Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interviews et reportages sur Hénin-Beaumont

Archives

 

Publié par David NOËL

David Noël, secrétaire de la section d'Hénin-Beaumont du PCF, membre des instances fédérales du PCF 62 et conseiller municipal d'Hénin-Beaumont était hier à Arras pour la grande manifestation départementale et le Salon du Livre d'expression populaire et de critique sociale.

Partie à 10h de la gare, la manifestation unitaire à l'appel des huit organisations syndicales (CGT, CGT-FO, CFDT, CFTC, CFE-CGC, Unsa, FSU, Solidaires) a rassemblé environ 2 000 personnes, moins que la manifestation du 19 mars, mais nettement plus qu'un 1er mai traditionnel.

Avec plus d'un million de personnes au plan national et une forte mobilisation dans toute la région, les cortèges ont été bien fournis et l'envie d'en découdre avec le gouvernement reste forte. A Arras, salariés du public et du privé, étudiants de l'université d'Artois en lutte contre les réformes Pécresse, retraités, militants des partis de gauche ou de la Ligue des Droits de l'Homme n'entendent pas en rester là.

David Noël s'est ensuite rendu dans le quartier des Arts où se tenait le 8ème Salon du Livre d'expression populaire et de critique sociale, le grand rendez-vous arrageois du premier mai organisé par l'association Colères du Présent et dédié cette année au regretté Frédéric H. Fajardie, disparu l'année dernière.

Profitant d'une belle journée ensoleillée, les flâneurs et les militants déambulaient entre les stands, s'arrêtant pour acheter des bouquins sur la braderie du Livre ou  pouvaient, s'ils préféraient, s'asseoir à la terrasse d'un des cafés et écouter les concerts sur la place de la Madeleine en partenariat avec Droit de Cité.
Côté animations toujours, Culture Commune et la Compagnie Générale de l'Imaginaire proposaient des ateliers de slam et slameurs confirmés ou amateurs ont déclamé, parfois de manière impromptue, des textes sur le thème des "résistances". 

Toute la journée, de nombreux militants communistes se sont relayés sur le stand de L'Humanité et de Liberté 62. De nombreuses organisations étaient présentes sur la place du théâtre transformée en village associatif et militant : Attac, Oxfam, Amnesty International, le POI autour de sa revue théorique La Vérité, la FSU, la CGT, la CNT-AIT, l'Union des Athées, Libérez-les, le CSP 59, Salam, la revue Espaces Marx, le journal Le Tigre, CQFD, La Brique, Politis...

Parmi les militants présents pour ce grand rendez-vous festif qu'est le Salon du livre de critique sociale, on notait la présence de nombreux élus et responsables communistes dont Hervé Poly, premier secrétaire de la Fédération du Pas-de-Calais du PCF, Jean-Claude Danglot, sénateur du Pas-de-Calais ou encore Bernard Czerwinski, Maire de Drocourt...

Dans l'après-midi, David Noël a pu assister à un débat de qualité présenté par  Xavier Schmidt, du PCF Arras, avec Patrick-Apel Muller (rédacteur en chef de l'Humanité), François Ruffin (fondateur du journal Fakir, journaliste à Là-bas si j'y suis et au Monde Diplomatique), Denis Sieffert (Politis), Pierre-Louis Basse (Europe 1) ainsi qu'un journaliste de CQFD et un journaliste de La Brique sur le thème "Pluralisme et indépendance de la presse aujourd'hui".

Plusieurs autres débats étaient prévus au programme, notamment sur la Palestine en présence de Leïla Shahid, déléguée générale de la Palestine auprès de l'Union Européenne, sur les retraites autour de Charb, dessinateur à Charlie Hebdo et l'Humanité et du socialiste Gérard Filoche, inspecteur du travail et collaborateur de Siné Hebdo ou encore sur les luttes dans les Antilles autour de Vladimir Nieddu (Sud Santé Sociaux) et de syndicalistes guadeloupéens, martiniquais, réunionnais et kanaks.

Cette année encore, le Salon du Livre d'expression populaire et de critique sociale s'est imposé comme le grand rendez-vous militant du 1er mai et la Fête du Travail a rassemblé à Arras et ailleurs des milliers de travailleurs en lutte. Face à un pouvoir au service des capitalistes qui nous méprise, il faudra nous battre dans la rue et dans les urnes le 7 juin pour faire entendre notre colère.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article