Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Fort des 5419 militants communistes (15 %) qui ont voté pour Renforcer le PCF, renouer le marxisme, lors de la consultation interne, il semblait normal que nos idées soient un minimum représentées, au sein du prochain Conseil National. Nous avons donc présenté quatre candidats au CN : les deux rédacteurs du texte, Greg Oxley et Jérôme Métellus (Paris), et deux syndicalistes, Hubert Prévaud (Haute-Garonne) et Sylvain Roch (Allier), qui jouent un rôle de premier plan dans leurs fédérations respectives. Quatre membres, cela représente 2,5 % du CN de 160 membres qu’annonce la direction du parti : une proportion bien modeste au regard du score réalisé par notre texte.

Ces quatre camarades ont présenté leur candidature en congrès de section, conformément aux statuts. En même temps, nous avons directement informé la direction nationale de ces candidatures. Cependant, la liste élaborée par la « commission des candidatures », et qui sera soumise à la discussion du Congrès, ce week-end, ne comprend aucun des quatre candidats en question. En composant cette liste, la direction du parti n’a voulu accorder aucune représentation aux 15 % de voix qui se sont portés sur nos idées.

Du point de vue des principes démocratiques les plus élémentaires, ce choix choquera beaucoup de communistes. Mais l’explication nous semble claire. La direction actuelle du parti est hostile aux idées du marxisme, et n’a évidemment pas envie qu’elles soient défendues au CN. Elle observe avec inquiétude la progression de ces idées, dans le parti.

Renforcer le PCF, renouer le marxisme n’a pas été écrit dans le but de décrocher des places au CN. Il nous importait avant tout de présenter notre analyse de la situation économique et sociale actuelle, d’expliquer notre point de vue sur les raisons de l’affaiblissement du parti, et de proposer un programme et une stratégie susceptibles de le renforcer. Néanmoins, nous protestons vigoureusement contre la mise à l’écart des candidatures que nous avons présentées. La liste arrêtée par la « commission des candidatures » n’est pas encore définitive. Cette commission – dans laquelle nous n’avons pas été invités à siéger – se réunira à plusieurs reprises, lors du congrès. Elle aura la possibilité de modifier la liste. Lors de la discussion sur la composition du CN, nous défendrons notre point de vue. Nous demandons que la commission intègre nos quatre candidats dans la liste soumise au vote des délégués. Et nous appelons les délégués qui sympathisent avec nos idées à faire de même.

Pour le reste, quelle que soit la composition finale du CN, nous poursuivrons nos efforts, auprès des militants du parti, pour défendre les idées du marxisme. La crise du capitalisme sape chaque jour un peu plus les bases du réformisme « antilibéral » que défend la direction actuelle du parti, et qui constitue la raison principale de son affaiblissement. L’expérience de cette crise ne peut que favoriser la progression de nos idées, dans les mois et les années à venir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

le nouvel économiste 13/12/2008 20:20

A mourir de rire ! JP Chruszez, tristement connu pour sa crasse incompétence et ses casseroles donne des cours d'économie :http://jpchruszez.blogspot.com/2008/12/larnaque-montaire-internationale-ou-la.htmlVite Gérard, embauche-le !!!!!!!

David NOËL 14/12/2008 21:56



Jean-Pierre Chruszez pourra vous répondre s'il le souhaite.

Je ne connais Jean-Pierre Chruszez que depuis peu de temps, mais il est incontestablement doté de solides compétences en matière budgétaire et en matière d'administration publique et je crois
qu'il a la volonté de mettre en place des outils de gestion qui manquaient. Comme président de groupe, Jean-Pierre Chruszez a semble-t-il la volonté de respecter l'opposition.

Pour le reste, je m'abstiendrai de répondre, je ne connais ni les travaux de Jean-Pierre Chruszez, ni les détails de son parcours politique.   



BOUQUILLON 13/12/2008 19:41

Je te le dis sans aucun plaisir, David. Ton parti devient un club d'élus. Et c'est bien dommage.

David NOËL 14/12/2008 22:15



Tu as partiellement raison. Nous restons une force militante importante dans le paysage politique français, mais la politique d'abandons successifs de la direction nous a considérablement
affaiblis et nous ne sommes plus une force électorale importante aux élections nationales, même si nous résistons aux élections locales grâce à nos élus.

Pour redevenir une force électorale importante, la direction doit cesser de tenir un discours défensif qui donne l'impression de toujours s'excuser. Je me bats à l'intérieur de mon parti pour que
le PCF porte fièrement des valeurs communistes et révolutionnaires.