Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Il est pour le moins choquant de voir le contraste entre le silence assourdissant de l’Europe, face aux multiplications des annonces de plans de licenciements dans les entreprises, avec le concert de critiques des libéraux de tous poils qui y voient aujourd’hui une atteinte à la concurrence.

Les déclarations de la fédération allemande de l'industrie dénonçant "des entorses à la concurrence que nous ne devons pas autoriser en Europe", relayées par la voix de Jonathan Todd, porte-parole de la Commission de Bruxelles qui met en garde la France en affirmant que "S'il y a une condition supplémentaire telle qu'une obligation de garder une unité de production en France, cela rendrait ces aides illégales" sont tout simplement indécentes au regard de la situation que vivent les salariés de l'automobile.

Ce plan de soutien qui, ne l’oublions pas, s’adresse principalement aux constructeurs et non pas à l’ensemble du secteur automobile, ne prévoit même pas de contreparties réellement contraignantes pour les entreprises. Les réactions européennes démontrent à la fois un archaisme ultra-libéral totalement scandaleux, mais aussi une façon non moins révoltante de concevoir l’Union européenne par le seule biais de la concurrence libre et non faussée.

L’objectif de l’Europe, et de l’ensemble des pays de l’Union européenne devrait plutôt être de sortir d’un système qui entraine par le fond l’ensemble des européens, plutôt que de poursuivre une orientation largement en échec aujourd’hui.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article