Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

Publié par David NOËL

Nous refusons le projet de loi CESEDA que prépare le gouvernement sur l’immigration !

La nouvelle réforme du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA) conduit à une négation radicale des droits fondamentaux de la personne. Elle restreint encore plus radicalement le droit au séjour pour les familles, les conjoints, les enfants, de toutes celles et ceux qui construisent leur vie en France. Elle entérine la quasi-disparition de cet outil d’« intégration » qu’était la carte de résident. Elle s’attaque au séjour des malades étrangers.

Si ce projet est adopté, il ne fera pas bon s’aimer entre Français-e-s et étranger-e-s, vouloir vivre avec sa famille ou avoir des enfants. Pour ceux-là, la multiplication sans fin des conditions rendra l’espoir de la régularisation bien vain.

Le projet s’inscrit délibérément dans une perspective utilitariste. Le gouvernement affiche sa volonté d’aller piller les capacités et talents dans le monde. Ne sera « acceptable » que l’étranger perçu comme rentable pour l’économie française. Quant aux autres, ni leur situation personnelle, ni leur situation familiale ne leur conféreront désormais des droits, au point que les régularisations deviendront quasiment impossibles. Ce projet crée une nouvelle catégorie de travailleurs étrangers dont la durée du séjour est limitée au bon vouloir de leur patron. De plus, la suppression du droit à la délivrance d’un titre de séjour, pour les étrangers présents depuis au moins dix ans en France, les condamne à l’irrégularité perpétuelle. Le projet sélectionnera également beaucoup plus l’entrée des étudiants étrangers.

Quant aux étrangers en situation régulière, le droit de vivre en famille devient un exploit : le gouvernement prévoit de durcir les conditions du regroupement familial (ressources, logement, avis du maire sur l’« intégration » de la famille). Il jette la suspicion sur les pères étrangers d’enfants français, qui devront justifier de leur paternité.

A lire le nouveau projet gouvernemental sur l’immigration, pour espérer obtenir et conserver leur titre de séjour les étrangers devront cumulativement être « bien intégrés », bien vus par le maire de leur commune, en bonne entente avec leur conjoint, appréciés par leur patron, disposant d’un bon salaire et d’un grand logement.

Sachant qu’une réforme du droit d’asile devrait largement réduire les conditions d’octroi du statut de réfugié, c’est l’ensemble des droits des étrangers qui est en danger. Il est de la responsabilité de chacun d’entre nous de réagir. En stigmatisant les étrangers, le gouvernement tente de nous opposer les uns aux autres et il brade les libertés fondamentales.

Nous appelons donc à nous mobiliser contre la réforme CESEDA qui, si elle était adoptée, ferait des étrangers en France, réguliers ou irréguliers, une population de seconde zone, privée de droits, précarisée et livrée pieds et poings liés à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.


Nous vous invitons à signer la pétition en ligne à l'adresse ci-dessous :
http://www.contreimmigrationjetable.org/
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

igrek 24/05/2006 21:56

POUR VOTRE INFORMATION :

A propos de "l'immigration choisie"
 
