Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

Le maire d'Hénin-Beaumont placé en détention

J.B. (lefigaro.fr) Avec AFP et AP
10/04/2009

Gérard Dalongeville, maire PS d'Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, est notamment accusé de «détournement de fonds publics». Son ancien premier adjoint ainsi qu'un entrepreneur local ont aussi été écroués.

Le maire PS de Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, Gérard Dalongeville, a été mis en examen et écroué jeudi pour son implication présumée dans un système de fausses factures qui pourraient atteindre quatre millions d'euros. L'édile local est sorti sous escorte policière du palais de justice de Béthune vers 21h30, deux heures après le début de son audition par un juge des libertés et de la détention.

Interpellé mardi matin à son domicile, il avait d'abord été placé en garde à vue pendant 48 heures et mis en examen jeudi pour détournement de fonds publics, faux en écriture et favoritisme. Son ancien premier adjoint chargé des finances de 2001 à 2008, Claude Chopin, ainsi que l'éditeur du bulletin municipal de la commune «Le journal du pays», en liquidation judiciaire, Guy Mollet, ont également été mis en examen pour les mêmes chefs et placés en détention provisoire. Les trois hommes, qui, selon le parquet, «n'ont pas apporté d'explications précises» aux faits qui leur sont reprochés, lors de leurs auditions, encourent chacun dix ans de prison et 150.000 euros d'amende.

L'enquête, lancée en juin 2008 par la section financière de la Police judiciaire de Lille, a mis au jour un système de fausses factures établies entre 2006 et 2008 au bénéfice de sociétés qui n'ont jamais honoré les prestations correspondantes. Ces factures, dont le montant a été provisoirement établi à 900.000 euros mais qui pourrait atteindre pas moins de quatre millions d'euros, ont été «avalisées» par Dalongeville et Chopin, selon le parquet de Béthune. Par ailleurs, Guy Mollet, un homme d'affaires local éditeur du bulletin municipal, a bénéficié de voyages privés en avion-taxi, notamment au Luxembourg, réglés par la mairie d'Hénin via l'établissement d'autres fausses factures. «L'enquête tend plutôt vers la thèse de l'enrichissement personnel», selon la procureure de la République de Béthune, Brigitte Lamy. Les enquêteurs ont découvert dans le bureau de Gérard Dalongeville à la mairie 13.000 euros en liquide, placés dans un coffre-fort dissimulé dans un mur, pour lesquels il n'a fourni aucune explication. L'élu avait fait savoir mercredi, par la voix de son avocat, qu'il réfutait toute accusation d'enrichissement personnel.

Epinglé pour sa gestion dispendieuse

Epinglé à plusieurs reprises depuis 2003 pour sa gestion dispendieuse, le maire a récemment fait les frais d'un nouveau rapport accablant de la Chambre régionale des comptes (CRC) du Pas-de-Calais, ce qui lui vaut d'être menacé de suspension par le préfet. «La décision n'a toujours pas été prise», a fait savoir jeudi la préfecture du Pas-de-Calais.

À l'époque dissident du PS, Gérard Dalongeville avait conquis la mairie d'Hénin-Beaumont en 2001 face au sortant socialiste. Il a été réélu en 2008 face à Marine Le Pen (FN) à la tête d'une liste constituée avec le Parti socialiste, qui l'a ensuite réintégré. Lundi soir, la fédération PS du Pas-de-Calais s'est réunie dans l'urgence et a voté l'exclusion du maire d'Hénin-Beaumont ainsi que de plusieurs autres responsables socialistes locaux. Gérard Dalongeville avait fait voter lundi le retrait des délégations de sa première adjointe socialiste, Marie-Noëlle Liennemann, et d'un élu communiste, qui avaient refusé de voter son budget.

