Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Les sénatrices et sénateurs du Groupe CRC-SPG ont présenté mercredi dernier en conférence de presse un Projet de Loi demandant l’abrogation du bouclier fiscal et la moralisation de certaines pratiques des dirigeants des grandes entreprises en matière de revenus.

Lors de la conférence de presse, les sénateurs communistes Nicole Borvo Cohen-Seat et Thierry Foucaud ont rappelé l’inégalité du bouclier fiscal. Ces mêmes critiques se font jour au sein des parlementaires de la majorité : tout semble indiquer que ceux-ci doivent prendre leurs responsabilités dans l’établissement d’une loi tentant de moraliser les pratiques des dirigeants des grandes entreprises.

Et pour cause, en 2008 le bouclier fiscal fut un cadeau de 33 000 euros à chacun des 14 000 contribuables le plus riches, soit un total de 458 millions d’euros. Peut être que tout cet argent aurait pu contribuer à autres choses : soutiens de l’emploi, investissement dans la recherche et les services publics, hausse du pouvoir d’achat... choses que Sarkozy et la droite refusent d’accorder malgré les grands mouvements de protestation unitaires !

Le Projet de Loi PCF défendu le jeudi 26 mars au Sénat prévoit en plus de l’abrogation du bouclier fiscal déjà citée, la suppression totale des « parachutes dorés » au-delà d’un certain seuil de revenus ou encore l’interdiction des stock-options. Cela permettrait d’éviter des cas comme celui du PDG de Valeo, Thierry Morin, qui part avec plus de 3,26 millions d’euros quand 1 600 suppressions de postes sont prévues.

Face à l’inactivité et la surdité gouvernementale qui prétend résoudre la crise actuelle en continuant avec les mêmes politiques libérales qui nous ont conduit à cette situation, le Front de Gauche se mobilise pour défendre les intérêts des citoyens et donner des réponses unitaires, sociales et concrètes à la crise.

La situation en France et dans le reste de l’Europe est très grave et on ne peut plus accepter des gouvernements qu’ils se contentent de faire de beaux discours. On a besoin d’un changement, et changer les choses dans la société ce n’est pas « dire », mais « agir ».

Le 7 juin prochain, à l’occasion des prochaines élections européennes, les citoyens auront aussi l’opportunité de faire front et d’agir pour changer d’Europe.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Eric 30/03/2009 16:36

Je viens de lire sur le blog d'Alain Alpern une information qui change les enjeux du CM de ce soir.Comme je l'ai écrit à l'Alliance Républicaine: peut-être est-ce le moment de franchir le Rubicon et d'appeler les conseillers municipaux à démissionner.Jean-Eriv