Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL



LibeLilleLe maire d'Hénin-Beaumont dort en prison
09/04/09

POLITIQUE - Le maire d'Hénin-Beaumont , Gérard Dalongeville, a été placé en détention provisoire ce soir, après 48 heures de garde à vue. Il a été mis en examen pour détournements de fonds publics, faux et usage de faux, favoritisme. Les enquêteurs ont mis en évidence un système de fausses factures à la mairie d'Hénin-Beaumont, pour 900.000 euros, au moins.

Cet argent aurait entre autres servi à payer des voyages au Luxembourg, à Biarritz, et à Carcassonne, en avion privé, à Guy Mollet, un entrepreneur, ancien responsable du journal municipal. Selon la procureure Brigitte Lamy, le montant des fausses factures pourrait atteindre jusqu'à 4 millions d'euros. "Ce chiffre doit être pris au conditionnel, l'instruction ayant pour objet de le préciser". La mairie aurait payé des factures pour des travaux et des services jamais effectués. L'enquête démontrera en échange de quoi.

Les enquêteurs ont aussi trouvé un coffre fort dans le bureau du maire. Il contenait 13 000 euros en liquide. Le maire a d'abord nié avoir un coffre fort. Quand il a été découvert, le maire a dit qu'il n'en possédait pas les clés. Quand un serrurier a ouvert le coffre, le maire ne s'est pas expliqué.

En quatre ans, pour combler les déficits de la municipalité, les impôts locaux ont presque doublé à Hénin-Beaumont.

L'enquête ne porte que sur les années 2006-2008, les éventuels faits précédents sont prescrits. Avec Claude Chopin, ancien adjoint au maire chargé des finances, et Guy Mollet, le maire encourt dix ans de prison et 150.000 euros d'amende.

Le maire socialiste d'Hénin-Beaumont a été élu en 2001. Il avait été exclu du PS pour s'être présenté contre lui.  En 2008, pourtant largement controversé à gauche, il a été réélu à la tête d'une coalition de gauche pour faire barrage aux têtes de liste du Front national, Steeve Briois et Marine Le Pen. Le PS l'avait ré-intégré.

H.S.



LibeLilleLe maire avait perdu les clés de son coffre-fort
09/04/09

HENIN-BEAUMONT - Actualisé - Il y avait 13 000 euros en liquide dans le coffre-fort secret de Gérard Dalongeville, maire d'Hénin-Beaumont. C'est ce qu'a révélé cet après midi la procureure de la République de Béthune, Brigitte Lamy, dans l'enquête sur les affaires financières de la municipalité socialiste. Gérard Dalongeville a d'abord nié  l'existence du coffre, puis a affirmé ne pas en avoir les clés. Un serrurier en est venu à bout.

Sur les 13.000 euros qui s'y trouvaient, le maire n'a eu aucune explication à donner. Le procureur ironise lors de la conférence de presse : difficile d'imaginer que les billets datent de son prédécesseur, ils auraient été en francs, et non en euros. Brigitte Lamy a confirmé la présence de fausses factures, pour un montant assuré de 900 000 euros, qui pourrait s'élever jusqu'à quatre millions d'euros.

Les mises en examen de Gérard Dalongeville, de son ancien premier adjoint chargé des finances de 2001 à 2008, Claude Chopin, et de Guy Mollet, l'éditeur du bulletin municipal, sont en cours. Pour le procureur, l'enquête tend vers "la thèse de l'enrichissement personnel", elle a requis la détention provisoire pour les trois hommes. Vers 18h, le parquet de Béthune a annoncé que Guy Mollet et Claude Chopin avaient été écroués.

La ville est en cessation de paiement, a un déficit de plus de douze millions d'euros, et Gérard Dalongeville n'a été réélu aux dernières municipales que grâce à une union de la gauche, pour faire barrage au Front national et à Marine Le Pen, aujourd'hui conseillère municipale à Hénin.

Le procureur rappelle que seule la période 2006-2008 est examinée, les faits des précédentes années étant prescrits. Une information judiciaire a été ouverte pour les chefs de détournement de fonds publics par personne chargée d'une fonction publique, de recel et de complicité de recel, de faux en écriture et usage, de favoritisme et recel de favoritisme. Le chef d'extorsion de fonds ne concerne que Guy Mollet.