 


 

Le maire d'Hénin-Beaumont s'est fait coffrer
Créé le 10/04/09 à 03h39

L'audition de Gérard Dalongeville a pris plus de temps que prévu. Et l'on comprend pourquoi. Le maire d'Hénin-Beaumont a été mis en examen hier après-midi pour détournement de fonds publics, faux en écriture privée et usage de faux, favoritisme et recel de favoritisme et extorsion de fonds. Deux anciens collaborateurs, l'adjoint aux finances de 2001 à 2008 et un entrepreneur, éditeur du journal municipal fermé en 2008, ont aussi été mis en examen. Les trois hommes avaient été placés en garde à vue mardi dans le cadre d'une enquête débutée en juin 2008 par la direction interrégionale de la police judiciaire de Lille. Mais les enquêteurs n'étaient pas au bout de leurs surprises.

Les perquisitions effectuées ces derniers jours au domicile des suspects ont, selon le parquet, « étayé les faits ». Et notamment la découverte d'un coffre-fort, dans le bureau même de Gérard Dalongeville à la mairie, dont ce dernier a prétendu ne pas avoir pas la clé. Une fois forcé, les policiers y ont découvert la somme de 13 000 euros en billets. Gérard Dalongeville « n'a pu donner aucune explication » sur leur provenance, selon la procureure de Béthune, Brigitte Lamy.

Et pour cause. D'après le parquet, les enquêteurs ont mis au jour un système de fausses factures pour « la fourniture de services non réalisés » par certaines entreprises. Des voyages en avion privé de l'éditeur du journal municipal sont également pointés du doigt, d'autant qu'ils passaient par le Luxembourg... Le montant total des fausses factures identifiées par la justice atteint déjà 900 000 euros. Mais l'enquête porte sur un total de 4 millions d'euros. Selon le parquet, « il est également établi que les règles d'attribution des marchés publics n'ont pas été respectées ». Le maire a été placé hier soir en détention provisoire. Il risque dix ans de prison et 150 000 euros d'amende.


■ Olivier Aballain



Une autre enquête confirme
Créé le 10/04/09 à 03h39

Des points communs édifiants. Selon le parquet de Béthune, l'enquête menée par la chambre régionale des comptes (CRC) « corrobore un certain nombre de faits » relevés par la police judiciaire. Ainsi l'attribution de marchés à des sociétés qui n'étaient pas, « loin de là » selon une de nos sources, les moins chères à qualité de service égale.

Concernant les dépenses de fonctionnement, la CRC relevait dans son rapport, fin février, que « certaines thématiques [bénéficient] de budgets très élevés ». C'est le cas notamment des dépenses relatives aux espaces verts urbains, « multipliées par deux et demi entre 2004 et début 2008 », ou « des dépenses relatives à la communication, aux publications, fêtes, cérémonies et frais de déplacements [qui] représentent environ un million d'euros par an, ce qui paraît élevé pour une commune de cette taille ». Les découvertes de la police judiciaire ont justement porté sur les marchés d'espaces verts, des voyages en avion et le journal municipal.


■ O. A.



Hénin-Beaumont : maire indigne ?
Le vendredi 10 avril

Le maire socialiste d'Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, a passé la nuit en prison. Gérard Dalongeville est mis en examen pour détournement de fonds publics, faux en écriture et favoritisme, et écroué. Il est soupçonné d'avoir mis en place un vaste système de fausses factures dans sa commune. Le montant des sommes détournées atteindrait 4 millions d'euros. Gérard Dalongeville pourrait être exclu du PS.

L'ancien premier adjoint de Gérard Dalongeville chargé des finances de 2001 à 2008, Claude Chopin, et l'éditeur du bulletin municipal de la commune "Le journal du pays", en liquidation judiciaire, Guy Mollet, ont également été mis en examen et placés en détention provisoire. Les trois hommes, risquent dix ans de prison et 150 000 euros d'amende.

Gérard Dalongeville avait conquis la mairie d'Hénin-Beaumont, pour la première fois en 2001, face au sortant socialiste Pierre Darchicourt, dont il était le directeur de cabinet. Puis, il a été réélu en 2008 face à Marine Le Pen.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article