?Mais alors, pourquoi avoir refusé aux communistes parisiens partisans du texte n° 3 de pouvoir se réunir dans la salles du Parti ?  C'est pas de la stratégie politicienne de haut vol, çà ? Et à Marseille : les magouilles dignes du ps !!! N'excusons pas l'INEXCUSABLE : le stalinisme se porte encore bien !TROP bien !
Répondre
E
Vous savez le monde du travail a laissé beaucoup de plumes depuis que le PCF s'est effacé du devant de la scène politique. Comme le disait un politicien de droite (Giscard je crois) fin des années 70 : "On ne fait pas la même politique avec un PCF à 20 % qu'avec un PCF à 10%"...". Alors pensez aujourd'hui avec moins de 2 %! Les dirigeants du PCF en but à plusieurs reculs électoraux dans ces années 70 ont finalement pris la décision d'une "sortie à droite" pour tenter d'enrayer les reculs . Ce fut "la mutation" et les reniements successifs sur les fondamentaux idéologiques et l'organisation du parti....Aujourd'hui, ce parti n'a plus de politique, reste un appareil tenu par des élus qui ne savent plus à quel saint se vouer pour conserver leurs postes et indemnités (c'est vital pour eux car l'alternative c'est le chômage!). Bien sûr, résistent ici ou là des militants sincères et dévoués qui se battent mais çà ne suffit pas bien évidemment....Et ce parti est à la dérive. A l'extérieur, je reste un observateur attentif et j'osais espérer (un peu naïvement sans doute) que le texte 3 (le plus proche des aspirations du peuple des cités et des usines ) serait utilisé par les militants pour faire un premier pas vers la reconquête de leur parti. Ce ne s'est pas passé exactement comme çà. Maintenant les membres du PCF vont tenir leur congrès et on peut aisément imaginer comme cela va se terminer...C'est bien dommage et préjudiciable car le rouleau compresseur du capital continue de nous écraser sans rencontrer une véritable résistance. Il existe des pistes pour sortir de cette impasse, faut-il encore que les communistes aient le courage politique de les explorer. Il fut un temps pas si lointain où certains parlaient "d'Assises du Communisme" regroupant ceux du dedans et ceux du dehors. Un appel dans ce sens a même circulé sur internet. Et puis "silence radio": on en est là! 
Répondre
E
...En effet, quand les bornes de l'opportunisme sont dépassées, il n'y a plus de limites...
Répondre
D


Enfin, admettez qu'il n'y a pas de raison que des sondages donnent plus de 10 % d'intentions de votes à Olivier Besancenot et une côte de popularité au zénith alors que l'image du PCF dans
l'opinion est brouillée.

La raison me paraît claire : notre programme n'est pas assez révolutionnaire, nos différences avec le PS pas assez marquées, notre discours pas assez tranchant.

Visiblement, je ne suis pas seul à le penser, puisque 40 % des adhérents communistes qui ont pris part au vote ont voté pour les deux textes alternatifs.



E
Oh là là ..."La Riposte" au PCF pour contrer le NPA !!! Quelle cuisine politicienne !
Répondre
D


J'émets simplement une hypothèse. Probablement qu'à la direction du PCF, certains voient les choses comme ça.



E
Franchement je ne comprends pas votre attitude bienveillante par rapport à "la Riposte".En effet, il est une chose d'être membre d'un réseau (statutaire) comme la "Gauche communiste" ou "ANR", il est autre chose d'être membre d'un groupuscule  (aux ramifications internationales y compris financières) à la logique anglo-saxonne qui manie une phraséologie marxiste dogmatique et  qui revendique ouvertement l'entrisme, qui picore une fois dans la gamelle PS pour la quitter et rejoindre la gamelle PCF! A moins d'être naïf et nouveau-né en politique, il y a de quoi trouver cela étrange non ! Personnellement, j'appelle cela de la double appartenance et en principe un parti communiste digne de ce nom  ne reconnais pas cette pratique.Si l'on ajoute les facilités d'expression accordées à ce groupe par le groupe dirigeant muté du PCF on peut tout de même se poser des questions. Bien sûr je ne remets pas en cause la sincérité des votants de la motion de "la Riposte" mais il faut garder les yeux ouverts et bien se rendre compte que ce groupuscule est utilisé pour brouiller les cartes par une direction aux abois prête à toutes les manipulations pour sauver ses confortables postes. A la vérité, en perdant sa base ouvrière et populaire , le PCF à perdu, petit à petit, sa véritable raison d'être: ses portes sont désormais ouvertes à tous les vents des opportunismes de tous poils. Les tenants du texte 3, duquel je me sens le plus proche ont certes obtenu un résultat méritoire  dans un contexte de dépérissement du militantisme mais il ne passe pas le cap qui les rendraient incontournables. Vont-ils continuer à s'asseoir, pendant 3 ans, à la même table que celles de refondateurs-liquidateurs, des opportunistes et des suivistes béats..L'avenir le dira. En tous cas ce sera sans moi ! Salut et fraternité. 
Répondre
D


La seule différence entre un réseau statutaire et ce que vous appelez un groupuscule, c'est la taille, la notoriété des dirigeants et l'ancienneté de l'implantation dans le parti. Pour ma part,
le vote interne donne à La Riposte l'onction des adhérents qui pouvait encore lui manquer. Pour le reste, tout ça se construit.

A partir du moment où La Riposte ne planifie pas de scission, c'est une très bonne chose que le PCF ait une tendance trotskyste. L'existence d'une tendance comme La Riposte peut
ramener au PCF des jeunes tentés par le NPA ou rebutés par l'amalgame communisme/stalinisme qui n'a plus lieu d'être.

A mon avis, la direction a compris qu'elle avait tout intérêt à laisser s'exprimer La Riposte et à se donner à peu de frais une image d'ouverture, mais là encore, je ne vois pas où est
le problème.