Les fausses factures servaient entre autres à payer des voyages en avion privé à l'éditeur du bulletin municipal. Destinations : Carcassonne, Biarritz ou le Luxembourg. L'instruction devra dire jusqu'à quel montant se sont portées les fausses facturations. Le système utilisé est un classique : des factures de sociétés privées pour des services qui n'ont jamais été rendus, en particulier dans l'entretien des espaces verts.

H.S. et S.M.



Le maire d'Hénin-Beaumont en prison
Jeudi 09 Avril 2009

Par V.V. (avec Reuters)
Le JDD.fr

Le maire d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Gérard Dalongeville, a été mis en examen et incarcéré jeudi pour "détournement de fonds publics, faux en écriture privée, complicité et recel de détournement de fonds publics", a annoncé jeudi le procureur de la République de Béthune. Un ancien adjoint et un homme d'affaires ont connu le même sort. Ils risquent jusqu'à dix ans de prison.

C'est un véritable système de fausses factures qui a été mis à jour à Hénin-Beaumont. Selon l'enquête menée depuis juin 2008 par la brigade financière de la police judiciaire de Lille, le maire socialiste de la ville, Gérard Dalongeville, Claude Chopin, un ancien adjoint aux finances et un homme d'affaires local, Guy Mollet, ancien éditeur du journal municipal, auraient détourné de l'argent public. Après 48 heures de garde à vue, ils ont tous trois été mis en examen par le juge d'instruction de Lille pour "détournement de fonds publics, faux en écriture privée, complicité et recel de détournement de fonds publics" et ont été tous incarcérés.

Les fausses factures étaient acquittées à des sociétés contre des services non rendus. Et les sommes sont importantes : "Les fausses factures s'établissent à un montant révélé de 900 000 euros, elles pourraient monter à 4 millions d'euros, elles correspondent notamment à des voyages en avion-taxis, certains à destination du Luxembourg", a déclaré le procureur de la République, Brigitte Lamy lors d'une conférence de presse ce jeudi. "L'enquête devra maintenant déterminer s'il y a eu un enrichissement personnel", a-t-elle ajouté, en précisant que la police judiciaire penchait vers cette piste. En effet, lors d'une perquisition à la mairie, les enquêteurs ont découvert un coffre-fort contenant 13 000 euros en liquide.

Enrichissement personnel ?

Si les faits sont avérés, les trois mis en examen risquent jusqu'à dix ans de prison et 150 000 euros d'amende. Mercredi, l'avocat de l'édile expliquait que son client réfutait d'avoir tenté de s'enrichir de la sorte. Mais le maire a encore d'autres soucis : il est toujours sous la menace d'une suspension que le préfet pourrait demander prochainement. En cause, la gestion catastrophique du budget de la commune. Depuis 2003, cette dernière est fréquemment épinglée pour son train de vie au-dessus de ses moyens. Récemment, un rapport de la chambre régionale des comptes a encore accablé le premier magistrat de l'ancienne cité minière.

Au-delà de ces affaires, la situation est explosive dans la ville, cible de l'élu frontiste Marine Le Pen, qui aimerait en faire son fief. De plus, la majorité s'entre-déchire. Lundi soir, Gérard Dalongeville a fait retirer ses délégations à sa première adjointe Marie-Noëlle Lienemann, qui avait refusé de voter son budget. L'élue va tenter de faire annuler cette décision.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

clémence 12/04/2009 20:09

D'accord. Je vois plus clair. Merci.Mais sache que pour les gens, tu as tout voter.. et j'espere pour toi alors que ce n'est pas que tes votes en faveur des actions du maire que les gens vont retenir.. Des votes que je trouve donc en contradiction avec tes idées que je soutiens! bon courage à tous!

clemence 12/04/2009 19:13

Je comprend tres bien ton état d'esprit. Mais pendant la campagne, tu es toujours resté neutre sur le fait que le maire fesait des magouilles (pas vraiment d'opinion publique sur la chose certes..). Alors peut etre que par derrière tu disais des choses mais publiquement nous n'avons jamais rien entendu de tel.. Pour moi Pierre Ferrari a fait de la vrai opposition. Dès qu'il n'était pas d'accord et qu'il s'est aperçu des magouilles il a dénoncé et non soutenu le maire et ses actions dans son vote.. D'ailleurs dès que tu as commencé publiquement à être contre le maire, tu as connu le sort que tout le monde connait, celui de se voir retirer tes délégations pour que tu te taises ce qui me révolte car où est donc le droit d'expression au conseil municipal à hénin-beaumont?Cela n'engage que moi mais toi qui dis avoir fait de l'opposition de l'intérieur sache que pour les opposants de l'extérieur, ton action était transparente et personne (à part ceux qui t'était tres proches peut etre) n'en a vu réellement la couleur.. Alors comprend que chacun peut rester dubitatif sur le fait que tu t'es toujours opposé au maire car ça ne s'est pas beaucoup vu .. Dommage..Mais aujourd'hui il faut maintenant s'unir pour reconstruire mais sans langue de bois et sans messes basses..  En espérant que chacun ne cherchera pas LA place de ses rêves mais que le seul enjeu soit le bien-être des héninois et la bonne gestion de ce qu'était notre si jolie ville..

