Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Il faut saluer le travail de La Voix du Nord qui consacre aujourd'hui une page entière à l'épisode du 11 avril 1934 et à la mort de Joseph Fontaine, à qui les communistes héninois ont rendu hommage en avril dernier, comme ils le font chaque année.

Pour compléter les informations fournies par La Voix du Nord, il faut signaler l'existence de Communistes en Pas-de-Calais, le très beau livre de Christian Lescureux et Claude Lecomte paru en 1998 aux Editions France Découvertes qui revient sur cet épisode mal connu de notre histoire locale en apportant quelques renseignements supplémentaires que nous vous livrons ci-dessous.

"A Hénin-Liétard, la section Action Française annonce une réunion publique et contradictoire pour le mercredi 11 avril 1934, salle du Palais des Fleurs. Immédiatement, le comité antifasciste de la ville, dirigé par le socialiste Courtin et le communiste Marouzé appellent à contre-manifester. 300 à 400 personnes répondent à cet appel et se dirigent vers le lieu de la réunion.

Quand les premiers pénètrent dans la salle, les Camelots du Roi ouvrent le feu. Un militant communiste, Joseph Fontaine, s'effondre, touché au coeur. Agé de 56 ans, il venait de prendre sa retraite. Et tandis qu'on l'emporte dans un café voisin, la fusillade continue. Les factieux, cernés par une foule menaçante, se réfugient au fond de la salle où viennent les arrêter les gendarmes qui saisissent cinq revolvers et des matraques plombées.

L'auteur du coup de feu mortel, un certain Eugène Fritsch, déjà condamné pour violences au cours de réunions publiques, reconnaît les faits. Il est incarcéré avec Jean Théry, qui a blessé un manifestant en le poursuivant dans la rue. Le responsable local était, lui, un gros entrepreneur de maçonnerie et de briquetterie nommé Hugot.

Les funérailles de Joseph Fontaine, très estimé dans la ville, attirent une foule considérable. Au nom du Parti Communiste, c'est Marcel Cachin qui lui rendra hommage.
Fritsch et Théry seront jugés en juin aux assises du Pas-de-Calais. Le capitaine de gendarmerie et le commissaire de police viendront témoigner que les manifestants n'étaient pas armés alors que Fritsch avait sur lui un pistolet automatique 7,65, chargé de 6 balles.
Soutenus par le député Philippe Henriot, futur porte-parole de la Milice à Radio-Paris Allemand, les deux hommes seront acquittés !"
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Bonjour,je recherche un exemplaire du livre communistes en pas de calais de Le comte et Lescureux paru en 1998. Une lettre de mon grand-père au Président de la République y est retranscrite.merci de bien vouloir m'aider.
Répondre