Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

La journée de grève et de manifestation unitaire du 29 janvier s'annonçait suivie et elle l'a été massivement, partout en France.

Les manifestants auront voulu signifier à Nicolas Sarkozy, qui pavoisait en disant que "maintenant, quand il y a une grève en France, personne ne la voit",  leur ras-le-bol de la politique destructrice de la droite.

Jeudi, le message des milliers de manifestants était simple : les réformes du gouvernement de Nicolas Sarkozy sont mauvaises et dangereuses. De l'argent, il y en a pour les banquiers et les capitalistes, il faut le mettre au service de l'augmentation des salaires et des pensions et revenir sur les suppressions de postes et la casse des services publics.

La section communiste d'Hénin-Beaumont organisait un bus avec les sections de Montigny-en-Gohelle et de Courrières.

Le matin, des manifestations avaient eu lieu dans les grandes villes de la région et avaient rassemblé plusieurs milliers de personnes. Les manifestants étaient 6 000 à Dunkerque et à Boulogne, plus de 3 000 à Douai, 2 500 à Valenciennes et Arras, un millier à Béthune et à Lens.

Ces chiffres impressionnants n'étaient rien à côté de ceux de la manifestation lilloise qui a rassemblé 30 000 personnes, jeudi après-midi, un chiffre qui dépasse ceux des manifestations de 2006 contre le CPE et de 2003 contre la casse des retraites.

Les cortèges syndicaux étaient impressionnants, notamment celui de la CGT et celui des enseignants de la FSU.  Toutes les organisations syndicales avaient appelé à la grève et à la manifestation.
Aux côtés des syndicalistes de l'Education Nationale, dont de nombreux enseignants en RASED, des salariés de La Poste, de l'automobile ou de la SNCF, on remarquait les militants du Mouvement Français pour le Planning Familial, mais aussi beaucoup d'acteurs du monde de la culture : musiciens intervenants, personnels de la DRAC, de l'Opéra de Lille et de l'Escapade...

De nombreux élus et responsables politiques de toute la région étaient présents. Pour le PCF, on remarquait la présence de Jacky Hénin, député européen, Alain Bocquet, député du Nord, Jean-Claude Danglot, sénateur du Pas-de-Calais, Michèle Demessine, sénatrice du Nord, Hervé Poly, secrétaire de la Fédération du Pas-de-Calais et Eric Corbeaux, secrétaire de la Fédération du Nord, Alain Bruneel, Maire de Lewarde et conseiller régional, Cathy Poly, adjointe au Maire d'Avion et conseillère régionale, Catherine Lemoine, adjointe au Maire de Divion et conseillère régionale, Bruno Troni, Maire de Billy-Montigny et conseiller général, Danièle Seux, Maire de Divion, Christian Champiré, Maire de Grenay, Jean Haja, Maire de Rouvroy, Bernard Czerwinski, Maire de Drocourt, Bernard Staszewski, Maire d'Evin-Malmaison,  Bernard Baude, Maire de Méricourt, Dominique Watrin, adjoint au Maire de Rouvroy et conseiller général, Véronique Buard, adjointe au Maire d'Evin-Malmaison, Thomas Boulard, adjoint au Maire de Divion, Jean-Claude Rachenne, adjoint au Maire de Drocourt, David Noël, adjoint au Maire d'Hénin-Beaumont, Edmond Bruneel, conseiller municipal de Montigny-en-Gohelle, Jean-Louis Fossier, conseiller municipal de Courrières, Xavier Schmidt, secrétaire de la cellule Lanvin-Coquel d'Arras, Guillaume Sayon, conseiller municipal d'Avion et secrétaire fédéral du Mouvement Jeunes Communistes du Pas-de-Calais...

Du côté des autres forces politiques, on remarquait les militants du MJS avec Pierre Ferrari et de nombreux camarades, plusieurs militants des Verts d'Hénin-Beaumont, ainsi que Jean-Pierre Policante pour le MRC. Les militants de la gauche héninoise étaient, une fois de plus particulièrement bien représentés dans la manifestation lilloise.

Au niveau national, les manifestations du 29 janvier ont rassemblé entre un million et deux millions et demi de manifestants. Des chiffres considérables qui placent désormais le Président de la République et son gouvernement devant leurs responsabilités. Pour le mouvement social, ce 29 janvier qui restera dans les mémoires est un encouragement à amplifier la mobilisation pour que le Président de la République ne puisse plus rester sourd à une colère majoritaire dans le peuple français.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article