David NOËL 12/04/2009 19:54



Clémence,

en vrac, voici quelques références d'articles parus sur notre blog qui avec prudence, fausse naïveté et ironie critiquent durement le système Dalongeville :

http://www.lheninois.com/article-20831662.html

http://www.lheninois.com/article-21351852.html

http://www.lheninois.com/article-22287106.html

http://www.lheninois.com/article-24136412.html

Relis cette interview parue le 30 septembre dernier sur le site de Libé Lille qui m'a valu d'être exclu du Bureau Municipal :

http://www.libelille.fr/saberan/2008/09/hnin-beaumont-l.html

Et même celui-là, en date du 1er octobre où la comparaison avec Al Capone et la référence à la "Brigade Financière" n'avaient rien d'innocent :

http://www.lheninois.com/article-23129343.html

Jamais je n'ai cautionné le système Dalongeville. Je l'ai combattu durant la campagne et ensuite, je l'ai combattu de l'intérieur tout en professant l'unité pour ne pas être le responsable de la
rupture.
Je m'étais juré que si rupture il y avait, ce ne serait pas moi qui briserait le "front républicain" de 2008. Par ses pratiques anti-républicaines, Gérard Dalongeville ne méritait pas le cadeau
de me faire passer pour un diviseur et d'en tirer des bénéfices politiques. Le diviseur anti-républicain, c'est lui, pas moi !

Personne n'a vu la couleur de mon opposition ? Peut-être que toi, tu ne l'as pas vue, mais sache que j'étais en contact téléphonique quasi quotidien avec Pierre, Eric Mouton, et Jean-Pierre
Policante, mais aussi moins fréquemment, mais régulièrement avec Daniel et Georges.
Pour ton information, lorsque Pierre a perdu sa délégation et que Gérard Dalongeville et Jean-Pierre Chruszez m'ont convoqué dans le bureau du maire pour me dire qu'ils m'épargneraient, mais que
l'éviction de Pierre était "vue avec la fédé PS", je leur ai dit d'abord que je n'en croyais pas un mot, que je ne retirais rien de ce que j'avais déclaré aux médias, que je continuerai de
m'exprimer souverainement au nom du PCF et qu'ils pouvaient me retirer ma délégation si ça leur chantait, mais que je restais solidaire de Pierre.

Au mois de janvier, Alain Alpern me proposait, à moi et aux autres opposants républicains de l'intérieur et de l'extérieur de réfléchir à une démission d'un tiers du conseil et à une réélection.
Personne n'ignorait que je combattais le système clientéliste mafieux de Gérard Dalongeville...



dubitatif 12/04/2009 12:32

"J'ai été et nous avons été des opposants résolus à Gérard Dalongeville. Elu à ses côtés en mars 2008 après avoir tout tenté avec nos partenaires pour faire une liste sans lui, je me suis positionné immédiatement en allié critique et en opposant de l'intérieur". Alors pourquoi depuis ton élection à la mairie en tant qu'adjoint à la culture nous avons toujours vu ta main se lever en faveur du maire au cours des conseils municipaux? pour ma part voter favorablement les propositions du maire, je ne considère pas cela faire de "l'opposition de l'intérieur"..Je suis ravie de te voir dire dans ton blog qu'il faut lutter contre les frontistes et soutenir un front républicain qui ne dupera pas les héninois. Mais est-il correcte de ta part d'arriver comme un cheval blanc après avoir fait campagne contre ce front républicain et en faveur de celui qui nous a tous berné pendant 8 longues années...? Etre sur la liste d'un candidat c'est le soutenir dans toutes ses actions, ou alors il faut nous réexpliquer les régles.. Non? Je ne comprend donc toujours pas les termes "positionné IMMEDIATEMENT en opposant de l'intérieur"...

