Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par PCF

Nicolas Sarkozy a annoncé la création d’un fonds souverain doté de 20 milliards d’euro destiné à venir en aide aux entreprises françaises en difficulté. Pourtant, à regarder de plus près, ce fonds relève plus de l’opération marketing que d’une véritable politique industrielle.

Au lieu des 20 milliards annoncés, il s’agit plutôt de 6 milliards. La différence étant constituée des participations de l’Etat dans les grandes entreprises françaises et donc non disponible en terme de liquidités pour des opérations de refinancement. Au regard de l’objectif annoncé, à savoir de défendre l’indépendance industrielle, le montant n’est assurément pas au niveau.

Autre danger, celui de laisser les commandes de ce fonds aux mains du patronat par l’intermédiaire de deux grands patrons (Sanofi-Aventis et PPR). Une fois de plus, comme il l’a déjà fait pour le plan de sauvetage des banques, Nicolas Sarkozy nous vend à grand renfort de publicité le « retour de l’Etat » mais il n’en est rien.

Pourtant, il y a besoin de solutions d’une toute autre ampleur. Elles passent par la création d’un pôle financier public comme nous le réclamons ; pôle contrôlé réellement par les pouvoirs publics qui aurait pour mission d’investir en favorisant le crédit en fonction de l’emploi, des salaires, de l’investissement et de la recherche. L’indépendance nationale n’a rien à gagner d’un nouveau fonds souverain de plus ; fonds qui ont participé à cette guerre économique financière aujourd’hui en crise et dont le monde commence déjà payer la note.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
LES FEMMES SOCIALISTES SONT EXTRAORDINAIRES.ELLES PEUVENT ETRE MAIRES D'une des plus grandes villes de france,etre présidente de la communauté urbaine de cette ville et premiére secretaire du P.S .parce qu'elle travaille 56 heures par jour....!!!!!!
Répondre
B
Et si un pôle financier composé d'élus concernés par les finances municipales se penchait sur la "gestion Dalongeville"?
Je suis comme toi, cher David, écoeuré par les gesticulations et le bluff permanent de Sarko l'imposteur, mais localement , mon idignation n'est pas moindre à l'égard des "embrouilles" de Dalongeville......dont on finit par se demander s'il a les pieds sur terre.
Répondre