 Vous lirez, ci-dessous la prise de position du Comité Culturel pour la  Démocratie au Bénin :COMITE CULTUREL POUR LA DEMOCRATIE AU BENIN - (C.C.D.B.) Section française de l'ODHP-BéninL'IMMIGRATON CHOISIE DE NICOLAS SARKOZY, UNE LOI REPRESSIVE, RACISTE ET MYSTIFICATRICE.Le 17 mai 2006, l' Assemblée Nationale française a adopté la 2ème loi Sarkozy connue sous le nom de loi CESEDA (Code de l'Entrée et du Séjour des Etrangers et du Droit d'Asile) dont l'objectif est de régler définitivement le problème de l'immigration en France. Il faut remarquer que Sarkozy en est à sa 2ème loi tandis que la République française en est à sa 6ème loi depuis 1986 ; chacune d'elle ayant toujours eu la prétention de régler définitivement le problème de l'immigration. Comme par hasard, ces lois arrivent toujours à la veille d'élections. Au cours des débats, on a entendu des déclarations abjectes attentatoires à la dignité humaine et méprisantes vis-à-vis des Africains. Ainsi a-t-on pu entendre le député sarkozyste Eric Raoult déclarer : « Comme tous mes compatriotes, en effet, je préfère le plombier polonais aux marabouts et autres laveurs de carreaux. » (Africains apn) Ce qui veut dire, en termes clairs, je préfère l'émigration blanche à la noire. On a entendu certains dire qu'il faut accepter l'élite et refuser la poubelle ; d'autres comme de Villiers et même Sarkozy ne cessent de nous rebattre les oreilles avec le fait qu'il y aurait plus de médecins béninois en France qu'au Bénin, ce qui est faux. Tout ceci appelle les mises au point suivantes :1)Depuis qu'il a vu le jour en Afrique, l'homme a entrepris son périple autour de la terre. Dès qu'il se sent à l'étroit et malheureux quelque part et présume qu'il peut être mieux ailleurs, il se met en route. Ni les montagnes, ni la mer, ni les fleuves, ni les rivières n'ont pu l'arrêter. Les structures physiques ou symboliques comme les murs, les barrières, les barbelés, les lois non plus. En outre, de toute l'espèce animale, c'est celui qui s'adapte le mieux au milieu naturel puisqu'il peut vivre sous tous les climats. On comprend pourquoi rien n'empêchera jamais les hommes d'aller où ils veulent. Tant qu'il y aura le déséquilibre qui fait que sur la terre il y a des endroits où il fait mieux vivre que d'autres, ceux des régions moins favorisées chercheront toujours  à les rallier. Au 16ème 17ème, 18ème et 19ème siècle, on a vu des centaines de milliers d'Européens émigrer massivement vers l'Amérique, l'Afrique, l'Océanie parce que l'Europe était victime de famine, de chômage et de beaucoup de maux comme l'Afrique aujourd'hui.2)Le système capitaliste dans lequel nous vivons aujourd'hui, avec le néo-libéralisme triomphant, est un système pervers de type mafieux où la finalité des détenteurs de capitaux, c'est le profit, toujours le profit, encore le profit. Pour ce faire, il faut, d'une part, prendre à vil prix les produits des pays producteurs de matières premières, et d'autre part, leur vendre très cher les produits fabriqués avec leurs matières premières en contenant au maximum la masse salariale des travailleurs des métropoles impérialistes. Pour cela, le système joue sur deux tableaux. D'une part, augmenter la précarité au niveau du travail par des lois comme récemment le CNE (Contrat Nouvel Embauche) ou le CPE (Contrat Premier Embauche), les délocalisations vers des pays à bas salaires et d'autre part, développer le travail au noir en s'appuyant sur l'immigration clandestine. Il est de notoriété publique que les grands groupes industriels sous-traitent une partie de leur travail à des entreprises plus petites spécialistes de l'utilisation de la main d'ouvre clandestine. Aux USA, tout dernièrement, lorsque Bush a voulu durcir les lois contre l'immigration clandestine, on a vu la levée de bouclier des industriels américains.3)Si des jeunes Africains cherchent à émigrer aujourd'hui vers l'Europe, c'est parce que depuis la fin de la colonisation directe, la France ne cesse d'entretenir des pouvoirs corrompus dont les dirigeants dilapident les richesses et financent les partis politiques en France au lieu de s'occuper de leurs peuples. On se demande d'ailleurs pourquoi Sarkozy qui traque tant l'immigration étrangère et ne cesse de pleurnicher sur le sort de l'Afrique ne demande pas à ses services de renseignements de publier les avoirs clandestins des dirigeants africains qui viennent planquer en France, l'argent volé à leurs peuples.4)Dans leurs ratiocinations sur l'immigration, de Villiers et Sarkozy ne cessent de pointer du doigt les médecins béninois qui seraient plus nombreux en France qu'au Bénin. Cette affirmation provocatrice est raciste et mensongère. Il n'y a pas plus de médecins béninois en France qu'au Bénin. Ceux dont on parle, sont des français d'origine béninoise comme Sarkozy est d'origine hongroise et son porte-parole Patrick Devedjian d'origine arménienne. En tenant de tels propos, on montre du doigt ces médecins qui ne sont pas responsables de la situation créée au Bénin par Sarkozy, ses amis et leurs agents béninois en leur demandant de retourner dans leur pays d'origine parce qu'ils n'ont rien à faire en France. Or, personne ne demande à Mr Sarkozy de retourner en Hongrie parce que ce pays manque de démagogues, ni à Patrick Devedjian de retourner en Arménie parce que ce pays manquerait d'avocats. C'est plutôt maintenant, avec cette loi, que Mr Sarkozy ira « choisir » et faire venir en France, de jeunes médecins et informaticiens béninois, aggravant la fuite effrénée des cerveaux dont est victime l'Afrique .5)En supprimant la possibilité d'obtention de la carte de séjour après 10 ans de séjour, en durcissant les règles du regroupement familial, en mettant des restrictions sur les conditions d'obtention des papiers après les mariages, Mr Sarkozy, à un an de l'élection présidentielle, veut flatter les bas instincts des Français pour prendre des voix au Front National de Mr Le Pen et  précarise un peu plus les immigrés en France.6)Cette loi dite de l'immigration choisie ressemble comme deux gouttes d'eau à la pratique des négriers qui venaient choisir les hommes les plus vigoureux, les plus forts pour les besoins de leurs affaires. Elle est néfaste et ne résoudra pas les problèmes de l'immigration comme elle ne les a pas résolus dans les autres pays cités en exemple par Mr Sarkozy. Les USA connaissent le nombre de clandestins le plus élevé au monde.Voilà pourquoi le Comité Culturel pour la Démocratie au Bénin dénonce vigoureusement cette loi liberticide et mystificatrice et appelle tous les démocrates français et étrangers à s'y opposer de toutes leurs forces.Paris le 17 mai 2006La Direction du CCDB