David NOËL 12/04/2009 13:38



D'une part, je n'ai pas fait campagne contre ce front républicain, j'ai au contraire ardemment milité pour une liste d'alliance "Club des Cinq"-Alliance Républicaine menée par Marie-Noëlle
Lienemann contre Gérard Dalongeville.
Tu sais très bien que nous avons tous été victimes de la décision des instances fédérales du PS téléguidées par Daniel Percheron.

D'autre part, être sur la liste d'un candidat, ce n'est pas le soutenir dans toutes ses actions. Nous nous sommes inscrits dans un front républicain contre l'extrême droite et avec la volonté de
travailler pour restaurer la situation de la commune, mais jamais je n'ai soutenu Gérard Dalongeville au sens où tu l'entends.

Etre sur la liste d'un candidat, c'est le soutenir dans toutes ses actions, c'est ce que m'ont dit en septembre dernier Claude Duberger, Roger Lenfle, Annick Genty et Jean-Pierre Chruszez entre
autres. "Nous sommes un groupe". C'est la formule qui revenait tout le temps dans leur bouche et apparemment aussi dans ton esprit. Au motif que "nous sommes un groupe",
Jean-Pierre Chruszez m'a par exemple invité à abandonner mes fonctions de secrétaire de section pour ne plus manquer au devoir de solidarité que j'étais sensé avoir.

Ce tissu de conneries m'a toujours fait doucement rigoler. Je n'ai pas signé pour être membre d'un groupe au sens où eux l'entendaient. Pour moi et je l'ai toujours répété haut et fort, la
majorité municipale était une majorité plurielle, composée de plusieurs partis qui gardaient leur indépendance totale et leur liberté d'expression et de se démarquer. Nous étions élus sur un
contrat municipal, pas sur la base d'une allégeance personnelle à un homme dont je me suis toujours méfié. Par ailleurs, je n'ai jamais obéi à la pseudo règle de confidentialité qui nous était
imposée mais j'ai au contraire toujours tenu informé de ce qui se tramait les responsables locaux des partis de gauche membres de la majorité, Eric Mouton pour le PRG et Jean-Pierre Policante
pour le MRC.
J'ai toujours contesté formellement que ce soit le Bureau Municipal qui prenne des décisions qui engagent la majorité et les partis de gauche. A partir du moment où les décisions engagent les
partis de gauche, c'était à nous, responsables locaux des partis de gauche, d'en discuter au préalable. 

Oui, en conseil, 90 % des délibérations sont consensuelles mais sur tous les sujets importants, je me suis exprimé et de manière critique. Alors, aujourd'hui, je ne prétends pas arriver sur un
cheval blanc, mais je me suis battu à l'intérieur de la majorité et j'ai mené un travail d'allié critique qui s'apparente à un travail d'opposition, parce que j'étais dans l'opposition aux
pratiques mafieuses, ça, c'est clair ! Je ne prétends pas arriver comme un cheval blanc, mais j'aimerais que les opposants de l'extérieur aient l'honnêteté intellectuelle de reconnaître que je
n'ai jamais prêté allégeance à Gérard Dalongeville, que je me suis toujours méfié de lui et que, tout en me montrant unitaire pour deux, je n'ai cessé de combattre d'abord dans l'ombre puis
publiquement depuis un an les dérives clientélistes autocratiques et mafieuses du système Dalongeville. 



philippe 11/04/2009 08:22

Le FN se prépare à gérer les affaires de la ville parce que vous vous doutez bien qu'il remportera les prochaines échéances électorales.Si vous aviez un tant soit peu d'honneur, vous demissionneriez mais il est vrai que l'histoire nous a toujours appris que là où passe le parti communiste, les mirroirs se brisent.

David NOËL 11/04/2009 09:52



Jamais le FN ne passera à Hénin-Beaumont face à un large front républicain. Au contraire, le FN sera battu et de manière nette par l'alliance de tous ceux qui ont combattu, de l'intérieur comme
de l'extérieur le système Dalongeville.

