Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Georges Bernier est mort le 10 janvier 2005 à 75 ans. Les quelques articles nécrologiques parus dans la presse française ont insisté sur le caractère scatologique de son humour et l'aspect provocateur du bonhomme. Personne ne rappelait l'essentiel, à savoir qu'avec lui, c'est non seulement l'un des grands patrons de la presse française qui disparaissait mais également un artiste à part entière, unique en son genre : le professeur Choron.

Le documentaire de Pierre Carles et Eric Martin qui est consacré à ce grand monsieur qu'était Choron est à l'affiche de l'Espace Lumière (dernière séance, pour ceux qui ne l'auraient pas encore vu, mardi à 18h).

Choron dernière est un film émouvant et polémique. Emouvant parce qu'il montre les derniers mois de la vie du Professeur Choron. Malade, oublié par l'équipe actuelle de Charlie Hebdo qui a relancé l'hebdomadaire bête et méchant en 1992 sous la direction de Philippe Val, Choron fait un pélerinage dans son village natal. On le voit sur son lit d'hôpital. Atteint d'un cancer, Choron a accepté de faire ce film pour laisser une trace. Il parle de la mort, de sa mort, avec l'humour et la classe qui caractérisaient le Professeur Choron.

Choron dernière est aussi un film polémique. Vedettes involontaires du film de Pierre Carles, Philippe Val, Cabu et Wolinski ont tenté de faire interdire la sortie du film en portant plainte contre la présence de leurs noms sur les affiches du film. C'est que, pour Pierre Carles et Eric Martin, Val, Cabu et Wolinski se sont embourgeoisés, ont transformé Charlie Hebdo et ont trahi l'esprit anar en paradant sur les plateaux de télévision aux côtés de Bernard-Henri Lévy et en faisant de Charlie Hebdo un hebdomadaire à peine social-démocrate Bon Chic Bon Genre.

Mais la scène la plus émouvante du film est sans doute celle de l'interview de François Cavanna. Contrairement à Val, Cavanna ne renie rien du Charlie Hebdo des années 60-70 et reste fidèle à vieil ami et complice Choron.  Il regrette que les jeunes dessinateurs de Charlie comme Charb, Luz ou Tignous aient "les griffes rentrées". "ça enregistre ? Alors, tant pis pour ma gueule !" lance Cavanna à la caméra.
Alors qu'on voit Val, Cabu et Wolinski tenter d'opposer un Choron scato, alcoolo et mauvais gestionnaire à un Cavanna créateur, Cavanna répète inlassablement que Choron et lui étaient liés comme les doigts de la main. Charlie Hebdo est leur bébé à tous les deux.
Cavanna a été le seul, en 2005, à saluer dans l'hebdomadaire satirique la mémoire de Choron. Pourquoi Charlie n'a pas fait un numéro spécial ? "J'aurais pu faire plus, j'aurais pu me battre pour qu'on fasse plus, mais je n'étais pas seul à décider". En disant cela, Cavanna a les yeux embués de larmes.

Loin d'une hagiographie de Choron, Choron dernière est un film émouvant sur un maître de l'humour français mais c'est aussi une réflexion sur l'intégrité en politique et dans la vie. Malgré tous ses excès, Choron a su rester intègre. Ceux qui ont imposé la ligne éditoriale actuelle de Charlie Hebdo pourront-ils en dire autant ?

Choron dernière
Documentaire - 1h38
Mardi 17 février
18h à l'Espace Lumière

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article