Nous n'avons aucune leçon à recevoir des frontistes, nous qui avons combattu le système Dalongeville. Marie-Serge Opigez a démissionné dès 2005 de la majorité municipale pour ne plus cautionner
les méthodes clientélistes et affairistes de Gérard Dalongeville et de ses complices.
Dès 2006, quand je suis devenu à ses côtés secrétaire de section, nous avons placé nos deux adjoints élus en 2001 devant leurs responsabilités. Immédiatement, Jean-Bernard Deshayes a choisi de
rompre avec la section par fidélité avec Gérard Dalongeville, quant à Guy Creuze, il a été exclu en 2007 en raison de son soutien sans faille à une municipalité que nous combattions.

J'ai été et nous avons été des opposants résolus à Gérard Dalongeville. Elu à ses côtés en mars 2008 après avoir tout tenté avec nos partenaires pour faire une liste sans lui, je me suis
positionné immédiatement en allié critique et en opposant de l'intérieur, me faisant exclure du Bureau Municipal, insulter de tous les noms par les fidèles de Gérard Dalongeville qui se croyaient
au tribunal politique et perdant finalement ma délégation après avoir voté contre le Compte Administratif 2008 et le Budget Primitif 2009.
Il n'y a pas de meilleure preuve que mon combat et notre combat a été implacable et sans concession.

Alors, vos leçons d'honneur, venant d'une formation politique d'extrême droite, elles me font doucement rire. Tout ce qui intéresse actuellement le FN, c'est de se servir d'Hénin-Beaumont comme
marchepied pour la candidature présidentielle de Marine Le Pen en 2012.



ducon 10/04/2009 22:34

POURQUOI LE PRESIDENT DE LA COMMISION DES MARCHES,N'EST PAS MIS EN EXAMEN.ALORS que LA BRIGADE FINANCIERE NOUS A DIT QUE LES MARCHES ETAIENT TRUQUES ET ATTRIBUES A DES ENTREPRISES LES PLUS CHERES(favoritisme)  les dépenses des espaces verts X 2,5 de 2004 à 2008 alors que le personnel dans le meme temps passait à850 .ce dernier ne pouvait pas l'ignorer.aura -t-il le courage de démissionner lui qui a voté le C.A et le BUDJET 2009;il savait que les 2 étaient trafiqué félicitation pour votre honneteté.surtout restez solidaire la secte.la prochaine fois se sera un bus de chez ROSE qui les emmenera à béthune.

ça suffit 10/04/2009 22:08

comment des hommes et des femmes ,dignes de ce nom,peuvent encore défendre un tel voyou,un tel voleur.un seul motif:l'argent est-ce respecter leurs électeurs .ces élus sont pitoyables.eux qui ont voté le C.A.2008 et le budjet 2009,sachant trés bien qu'il sera retoqué par le prefet.ils ont trahi,trompé leurs électeurs.ils ne sont pas digne d'etre héninois.ont-ils le courage de se regarder dans la glace tous les matins.la plupart de ces élus savaient ce qu'il se passait.ils n'ont rien dit et continue de se taire pour les quelque deniers de judas.honte à eux  !!!!

il exagére 10/04/2009 12:33

scene extraordinaire,ce matin sur le marché d'hénin-beaumont.monsieur BOUQUILLON demande à CLAUDINE POLICANTE,l'une des rares adjointes,honnete et compétante du conseil municipal de donner sa démision.lui qui a fait l'union avec la droite de CHRISTINE COGET,qui déjeuna avec MARINE LEPEN.C.POLICANTE a le courage d'aller déposer des dossiers pour les administrés ,alors que tous les laches élus dalongevillien rasent les murs et se cache ,cloitrés dans leur maison.alors mr BOUQUILLON,je vois deux bonnes raisons pour que vous montriez l'exemple.vous également démissionné pour ces deux forfaitures. 

cimares 10/04/2009 11:58

ET voilà le résultat , M. Noël.Cette capacité de manipuler ainsi tout son environnement, y compris vous-même qui vous êtes laissé séduire par cet "homme de gauche" doit être analysée.Et surtout des principes doivent être intégrés pour limiter ce genre de dérive qui n'est pas née avec M. Dalongeville, ce dernier s'étant bien inspiré de méthodes glanées ici et là. Il y a du travail à mener parce que le jour où les élus comprendront qu'il leur faut, en interne, respecter certaine règles et les missions de fonctionnaires territoriaux ( tout comme les mêmes fonctionnaires devront  apprendre à travailler en droit et non pas en personnel asservi),ce jour là, un immense progrès culturel aura été accompli dans l'ancien bassin minier qui devra apprendre à tenir compte des règles élémentaires inscrites au code général des collectivités territoriales.